Une petite comète nommée 46P/Wirtanen s’approche actuellement de la Terre et devrait atteindre son point le plus proche le 16 décembre 2018. L’objet se trouvera alors à une distance de 11’586’350 kilomètres de la Terre, soit l’équivalent du 1/13e de la distance entre la Terre et le Soleil.

Selon Joe Rao, expert en observation du ciel, cette rencontre inter-orbitale sera la dixième la plus proche depuis 1950 : en tant que l’une des (plus de) 400 comètes de la famille des comètes Jupiter, 46P/Wirtanen possède une longue période orbitale, qui est actuellement de 5.4 ans, et une aphélie (le point le plus éloigné du Soleil), situé près de Jupiter. En se dirigeant vers son périhélie (vous l’avez deviné, le point le plus proche du Soleil), la comète se rapproche également de la Terre.

De plus, de temps en temps, l’orbite de notre planète se synchronise avec celle de la comète, d’une manière qui nous rend particulièrement accueillants par rapport à sa trajectoire de périhélie (voir vidéo ci-dessous). Comme vous vous en doutiez peut-être, 2018 est l’une de ces années ! Il sera d’ailleurs possible d’observer la comète à l’œil nu.

Voici ce que vous devez savoir si vous souhaitez observer cet événement dans le ciel nocturne. Au début du mois de décembre, 46P sera présente dans le ciel selon une déclinaison proche de -20°, située entre les constellations de la Baleine (Cetus) et Éridan (Eridanus). Le 16 décembre, la comète sera à mi-chemin entre les amas stellaires des Hyades et des Pléiades. Puis, à la veille du Nouvel An, « elle se dirigera vers une trajectoire nord-nord-est avec une déclinaison de +56 degrés dans la constellation du Lynx », a écrit Rao.

comete 46p observer ciel nocturne etoile

La comète 46P/Wirtanen atteindra son point le plus proche de la Terre le 16 décembre 2018. Crédits : SkySafari App

« Dans la plupart des régions situées dans les latitudes moyennes du nord, elle deviendra circumpolaire le lendemain de Noël ; en d’autres termes, de la même manière que la Grande Ourse ou Cassiopée apparaissent dans le ciel pour la plupart des régions du nord, la comète ne se « lèvera » pas, ni se « couchera » ; elle restera visible toute la nuit dans le ciel du nord », a ajouté Rao.

Vous aimerez également : Le nouveau télescope spatial TESS capture d’impressionnantes images d’une comète

Pour ce qui est de la facilité avec laquelle vous pourrez observer la comète 46P, la réponse est malheureusement moins claire. En effet, certains astronomes ont prédit que l’objet pourrait apparaître avec une magnitude apparente (une mesure de la luminosité utilisant une échelle logarithmique, où les nombres négatifs sont plus clairs) de +8. D’autres scientifiques pensent qu’elle sera plus brillante, avec une magnitude de +4 en décembre, atteignant un sommet de +3 le 16. Pour référence, un positif de 3 à 4 sur cette échelle, correspond aux étoiles les plus faibles visibles à l’œil nu dans une zone urbaine.

Il existe un autre élément perturbateur ; 46P ne ressemblera même pas à une « comète de faible luminosité ». En réalité, l’objet, qui possède un diamètre estimé de 1.2 kilomètre, n’est pas assez large pour engendrer une longue traînée de particules de poussière réfléchissant la lumière. Au lieu de cela, sa queue dérisoire est principalement composée de gaz.

Dans l’ensemble, la comète 46P/Wirtanen apparaîtra dans notre ciel comme une « boule de lumière diffuse et floue », qui selon Rao, « peut être assez difficile à observer dans l’arrière-plan d’un ciel pollué par la lumière ».

Afin de réunir les meilleures conditions d’observation, Rao suggère de trouver un endroit sombre, avec peu de pollution lumineuse provenant des villes, et de regarder la bonne zone du ciel à l’œil nu, tout en utilisant la technique de la vision avertée. En effet, cette technique (soit le fait de regarder un point près de l’objet en question, plutôt que de le regarder directement) permet aux cellules en bâtonnets de votre oeil, sensibles à la lumière faible (et regroupés juste au centre de votre rétine), de saisir plus de détails.

VIDÉO : Simulation de la trajectoire

Source : Sky & Telescope

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.