Des chercheurs montrent comment le LSD libère et étend notre perception

chercheurs montrent comment lsd libere etend perception
| Getty

Bien qu’ils soient étudiés depuis des décennies, les psychédéliques sont loin d’avoir livré tous leurs secrets. Les scientifiques tentent encore de déterminer avec précision leurs différents mécanismes d’action et les effets qu’ils provoquent sur notre cerveau. Récemment, des chercheurs travaillant sur le LSD ont montré que ce psychédélique permettait d’abattre les barrières mentales qui cloisonnent les pensées afin d’étendre et modifier notre perception.

Dans de nouvelles études, les chercheurs ont trouvé des preuves que le LSD, un psychédélique, abaisse les barrières qui contraignent les pensées. Ce faisant, cela permet à l’esprit de vagabonder plus facilement et de « découvrir le monde à nouveau ». « Normalement, nos pensées et nos informations entrantes sont filtrées par notre expérience antérieure. Mais si vous supprimez ce filtrage, vous regardez le monde avec de nouveaux yeux. Vous obtenez une perspective totalement nouvelle », déclare Parker Singleton, de l’Université Cornell de New York.

Singleton et ses collègues ont entrepris de tester le soi-disant modèle Rebus des psychédéliques. Signifiant « croyances détendues sous les psychédéliques », il encadre le cerveau comme un moteur de prédiction. Sous ce modèle, le cerveau prend des pensées et des informations des sens et les façonne en fonction de sa compréhension du monde. Cela rend le cerveau très efficace : armé de croyances antérieures, le bruit et l’incertitude de la perception et de la pensée sont rapidement martelés en une réalité cohérente.

Disparition des croyances antérieures et nouvelle perception

Mais le cerveau fonctionne différemment sous psychédéliques. Selon Rebus, des substances telles que le LSD affaiblissent l’influence des croyances antérieures que le cerveau utilise pour donner un sens au monde. Dans un sens, les drogues ramènent l’horloge du cerveau à un moment où il a appris que les murs ont tendance à ne pas bouger et que les objets inertes sont rarement menaçants.

À LIRE AUSSI :
Le paracétamol pendant la grossesse associé au TDAH et à l’autisme chez l’enfant

« Vous pouvez imaginer que vous pourriez éprouver des perceptions modifiées. Si votre croyance antérieure est que les murs ne bougent pas et que celle-ci disparaît, alors ce mur peut sembler bouger », explique Amy Kuceyeski, auteur principal de l’étude à Cornell. Les auteurs ont analysé les scintigraphies cérébrales par IRMf de personnes sous placebo ou LSD.

Ceux-ci ont révélé quatre états distincts, ou modèles d’activité, entre lesquels le cerveau basculait lorsque les volontaires se reposaient dans le scanner. Deux des états cérébraux étaient en grande partie déterminés par des parties sensorielles du cerveau, tandis que les deux autres impliquaient le type de traitement descendant que le cerveau effectue pour donner un sens au monde. Sous LSD, le cerveau a passé moins de temps sur le traitement de plus haut niveau et plus de temps sur les activités sensorielles.

En comparant les scans du cerveau sous LSD à ceux sous placebo, les chercheurs ont découvert que la drogue réduisait la quantité d’énergie dont le cerveau avait besoin pour passer d’un état cérébral à un autre. Kuceyeski assimile cela à aplanir le paysage sur lequel le cerveau peut se déplacer. Normalement, l’activité cérébrale est limitée par les montagnes et les vallées de nos croyances antérieures, mais avec le LSD, ces obstacles s’aplatissent. « Cela nous permet de bouger plus librement et d’avoir une activité cérébrale plus dynamique ».

Réamorcer une communication entre différentes parties du cerveau

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Dans leur article publié en pré-impression, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, les chercheurs montrent comment la distribution d’un récepteur particulier appelé 5-HT2a, la cible principale du LSD, permet à celui-ci d’avoir un effet de nivellement aussi profond. David Nutt, professeur de neuropsychopharmacologie à l’Imperial College de Londres, déclare que « l’aplatissement du paysage » permettait à des zones du cerveau de communiquer pour la première fois depuis la petite enfance.

À LIRE AUSSI :
Les masses des chromosomes humains ont été mesurées pour la première fois
schema energie cerveau lsd
Le LSD aplanit les niveaux d’énergie cérébrale cloisonnant certaines parties neurocognitives, leur permettant de communiquer entre elles. © S. Parker Singleton et al. 2021

« Tout le processus de développement et d’éducation de l’enfant consiste à prendre votre cerveau, qui est extrêmement malléable, et à le forcer à ressembler à celui de tout le monde. Sous les psychédéliques, vous revenez à un état où des zones du cerveau qui n’ont pas communiqué depuis que vous êtes bébé peuvent le faire à nouveau. Et c’est cette connectivité accrue qui permet aux gens d’obtenir de nouvelles informations sur d’anciens problèmes ».

La capacité du LSD à libérer l’activité cérébrale peut expliquer pourquoi les psychédéliques peuvent aider les personnes souffrant de dépression, d’anxiété et d’autres troubles de santé mentale tels que le trouble de stress post-traumatique. « Dans la dépression, les gens sont enfermés dans une façon de penser qui est répétitive et ruminative. C’est comme la pensée jalonnée. Les psychédéliques perturbent ce genre de processus afin qu’ils puissent y échapper », conclut Nutt.

Sources : bioRxiv

Laisser un commentaire