Des chiens au pelage bleu découverts près d’une usine chimique abandonnée en Russie

chiens pelage bleu decouverts pres usine chimique abandonnee
Les chiens "bleus" ont été aperçus près d'une usine désaffectée à Dzerzhinsk, dans la région de Nijni-Novgorod, en Russie. | Alexey Ganin
Écoutez la version audio de l'article en vous abonnant !

C’est une découverte bien étrange et surtout alarmante qu’ont pu faire des habitants en Russie : des chiens au pelage bleu vif ont été aperçus près d’une usine abandonnée à Dzerzhinsk. Selon des experts animaliers, les animaux pourraient souffrir d’irritations cutanées et d’hémorragies internes suite à l’exposition à des produits chimiques nocifs.

Ces images montrant ces étonnants chiens bleus ont été prises près de la ville russe de Dzerzhinsk, à 370 kilomètres à l’est de Moscou. Peu de temps après leur mise en ligne il y a de ça un mois, elles sont rapidement devenues virales. La teinte cobalt éthérée est probablement le résultat d’une exposition au sulfate de cuivre issu d’une usine chimique abandonnée à proximité.

La Humane Society International (HSI) sollicite les autorités de la ville de Dzerzhinsk afin qu’ils mettent en place des programmes de stérilisation et de vaccination pour protéger le bien-être des chiens errants, comme ceux-ci. La HSI est une organisation mondiale à but non lucratif qui lutte pour le bien-être des animaux et contre la cruauté animale. Elle compte 12 millions de membres à travers le monde.

« Bien que la couleur unique du pelage des chiens puisse attirer l’attention, […] elle pourrait être le signe d’une myriade de préoccupations concernant le bien-être des animaux », avertit Kelly O’Meara, vice-présidente de la HSI.

Un contact direct avec des substances chimiques nocives

« Cette situation avec les chiens errants vivant près d’une usine chimique abandonnée à Dzerzhinsk, en Russie, révèle un problème de bien-être très évident à travers la décoloration de leur fourrure », a-t-elle déclaré. « La teinte de leur fourrure implique qu’ils ont été en contact direct avec des substances potentiellement toxiques ou nocives, voire qu’ils en ont ingéré. Cela pourrait entraîner des brûlures ou des démangeaisons douloureuses de la peau ou des hémorragies internes, ainsi que des maladies pouvant entraîner la mort, sans intervention vétérinaire ». Malgré la situation, selon O’Meara, l’engagement des autorités russes — où la HSI n’a pas de présence officielle — est faible.

« Jusqu’à présent, les autorités des villes russes n’ont pas mis en œuvre de stratégies efficaces et humaines pour s’occuper de leurs populations de chiens errants, et peuvent souvent recourir à des méthodes de contrôle cruelles et inefficaces », a-t-elle averti. « Nous les encourageons à adopter des programmes de stérilisation/vaccination pour améliorer le bien-être de ces chiens et pour éviter les dangers et la cruauté, tant accidentels qu’intentionnels, qu’ils subissent souvent ».

À LIRE AUSSI :
Le traitement des eaux usées : un enjeu essentiel

Une situation similaire il y a plusieurs années…

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

L’incident de Dzerzhinsk n’est pas la première fois que des animaux d’une couleur étrange sont repérés dans la ville. Andrey Mislivets, le gestionnaire de faillite de l’usine chimique que l’on croit responsable de la fuite qui a fait virer les chiens au bleu, a déclaré à l’agence de presse russe Spoutnik, dirigée par l’État : « Il y a plusieurs années, une situation similaire s’est produite lorsque des chiens errants ont été en contact avec des ‘colorants’ non naturels ».

Mislivets a d’ailleurs confirmé les soupçons selon lesquels les chiens dans cette affaire avaient été exposés à des produits chimiques industriels : « Il est possible qu’ils aient trouvé les restes de certains vieux produits chimiques et qu’ils se soient roulés dedans, et peut-être que c’était du sulfate de cuivre ». « Ils ont dû trouver quelque chose. Personne ne les contrôle ».

« Des discussions sont en cours avec les chefs de l’entreprise sur la possibilité de récupérer les chiens. Ils doivent être contrôlés, leur santé doit être évaluée et la raison de leur coloration doit être trouvée », a déclaré un porte-parole du gouvernement russe. « Nous espérons que dans ce cas, la source du problème sera identifiée et jugée bénigne, et que le bien-être des chiens ne sera pas compromis », conclut O’Meara.

Laisser un commentaire