514 Partages

Les infections contractées par une femme enceinte durant la grossesse peuvent affecter le développement de l’enfant de différentes manières. Au-delà des altérations anatomiques et physiologiques purement somatiques, l’altération de certaines cellules neuronales précurseurs peuvent entraîner l’apparition de troubles psychiatriques plus tard chez l’enfant, notamment dans le spectre schizophrénique et autistique. C’est la conclusion d’une nouvelle étude qui met en lumière la gravité des infections et l’importance du moment où elles apparaissent.

Des infections graves au cours de la grossesse ont été liées à divers troubles psychiatriques par différentes études menées chez l’Homme et l’animal. Des chercheurs de l’Université de Copenhague ont montré, chez des souris, comment les infections affectent le développement neuronal et l’importance du moment de l’infection.

Infections, développement du cerveau et troubles psychiatriques

La santé de la mère est très importante pour le développement du cerveau du fœtus pendant la grossesse. De nombreux facteurs jouent un rôle clé dans le développement sain du cerveau, notamment la nutrition, le stress, l’équilibre hormonal et le système immunitaire de la mère.

Il a été observé chez les humains et les animaux que les infections graves chez la femme enceinte constituent un facteur de risque de développer des troubles psychiatriques tels que la schizophrénie et des troubles du spectre autistique plus tard dans la vie de l’enfant.

Les auteurs de l’étude, publiée dans la revue Molecular Psychiatry, ont montré comment des infections chez la mère peuvent altérer le développement des cellules souches et des précurseurs des cellules neuronales du cerveau.

cycle souris

L’inflammation maternelle affecte le développement des interneurones à plusieurs étapes, telles que la prolifération, la migration, la différenciation et la maturation, entraînant une vulnérabilité accrue aux troubles mentaux. Crédits : Navneet A. Vasistha et al. 2019

« La connexion a déjà été faite dans des études sur des animaux et des études d’observation clinique. Cependant, c’est la première fois que nous montrons comment les infections pendant la grossesse affectent le développement du cerveau et peuvent entraîner des troubles cognitifs. Bien que de nombreux facteurs aient été supposés ou indiqués, il est important de montrer les étapes du développement neuronal réellement affectées » déclare Konstantin Khodosevich.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Infections : la réponse immunitaire de la mère altère les cellules cérébrales de l’enfant

Les chercheurs ont étudié le développement des neurones chez la souris. La réponse immunitaire de la mère à l’infection a eu un effet qui s’étend des cellules souches et des cellules précurseurs aux cellules neuronales, entraînant une perturbation profonde de leur développement dans le cerveau. Plus spécifiquement, le développement des interneurones GABAergiques corticaux — la classe de neurones qui permet l’inhibition dans le cerveau — était altéré.

perte neurones

Les infections durant la grossesse altèrent le développement neuronal, entraînant une diminution du nombre de neurones moteurs et somatosensoriels (bley). Crédits : Navneet A. Vasistha et al. 2019

Sur le même sujet : L’autisme serait également lié à certains problèmes durant la grossesse

L’effet a été immédiat et a eu des conséquences profondes via des altérations durables, entraînant ainsi de multiples « impacts » au cours du processus de développement neuronal — de la naissance des neurones à leur maturité.

En outre, les chercheurs ont également conclu que les souris nouveau-nées présentaient des symptômes similaires à ceux des troubles psychiatriques humains, notamment une inhibition réduite de la prépulsion, une interaction sociale altérée et un déclin cognitif.

L’importance du moment de l’infection durant la grossesse

« L’étude chez les humains pose de gros problèmes technologiques et éthiques, en raison de la vulnérabilité des femmes enceintes. C’est pourquoi nous étudions le fonctionnement des mécanismes chez la souris. Les troubles psychiatriques sont très complexes et pour certains, nous ne savons toujours pas comment ils se présentent. Nous voulons vraiment contribuer à la compréhension scientifique de ces maladies » explique Khodosevich.

Selon le moment de l’infection au cours de la grossesse, différentes cellules précurseurs et, par conséquent, différents neurones, ont été affectés. Cela signifie que le moment de l’infection est très important et peut conduire à des résultats variables en fonction du stade de développement du cerveau affecté. Cela peut potentiellement sous-tendre la complexité des troubles psychiatriques.

Les chercheurs espèrent maintenant approfondir leurs connaissances des mécanismes moléculaires et des voies de signalisation à l’origine de la dégradation du développement des interneurones.

Sources : Molecular Psychiatry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

514 Partages
514 Partages
Partager via
Copier le lien