BioNTech reprendra bientôt ses recherches concernant un vaccin ARN anti-cancer

biontech annonce vouloir reprendre recherches vaccin anti cancer
| Michael Sohn

Passant de l’image d’une petite entreprise à celle d’un grand laboratoire pharmaceutique, BioNTech s’est illustré au cours de la dernière année par le développement de son vaccin anti-COVID produit conjointement avec l’entreprise Pfizer. Mais l’entreprise allemande ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En effet, initialement, le laboratoire travaillait sur la mise au point d’un vaccin à ARNm permettant de prévenir plusieurs types de cancers. Et sa co-directrice, Ozlem Tureci, a récemment annoncé que l’ensemble des recherches à ce sujet allait reprendre le plus rapidement possible afin d’offrir à court terme l’un des premiers vaccins contre le cancer.

Ozlem Tureci, qui a cofondé la société allemande BioNTech avec son mari, travaillait sur un moyen d’exploiter le système immunitaire du corps pour lutter contre les tumeurs lorsqu’elle a appris l’année dernière qu’un virus inconnu infectait la population chinoise. Le couple a décidé d’appliquer la technologie sur laquelle ils travaillaient depuis deux décennies à la nouvelle menace, baptisant l’effort « Project Lightspeed ».

En 11 mois, la Grande-Bretagne avait autorisé l’utilisation du vaccin à ARNm BioNTech développé avec le géant pharmaceutique américain Pfizer, suivie une semaine plus tard par les États-Unis. Des dizaines de millions de personnes dans le monde ont reçu le vaccin depuis décembre. Parmi les plus grands défis pour la petite entreprise basée à Mayence, qui n’avait pas encore mis un produit sur le marché, il y avait la façon de mener des essais cliniques à grande échelle dans différentes régions et comment intensifier le processus de fabrication pour répondre à la demande mondiale.

À LIRE AUSSI :
Ce masque facial permet de détecter la COVID-19

Mise au point d’un vaccin : un processus collaboratif

Parmi les leçons qu’elle et son mari, le directeur général de BioNTech, Ugur Sahin, ont apprises avec leurs collègues se trouvait « l’importance de la coopération et de la collaboration au niveau international ». Tureci a déclaré que la société a contacté les organes de surveillance médicale dès le départ, pour s’assurer que le nouveau type de vaccin passerait le contrôle rigoureux des régulateurs.

« Le processus d’approbation d’un médicament ou d’un vaccin est celui où de nombreuses questions sont posées, de nombreux experts sont impliqués et il y a un examen externe par des pairs de toutes les données et du discours scientifique. Il existe un processus très rigide et le processus ne s’arrête pas après l’approbation d’un vaccin. En fait, cela se poursuit maintenant partout dans le monde, où les régulateurs ont utilisé des systèmes de rapports pour dépister et évaluer toutes les observations faites avec nos vaccins ou d’autres vaccins », explique-t-elle.

Développer un vaccin à ARNm contre le cancer

Tureci et ses collègues ont tous reçu le vaccin BioNTech eux-mêmes. Au fur et à mesure que le profil de BioNTech a grandi pendant la pandémie, sa valeur a également augmenté, en fournissant des fonds que l’entreprise peut utiliser pour poursuivre son objectif initial de développer un nouvel outil thérapeutique contre le cancer.

fonctionnement vaccin arnm
Développement d’un vaccin à ARNm. 1) Le nouveau coronavirus est étudié en laboratoire. 2) Son code génétique est séquencé. 3) L’ARNm codant pour la protéine Spike est purifié et injecté (vaccin). 4) L’organisme produit la protéine Spike. 5) Le système immunitaire produit des anticorps contre la protéine Spike. © Nature

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les vaccins fabriqués par BioNTech-Pfizer et son rival américain Moderna utilisent de l’ARN messager, ou ARNm, pour transmettre des instructions au corps humain afin de fabriquer des protéines qui le préparent à attaquer un virus spécifique. Le même principe peut être appliqué pour amener le système immunitaire à s’attaquer aux tumeurs.

À LIRE AUSSI :
COVID : une femme de 90 ans décède après avoir été infectée par les variants Alpha et Beta simultanément

« Nous avons plusieurs vaccins anticancéreux basés sur l’ARNm », indique Tureci, médecin-chef de BioNTech. Interrogée sur la date à laquelle une telle thérapie pourrait être disponible, Tureci explique : « C’est très difficile à prédire dans le cadre d’un tel développement innovant. Mais nous prévoyons que d’ici quelques années seulement, nous aurons également des vaccins (contre) le cancer à offrir aux gens ».

Pour l’instant, Tureci et ses collègues essaient de s’assurer que les vaccins commandés par les gouvernements sont livrés et qu’ils répondent efficacement à toute nouvelle mutation du virus. Vendredi, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a décerné au couple l’une des plus hautes décorations du pays, l’Ordre du mérite, lors d’une cérémonie en présence de la chancelière Angela Merkel, elle-même scientifique de formation. Tureci a insisté sur le fait que le développement du vaccin était le travail de nombreuses personnes.

Laisser un commentaire