Des cellules T génétiquement modifiées pour traiter les maladies auto-immunes

cellules t genetiquement modifiees therapies pour maladies auto-immunes
| Getty Images/Juan Gaertner

Dans le cadre d’une nouvelle étude prometteuse, des chercheurs de l’Université d’Arizona présentent un nouveau type de cellule T génétiquement modifiée, capable de cibler et d’attaquer les cellules T pathogènes qui causent le diabète de type 1. Une avancée qui pourrait conduire au développement de nouveaux traitements d’immunothérapie.

Nous savons que le système immunitaire lutte contre les bactéries, les virus et d’autres agents pathogènes en utilisant plusieurs types de cellules T, qui possèdent toutes des récepteurs spécifiques à des antigènes particuliers. Sur les cellules T dites « tueuses », le récepteur travaille de concert avec trois modules de signalisation et un corécepteur pour détruire la cellule infectée.

Michael Kuhns, professeur associé au département d’immunobiologie de l’UArizona College of Medicine-Tucson, a copié cette conception évolutive pour concevoir des cellules T à récepteur d’antigène chimérique à cinq modules (5MCAR), pour les orienter contre les cellules T pathogènes. Les résultats de l’étude ont récemment été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Des résultats prometteurs pour traiter les maladies auto-immunes et le cancer

« Le 5MCAR était une tentative de comprendre si nous pouvions construire quelque chose par biomimétisme, en utilisant certaines des pièces naturelles de l’évolution, et rediriger les cellules T pour faire ce que nous voulons qu’elles fassent. Nous avons conçu un 5MCAR qui dirigerait les cellules T tueuses vers les cellules T auto-immunes qui servent de médiateur dans le diabète de type 1 », a déclaré le Dr Kuhns, membre du UArizona Cancer Center, de l’Institut BIO5 et de l’Arizona Center on Aging. « Donc maintenant, un lymphocyte T tueur va en fait reconnaître un autre lymphocyte T. Nous avons retourné l’immunité à médiation des cellules T sur elles-mêmes ».

À LIRE AUSSI :
Le tout premier rein bioartificiel autonome est en phase de test

Kuhns a travaillé avec le Dr Thomas Serwold, du Joslin Diabetes Center, affilié à la Harvard Medical School, pour tester les cellules T 5MCAR dans un modèle de souris diabétique non obèse, avec des résultats prometteurs. « Quand nous avons vu que les cellules T 5MCAR ont complètement éliminé les cellules T nocives qui ont envahi le pancréas, nous avons été époustouflés », a déclaré Serwold. « C’était comme s’ils les avaient chassés. Cette capacité est la raison pour laquelle nous pensons que les cellules T 5MCAR ont un potentiel énorme pour traiter des maladies comme le diabète de type 1 ».

En 2017, la Food and Drug Administration américaine a approuvé deux thérapies à base de cellules T à récepteur d’antigène chimérique (cellules CAR-T) pour des types de cancers spécifiques : l’une pour le traitement des enfants atteints de leucémie lymphoblastique aiguë et l’autre pour les adultes atteints de lymphomes avancés. Ces cellules CAR-T se concentraient uniquement sur le récepteur, et non sur les modules de signalisation environnants ou le corécepteur.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Le Dr Kuhns pense qu’en imitant la forme et la fonction d’une cellule T naturelle, y compris sa structure complexe à cinq modules, les chercheurs pourront à l’avenir cibler plus spécifiquement les antigènes avec une plus grande sensibilité. Ce type d’immunothérapie personnalisée est une initiative clé de l’UArizona Health Sciences, ainsi qu’une priorité du laboratoire de Kuhns. « Je suis généralement convaincu que l’évolution converge vers des principes connexes pour exécuter des tâches connexes », a déclaré Kuhns.

À LIRE AUSSI :
La limite des 14 jours pour la recherche sur les embryons humains a été levée

Les docteurs Kuhns et Serwold ont récemment reçu une subvention provisoire du National Institute of Allergy and Infectious Diseases pour poursuivre leurs recherches sur l’utilisation des cellules T 5MCAR pour prévenir les maladies auto-immunes. « Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas encore sur cette technologie », déclare Kuhns. « Ce que nous savons, c’est qu’elle fonctionne et qu’elle peut être très efficace dans un modèle de souris atteint de diabète de type 1. C’est donc formidable. Maintenant, nous avons encore beaucoup de travail à faire ».

Bien que cette étude prometteuse se focalise sur l’utilisation des cellules CAR-T pour le traitement du diabète de type 1, d’autres équipes de recherche pensent qu’il sera possible d’utiliser cette technologie pour de nombreuses autres maladies auto-immunes, au fur et à mesure qu’elle sera développée et maitrisée.

Source : Proceedings of the National Academy of Sciences

Laisser un commentaire