Combien d’organes le corps humain possède-t-il ?

combien organes dans corps humain couv
| Freepik

Depuis les anciens Égyptiens qui prélevaient les organes des corps pour les embaumer jusqu’aux opérations modernes de transplantation, la compréhension de la structure organique du corps a été d’une importance capitale pour les scientifiques. Pendant des milliers d’années, le corps humain a été étudié sous toutes les coutures afin de comprendre son fonctionnement, et donne lieu aujourd’hui à des manuels d’anatomie extrêmement détaillés. Les biologistes se sont donc ainsi naturellement attachés à savoir combien d’organes contient concrètement le corps humain.

Les organes sont des groupes de tissus qui travaillent ensemble pour poursuivre un objectif commun, explique Lisa M.J. Lee, professeure au Département de biologie cellulaire et développementale de la faculté de médecine de l’Université du Colorado. « Chaque organe a une fonction concernant la performance physiologique humaine ou la survie ».

Mais tous les organes ne sont pas nécessaires à la survie. Seuls cinq organes — le cerveau, le cœur, le foie, au moins un rein et au moins un poumon sont absolument essentiels à la vie, rappelle Lee. La perte de la fonction totale de l’un de ces organes vitaux entraîne la mort. Fait remarquable, le corps humain peut survivre sans beaucoup d’autres organes, ou en remplaçant un organe qui ne fonctionne pas par un dispositif médical.

principaux organes corps humain
Bien qu’il possède de nombreux organes, les cinq organes essentiels à la vie pour l’humain sont : le cerveau, le cœur, le foie, le rein et le poumon. Crédits : MediPix

Différents points de vue pour différents organes

Quant au comptage des organes dans le corps humain, cela dépend comment vous comptez, indique Lee. Bien que les sources initiales donnant ce nombre soient encore incertaines, le décompte général est de 78 organes. Cette liste comprend les organes vitaux : la langue, l’estomac, la thyroïde, l’urètre, le pancréas, ainsi que de nombreux autres organes simples ou pairs. Les os et les dents ne sont comptés qu’une seule fois.

À LIRE AUSSI :
La consommation de piment permet-elle de vivre plus longtemps ?

Chez les anatomistes, les points de vue diffèrent sur ce qui compte comme organe. Un histologiste comme Lee, qui étudie les tissus au niveau microscopique, peut dresser une liste d’organes plus longue qu’un anatomiste général, qui étudie ce qui est visible à l’œil nu.

Par exemple, des scientifiques ont fait la une des journaux en 2017 pour avoir décrit le mésentère, qui attache les intestins à la paroi abdominale, en tant qu’organe. Même si les chercheurs ont fourni de nouvelles preuves indiquant qu’il s’agit bien d’un organe, ce n’était pas controversé, comme de nombreux histologistes et anatomistes l’ont convenu. Mais aucun groupe n’est chargé de tenir un décompte officiel des organes ou de décider de ce qui est considéré comme un organe.

À LIRE AUSSI :
La science d'une personnalité curieuse, créative et/ou entreprenante

De 78 à 315 organes : une question de définition

Du point de vue microscopique, lorsque plusieurs types de tissus se rejoignent et fonctionnent ensemble, l’unité est un organe, explique Lee. Lee pourrait définir l’ongle, ou des structures qui soutiennent l’ongle, comme étant un organe, et compter chaque dent comme un organe individuel. « Parce que les os sont déjà répertoriés une fois sur la liste des 78, pour obtenir un décompte du nombre total d’organes en utilisant cette définition, il suffit d’ajouter 205, pour un total de 284 organes ».

Le comptage de chaque dent séparément porte la liste à 315 organes. De nombreux autres organes ne sont répertoriés qu’une seule fois, même s’ils sont nombreux dans tout le corps. Par exemple, les ligaments et les tendons pourraient augmenter considérablement le nombre total d’organes lorsqu’ils sont comptés individuellement. Ce jeu est sans fin. La liste des 78 ne compte les nerfs qu’une seule fois, mais il y en a des milliards.

Plus d'articles
pandemie usa
États-Unis : les économistes prédisent un véritable « tsunami » de chômage