Les cas de schizophrénie liés à une consommation de cannabis seraient en augmentation

cas schizophrenie lies consommation cannabis augmentation
| Getty

Qu’il soit utilisé à des fins récréatives ou médicales, le cannabis est aujourd’hui consommé par plusieurs millions de personnes dans le monde. Au cours des dernières années, de plus en plus d’études établissant un potentiel lien entre la consommation excessive de cannabis et la schizophrénie se sont accumulées. Récemment, une équipe de chercheurs danois a de nouveau conforté cette hypothèse en montrant que les cas de consommation de cannabis couplés à l’existence de troubles schizophréniques sont en augmentation.

La proportion de cas de schizophrénie liés à une consommation problématique de marijuana a augmenté au cours des 25 dernières années, selon une nouvelle étude danoise. En 1995, 2% des diagnostics de schizophrénie dans le pays étaient associés à un trouble lié à la consommation de cannabis. En 2000, ce chiffre est passé à environ 4%. Depuis 2010, il est passé à 8%, selon l’étude.

« Je pense qu’il est très important de s’appuyer à la fois sur notre étude et d’autres études pour souligner que la consommation de cannabis n’est pas inoffensive. Il existe malheureusement des preuves suggérant que le cannabis est de plus en plus considéré comme une substance quelque peu inoffensive. C’est malheureux, car nous voyons des liens avec la schizophrénie, une fonction cognitive plus faible, des troubles liés à l’utilisation de substances, etc. », explique Carsten Hjorthøj, professeur au Centre de recherche de Copenhague pour la santé mentale et auteur de l’étude, publiée dans la revue médicale JAMA Psychiatry.

Lien potentiel entre cannabis et schizophrénie

Des recherches antérieures ont suggéré que le risque de schizophrénie est accru pour les personnes qui consomment du cannabis, et l’association est particulièrement motivée par une utilisation intensive de la drogue. De nombreux chercheurs émettent l’hypothèse que la consommation de cannabis peut être une cause composante, qui interagit avec d’autres facteurs de risque, pour provoquer la maladie.

À LIRE AUSSI :
De gros investisseurs, dont Jeff Bezos, misent sur la reprogrammation cellulaire pour l'immortalité

« Bien sûr, nos découvertes devront être reproduites ailleurs avant de pouvoir tirer des conclusions fermes. Mais je suis assez confiant que nous verrons des schémas similaires dans les endroits où la consommation problématique de cannabis a augmenté, ou alors où la concentration de cannabis consommé a augmenté, car de nombreuses études suggèrent que le cannabis fortement concentré est probablement le moteur de l’association avec la schizophrénie ».

graphiques schizophrenie consommation cannabis
Graphiques montrant pour le Danemark : b) l’association entre la consommation de cannabis et les cas de schizophrénie entre 1972 et 2016 ; c) l’incidence de la schizophrénie pour 100 000 habitants entre 1972 et 2016 ; d) proportion de troubles récents liés au cannabis entre 1972 et 2016. © Carsten Hjorthøj et al. 2021

Dans le monde, des dizaines de millions de personnes consomment du cannabis. Il est légal pour un usage récréatif dans 19 États américains et au Canada. Dans ces endroits et dans d’autres, il est également approuvé pour traiter certaines conditions médicales. La consommation de cannabis et les troubles liés à sa consommation ont augmenté au Danemark, selon l’étude, une tendance également observée dans le monde. L’utilisation récréative du cannabis est illégale au Danemark mais est autorisée à des fins médicales.

Le trouble lié à l’usage du cannabis est généralement défini comme une utilisation problématique de la drogue : développement d’une tolérance ; consommation de cannabis en plus grande quantité ou sur une période plus longue que prévu ; incapacité à réduire l’utilisation ; le fait de passer beaucoup de temps à se procurer, à consommer ou à se remettre des effets du cannabis ; refus d’activités et obligations importantes en faveur du cannabis ; et utilisation continue de la drogue malgré les conséquences négatives.

Schizophrénie : une pathologie complexe à évaluer

La schizophrénie est un trouble mental chronique, grave et invalidant. Ses symptômes peuvent inclure des délires, des troubles de la pensée et des hallucinations. Dans le monde, la schizophrénie touche 20 millions de personnes. Aucun remède n’existe, alors les médecins essaient de gérer les symptômes avec des médicaments et une thérapie.

Alors qu’une étude a suggéré que les cas de schizophrénie augmentent au Danemark, dans d’autres pays, le tableau est incertain. Aux États-Unis, le National Institute of Mental Health a déclaré qu’il était difficile d’obtenir des estimations précises de la prévalence de la schizophrénie parce que le diagnostic est complexe et qu’il chevauche d’autres troubles.

À LIRE AUSSI :
Certain(e)s smartphones et smartwatches pourraient perturber les stimulateurs cardiaques

« De nombreux manuels de psychiatrie affirment que l’incidence de la schizophrénie est constante dans le temps et indépendante de la situation géographique. Et cela a souvent été utilisé comme argument contre l’hypothèse selon laquelle le cannabis pourrait provoquer la schizophrénie. Cependant, il s’avère qu’il y a très peu de recherches qui soutiendraient cette notion », explique Hjorthøj.

Une augmentation des cas combinés de consommation de cannabis et de schizophrénie

La nouvelle étude est basée sur les données du registre national de santé du Danemark et inclut toutes les personnes au Danemark nées avant le 31 décembre 2000, qui avaient 16 ans ou plus à un moment donné entre le 1er janvier 1972 et le 31 décembre 2016. Les résultats pourraient aider à expliquer l’augmentation générale de l’incidence de la schizophrénie qui a été observée ces dernières années et soutiennent que l’association observée depuis longtemps entre le cannabis et la schizophrénie est probablement de nature partiellement causale.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Cette étude des dossiers médicaux à l’échelle nationale ajoute des preuves importantes que les patients diagnostiqués avec un trouble de consommation de cannabis sont plus à risque de psychose aujourd’hui qu’ils ne l’étaient auparavant », indique Terrie Moffitt, professeur en comportement social et développement de l’Institut de psychiatrie, de psychologie et de neuroscience du King’s College de Londres, qui étudie les effets de la consommation de cannabis sur la santé mentale de la génération des baby-boomers.

À LIRE AUSSI :
Origine de la pandémie de COVID-19 : les faiblesses de la (fausse) piste italienne

Cependant, Moffitt explique que la plupart des consommateurs de cannabis, même ceux qui en dépendent, ne cherchent jamais à se faire soigner et que de nombreuses personnes l’utilisent à des fins récréatives sans développer de problèmes. « On sait que les personnes qui cherchent un traitement ont tendance à avoir de multiples problèmes de santé mentale, pas seulement des problèmes de cannabis. Et il y a beaucoup plus d’utilisateurs de cannabis récréatifs qui gèrent bien le cannabis que d’utilisateurs dépendants du cannabis qui ne peuvent pas le gérer ».

Sources : JAMA Psychiatry

Du cannabis sur ordonnance ? Quand les avis divergent…

Et si le cannabis pouvait traiter les maladies sévères les plus connues telles que les cancers ? Les molécules contenues dans le cannabis sont au coeur de nombreuses recherches médicales à travers le monde. Mais qu’en est-il vraiment des résultats de ces études ? Nous vous proposons de le découvrir dans ce documentaire très complet.

ACCÉDER AU DOCUMENTAIRE

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.