Même si les virologues ne savent pas encore exactement quel était l’hôte initial du coronavirus de Wuhan lors de sa transmission à l’Homme — chauve-souris, serpent ou pangolin, les autorités chinoises ont récemment décrété l’interdiction de la chasse et de la vente d’espèces animales sauvages dans le cadre alimentaire. Une mesure prise pour renforcer la lutte contre l’épidémie actuelle de SARS-CoV-2. Une telle interdiction devrait réduire les risques de propagation future du coronavirus.

La Chine réprime interdit le commerce des espèces sauvages. La semaine dernière, les plus hautes autorités du pays ont décrété une interdiction permanente. « Il est interdit de chasser, d’échanger et de transporter des animaux sauvages terrestres qui évoluent et se reproduisent naturellement dans la nature à des fins alimentaires », précise la nouvelle loi.

Depuis des décennies, les militants réclament la fin des marchés de faune en Chine, où les animaux, y compris ceux qui sont malades ou moribonds, sont maintenus en cage, souvent dans de mauvaises conditions et à proximité des gens. Le bien-être animal est une raison suffisante pour les interdire. Les marchés abritaient également l’énorme commerce sous le comptoir de produits illégaux, tels que les ailerons de requin.

Une interdiction qui pourrait favoriser le commerce clandestin d’animaux sauvages

Cependant, il existe des risques que l’interdiction des marchés puisse renforcer le commerce clandestin, aggravant la situation. Après l’apparition du SRAS, qui provenait également des animaux, en 2002, les marchés légaux ont été suspendus, mais les gens achetaient toujours des animaux sauvages sur le marché noir et le virus se propageait toujours, explique David Heymann de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

marche chine

Les marchés vendant des animaux sauvages pour une consommation alimentaire sont nombreux et traditionnels en Chine. La nouvelle interdiction pourrait favoriser le développement du marché noir. Crédits : Zoe Greatorex/WCS

Des recherches connexes soutiennent son avertissement. Une étude menée en 2018 par Yin Li du China Animal Health and Epidemiology Center a révélé que l’interdiction par les autorités chinoises des marchés d’oiseaux vivants au milieu de l’épidémie de grippe aviaire de 2013 avait entraîné la propagation de ce virus dans des zones non infectées.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Le problème était que différentes provinces ont mis en œuvre des interdictions à des moments différents, ce qui signifie que les prix de la volaille baissaient dans une zone, ce qui motivait les commerçants à déplacer les animaux infectés ailleurs. « Ce type de comportement est régulièrement observé dans de nombreuses épidémies et constitue également un problème important dans la maîtrise de la peste porcine africaine », explique Chris Walzer de la Wildlife Conservation Society.

Sur le même sujet : Le mystère s’épaissit concernant la véritable source animale du coronavirus

Des conséquences bénéfiques à tous les niveaux

Heureusement, la nouvelle interdiction est différente. Bien qu’il y ait des failles (elle ne couvre que les espèces sauvages commercialisées pour la nourriture, pas pour la médecine ou la recherche), elle est immédiate, permanente et à l’échelle nationale. Matt Lowton de la Zoological Society de Londres affirme que cela pourrait également déclencher un changement dans les futures générations, car les enfants ne grandiront pas avec le commerce des animaux sauvages.

La toile de fond de tout cela est que les marchés légaux n’ont jamais été bien réglementés. Richard Thomas, du groupe de surveillance du commerce des espèces sauvages TRAFFIC, a partagé une photo d’un marché de la faune où des civettes, qui ont aidé à propager le SRAS aux humains, sont assises en cage à côté de biscuits destinés à la consommation humaine.

Walzer indique que l’interdiction, comme toute interdiction, est susceptible d’encourager les activités criminelles. Mais toute propagation locale à court terme de virus résultant d’une telle activité aura un faible impact dans le contexte des gains globaux. Et n’oublions pas la vue d’ensemble : interdire définitivement les marchés de faune en Chine ne mettra pas fin au commerce illégal, mais le réduira.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.