Des chercheurs ont réussi à créer un tout nouveau type de chimère en produisant des embryons hybrides mouton-humain qui pourraient un jour représenter l’avenir du don d’organes, en utilisant des parties du corps cultivées à l’intérieur d’animaux artificiels non naturels.

C’est avec cet objectif en tête que les scientifiques ont créé la toute première chimère inter-espèce mouton-homme, en introduisant des cellules souches humaines dans des embryons de moutons, résultant en une créature hybride composée à environ 99% de mouton, mais qui a tout de même 1% d’humain.

Bien que la partie humaine des embryons créés dans le cadre de l’expérience (avant qu’ils ne soient détruits après 28 jours) soit extrêmement petite, le simple fait qu’elle soit présente, est ce qui génère une controverse considérable dans ce domaine de recherche. « La contribution en cellules humaines jusqu’à présent est très faible. Cela n’a rien à voir avec un cochon à tête d’homme ou qui possède un cerveau humain », a déclaré Hiro Nakauchi, biologiste spécialiste des cellules souches à l’Université de Stanford, lors d’une présentation de la recherche. Il a également expliqué qu’environ une cellule seulement sur 10’000 au sein des embryons de moutons, est humaine.

La recherche s’appuie sur des expériences antérieures menées par une partie de la même équipe, qui avait par le passé réussi à développer avec succès des cellules humaines dans des embryons de porc en phase précoce, créant ainsi des hybrides porc-humain, que les chercheurs ont décrits comme des chimères inter-espèces.

Bien que le stéréotype du « scientifique fou » soit pleinement présent lorsque de telles recherches sont effectuées, il faut savoir que ces expériences pourraient bien un jour offrir une solution unique aux milliers de personnes qui se trouvent sur les listes d’attente pour des organes qui pourraient sauver leurs vies. À savoir que la plupart des patients dans de telles situations décèdent car ils n’ont pas accès assez rapidement à des organes compatibles, expliquent les chercheurs. « Même aujourd’hui, les organes les mieux adaptés, sauf s’ils proviennent de jumeaux identiques, ne durent pas très longtemps car le système immunitaire les attaque continuellement », explique Pablo Ross, l’un des membres de l’équipe, biologiste de la reproduction à l’Université de Californie.

Bien qu’il reste encore du chemin à parcourir, les organes produits dans les chimères inter-espèce pourraient être un moyen de produire suffisamment d’organes pour répondre à la demande, en transplant par exemple, un pancréas hybride d’un mouton ou d’un cochon, à un patient n’ayant pas d’autre solution.

Afin que la greffe fonctionne, les chercheurs pensent qu’au moins 1% des cellules de l’embryon devraient être humaines, voire plus, ce qui signifie que ces premières étapes démontrées lors de l’expérience chez le mouton-humain sont encore très préliminaires, bien qu’encourageantes.

Mais bien entendu, augmenter le ratio humain dans le mélange des chimères soulève également inévitablement les questions d’éthiques sur le genre de créature créée dans le seul but de faire en sorte que ses organes soient récoltés. « J’ai les mêmes préoccupations. Disons que si nos résultats indiquent que les cellules humaines vont toutes dans le cerveau de l’animal, alors nous ne pourrons jamais aller de l’avant », explique Ross.

Il n’y a pas de réponses faciles au genre de questions éthiques que soulève ce genre de recherches. Mais avec une personne inscrite sur une liste d’attente de transplantation (aux États-Unis) toutes les 10 minutes, les chercheurs affirment que nous ne devrions pas négliger les possibilités qui pourraient s’offrir à nous grâce à de telles chimères. « Toutes ces approches sont controversées, et aucune n’est parfaite, mais elles offrent de l’espoir aux personnes mourantes. Nous devons explorer toutes les alternatives possibles pour fournir des organes aux personnes malades », continue Ross.

Les résultats de la recherche ont été présentés lors du week-end dernier, durant la réunion annuelle de l’American Association for the Advancement of Science à Austin, au Texas (USA).

Sources : American Association for the Advancement of Science, National Geographic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.