2.7K Partages

Cela fait des décennies que de nombreuses inquiétudes sont apparues concernant les origines de l’approvisionnement des organes humains en Chine pour des transplantations. À présent, de nouvelles découvertes effroyables confirment que ces craintes de longue date demeurent totalement justifiées.

Un tribunal indépendant créé dans le but d’enquêter sur ces allégations de prélèvement d’organes forcé en Chine, a déterminé qu’une campagne généralisée d’abus des droits de l’homme à la limite du génocide est la source principale du stock d’organes de la nation pour les procédures de transplantation.

Bien que le gouvernement chinois ait affirmé la cessation de ces activités (soit de retirer des organes à des prisonniers) il y a de cela plusieurs années déjà, le tribunal indépendant, dirigé par des avocats, des experts des droits de l’homme et un chirurgien spécialiste des greffes, a déterminé de manière unanime que le prélèvement d’organes à grande échelle sur des prisonniers (ainsi que sur des dissidents) demeurait une pratique continue en Chine.

« La conclusion montre que de très nombreuses personnes sont décédées de manière horrible et indescriptible, et ce sans raison, et que de très nombreux autres individus risquent de subir la même chose », a déclaré Sir Geoffrey Nice, en prononçant le jugement final du jury. « Rien n’indique que la pratique a été arrêtée et le tribunal est convaincu qu’elle se poursuit », a ajouté Sir Geoggrey Nice.

Après des mois passés à examiner des témoignages ainsi qu’une énorme quantité de preuves documentées, le tribunal a déclaré qu’il était clair que ces pratiques horribles se poursuivaient. Par exemple : des temps d’attente extrêmement courts (parfois quelques semaines, voire moins) pour des procédures de greffe sont courants en Chine, ce qui suggère un riche excédent d’organes compatibles. Mais d’où provient ce stock illimité de parties du corps ?

prelevement organes chine force prisonniers

Sur cette image, un policier marche devant une bannière du Falun Gong, à l’extérieur de l’International Congress of Transplantation Society, à Hong Kong. Crédits : Bobby Yip/Reuters

En 2016 déjà, une étude sur le sujet révélait que 640 organes avaient été transplantés sur une période de 10 ans, bien que seulement 30 donneurs aient été officiellement répertoriés, ce qui suggère que chaque donneur aurait abandonné plus de 21 parties du corps en moyenne, ce qui est bien entendu totalement impossible.

Les inquiétudes suscitées par ce type de chiffres ont conduit d’autres chercheurs à notamment conclure que des centaines d’articles scientifiques chinois pouvaient être compromis en raison de leur dépendance (et lien) à des milliers d’organes provenant de sources non éthiques. Dans tous les cas et dans le contexte actuel, les coûts humains compensent à eux seuls toutes les implications périphériques et scientifiques.

Enver Tohti, un ancien chirurgien chinois qui a témoigné lors des audiences, a déclaré avoir reçu l’ordre de « couper en profondeur et de travailler vite » lorsqu’il était jeune chirurgien et qu’il travaillait sur un site d’exécution dans le nord-ouest de la Chine.

Un jour, lorsque Tohti était en train d’extraire le foie et les reins d’une victime exécutée par une balle dans la tête et dont le corps avait été jeté au bord de la route, il a fait une découverte horrible : « J’ai commencé à découper le corps, puis il a commencé à se débattre et j’ai su qu’il était toujours en vie, mais il était trop faible pour me résister », a déclaré Tohti.

Les récits comme celui-ci sont nombreux, tout comme d’autres rapports émis par des médecins chinois qui admettent volontiers aux enquêteurs sous couverture que les parties du corps se retrouvant dans le système hospitalier chinois proviennent de sources illégales. Plus précisément, il s’agit de parties de corps de personnes appartenant au groupe spirituel persécuté Falun Gong.

pratiquants prisonniers organes prelevement force

Des pratiquants de Falun Gong méditent sur la place de la liberté de Taipei (Taïwan), le 8 novembre 2014. Crédits : Liudmila Kotvitckaia/Shutterstock

À savoir que le Falun Gong est une ancienne discipline de qigong (gymnastique traditionnelle chinoise fondée sur la connaissance et la maîtrise du souffle, associant des mouvements lents, des exercices respiratoires et des exercices de concentration) qui a notamment pour but le développement physique et spirituel.

La persécution du Falun Gong se réfère à la campagne lancée depuis juillet 1999 par le parti communiste chinois contre les pratiquants de Falun Gong, visant à éliminer cette pratique dans la République populaire de Chine.

falun-gong-chine-prisonniers

Le Falun Gong est interdit en Chine. Crédits : Lucy Nicholson/Reuters

Dans sa conclusion finale dite « inévitable », le tribunal chinois indépendant a conclu que des prélèvements forcés d’organes sont effectués depuis de nombreuses années dans toute la Chine. Le pays se procure principalement des parties de corps de détenus, pratiquants de Falun Gong, et peut-être aussi d’une minorité ethnique appelée les Ouïghours (bien que d’autres groupes soient également particulièrement visés).

Tout en s’abstenant de conclure que le meurtre et le prélèvement forcé d’organes de ces peuples constituaient un génocide au sens de sa définition juridique (faute de preuve de l’intention réelle de commettre le génocide), le tribunal a néanmoins condamné le prélèvement forcé d’organes en tant que crime contre l’humanité.

Vous aimerez également : Transplantation d’organes; une donneuse transmet son cancer du sein à quatre receveurs

En l’état actuel des choses, l’ampleur réelle de ces horreurs ne sera probablement jamais connue… mais le tribunal estime que près de 90’000 greffes d’organes ont lieu en Chine chaque année, pour une industrie valant un milliard de dollars par an.

Bien que la décision du comité n’ait aucun effet juridique réel, elle peut toutefois aider à influencer d’autres organismes internationaux, tels que les Nations Unies, les gouvernements, ainsi que les institutions et les entreprises faisant affaire avec la Chine : « J’ai été procureur pendant 10 ans. Les preuves sont accablantes », a déclaré le défenseur des droits de l’homme David Kilgour, qui a témoigné lors des audiences.

« Ce crime ne fait pas que continuer ; nous documentons qu’il empire réellement. Ce système qui prélève les organes du Falun Gong est en train de devenir plus grand, pas plus petit ! », explique le tribunal indépendant.

Les conclusions abrégées du tribunal chinois sont disponibles sur le site internet de l’organisation (ci-dessous). Les rapports complets seront publiés prochainement.

Sources : China Tribunal, SocArXiv Papers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2.7K Partages
2.7K Partages
Partager via