Tandis que la nouvelle épidémie à coronavirus débutée à Wuhan, en Chine, continue de s’étendre, les infectiologues tentent d’en apprendre toujours plus sur le virus et sa dynamique. Le fait que le virus se transmette bien avant que les premiers symptômes n’apparaissent rend déjà sa maîtrise plus compliquée que son homologue à l’origine du SRAS. En outre, de nouvelles estimations révèlent que 2019-nCoV pourrait être beaucoup plus contagieux qu’initialement prévu. Bien que ces estimations mises à jour ne soient pas encore totalement confirmées, elles pourraient pousser les autorités à alourdir les mesures déjà mises en place.

L’épidémie de coronavirus a atteint au moins 13 pays. Au mercredi 29 janvier, il y avait plus de 6000 cas confirmés de virus, tandis que des dizaines de milliers de personnes sont sous surveillance médicale dans le monde. Selon les derniers rapports, plus de 130 personnes sont mortes du virus.

2019-nCoV peut se propager avant que les symptômes ne se manifestent, ce qui signifie qu’il est plus difficile de limiter la transmission entre les personnes. Il existe des cas confirmés de virus en Asie, aux États-Unis, en Australie et en Europe.

Jusqu’à présent, tous les cas hors de Chine semblent concerner des personnes qui ont voyagé depuis la province de Hubei, où l’épidémie a commencé. Des cas confirmés ont été signalés en Chine continentale, à Hong Kong, à Macao, en Thaïlande, aux États-Unis, en Australie, au Japon, en Malaisie, à Singapour, à Taiwan, en France, en Allemagne, en Corée du Sud, au Vietnam, au Canada, au Népal. Jusqu’à présent, tous les décès enregistrés se sont produits dans la province de Hubei.

Suggestion avant de continuer : Tout ce qu’il faut savoir sur le coronavirus se propageant depuis la Chine

Un coronavirus potentiellement plus contagieux qu’initialement prévu

L’ampleur de l’épidémie dépendra de la rapidité et de la facilité de transmission du virus entre les personnes. D’après les données recueillies jusqu’au 18 janvier, il apparaît qu’en moyenne, chaque personne infectée par le virus le transmet à entre 1.1 et 3.5 autres personnes, selon une analyse de Natsuko Imai et de ses collègues de l’Imperial College London. En utilisant des estimations similaires, Robin Thompson de l’Université d’Oxford prédit qu’il y a une chance sur trois qu’une personne qui apporte le virus au Royaume-Uni le transmette à d’autres personnes dans le pays.

estimation originale

Les estimations originales de contagiosité du virus définissaient une borne de transmission située entre 1.1 et 3.5 personnes. Crédits : Natsuko Imai et al. 2020

Cette estimation est basée sur les données recueillies depuis le début de l’épidémie. Thompson espère que, à mesure que les pays intensifieront leurs mesures pour contrôler la propagation du virus, les risques que cela se produise deviendront moins élevés.

Mais il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur le virus, et certains chercheurs suggèrent qu’il pourrait se propager plus rapidement que prévu. Une étude, basée sur des données recueillies entre le 10 et le 21 janvier, estime que chaque personne infectée par le virus peut le transmettre à entre 3.1 et 5.4 autres personnes (contre 1.1-3.5 précédemment estimé).

seconde estimation

Les nouvelles estimations définissent une borne de transmission située entre 3 et 5 personnes. Crédits : Shi Zhao et al. 2020

Le travail, par Shi Zhao à l’Université de Hong Kong et ses collègues suggère que le virus est beaucoup plus contagieux qu’on ne le pensait à l’origine. L’estimation de Thompson a été calculée sur la base de l’hypothèse que le virus n’est pas contagieux jusqu’à ce que les symptômes apparaissent — et cela ne semble plus être le cas. « Si le virus est capable de se propager avant que les symptômes ne se manifestent, cela pourrait certainement expliquer pourquoi le virus se propage plus rapidement que le SRAS » explique Thompson.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

2019-nCoV : une épidémie différente de celle du SRAS de 2003

Des comparaisons ont été établies entre la pneumonie causée par le nouveau virus et le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), qui a infecté plus de 8000 personnes lors d’une épidémie mondiale qui a débuté en 2003. Les virus appartiennent à la même famille et peuvent tous deux provoquer de la fièvre et une pneumonie. Jusqu’à présent, le nouveau virus semble avoir un taux de mortalité plus faible. D’après le nombre de cas et de décès signalés, le taux semble se situer autour de 2.8%, contre 9.6% pour le SRAS. Mais il est trop tôt pour savoir à quel point le virus est dangereux.

Nous en sommes encore aux premiers jours de l’épidémie, explique Thompson. Le virus se propage plus rapidement que le SRAS. « Le SRAS a mis plusieurs mois à provoquer un millier de cas » explique Thompson. « Cela a causé près de 3000 cas en trois semaines ». L’épidémie de SRAS était terminée en 2004 — aucun cas n’a été signalé depuis. Les agences de santé ont maîtrisé le virus en isolant les personnes infectées et en filtrant les passagers des voyages en avion.

De telles mesures seront plus difficiles avec un virus qui peut se propager avant l’apparition des symptômes. Il y a également toujours un risque que le virus mute pour devenir plus contagieux ou mortel. Cependant, il n’y a pas encore de preuve que le virus a muté chez l’Homme, et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que le virus semble être stable.

Alors, à quel point devrions-nous être inquiets ? L’OMS ne tient toujours pas à déclarer une urgence de santé publique de portée internationale, bien que l’organisation affirme que le risque de contracter le virus est « très élevé en Chine, élevé au niveau régional et élevé au niveau mondial ».

Sur le même sujet : Ce site internet permet de suivre en temps réel la propagation du coronavirus chinois à travers le monde

Des provinces chinoises placées en quarantaine et des frontières fermées

Entre-temps, les autorités sanitaires chinoises ont pris des mesures sans précédent pour tenter de contrôler la propagation du virus. Wuhan, où l’épidémie a commencé, a été mise en quarantaine — les transports publics ont été fermés, l’aéroport est fermé et l’utilisation de véhicules à moteur personnels a été interdite. Les services d’immigration dans la ville ont été suspendus. Plusieurs autres villes ont également été placées en quarantaine, affectant des dizaines de millions d’habitants.

Les autorités chinoises ont également prolongé les vacances du Nouvel An lunaire. Les jours fériés devaient se terminer le 30 janvier, mais cela a été prolongé jusqu’au 2 février, et les écoles et universités restent fermées jusqu’à nouvel ordre. De plus en plus de pays filtrent les voyageurs aériens en provenance de Chine. La Mongolie a fermé ses frontières avec la Chine et le gouvernement de la Malaisie a déclaré qu’il ne délivrerait pas de visas aux personnes des régions touchées.

L’interdiction temporaire de la vente d’animaux sauvages

Le gouvernement chinois a également temporairement interdit la vente d’animaux sauvages sur les marchés et les restaurants. Bien que les origines du virus ne soient toujours pas claires, on pense qu’il a été transmis des chauves-souris aux humains, éventuellement par le biais des serpents ou des visons. Tous ces animaux auraient été en vente sur le marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan, où les premiers cas de virus ont été signalés.

La Wildlife Conservation Society (WCS) a demandé que l’interdiction soit rendue permanente. « Des marchés d’animaux vivants mal réglementés, mélangés à un commerce illégal d’espèces sauvages, offrent une opportunité unique aux virus de se propager des hôtes sauvages à la population humaine », a déclaré Christof Walzer au WCS dans un communiqué.

Sources : bioRxiv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.