2.5K Partages

Récemment, un nouveau coronavirus provoquant une mystérieuse maladie semblable au SRAS s’est propagé en Chine et dans trois autres pays asiatiques, depuis sa première apparition dans la ville centrale de Wuhan. Au départ, les autorités excluaient une transmission interhumaine, mais aux dernières nouvelles et suite au signalement de plusieurs décès, il s’avère que le virus peut bel et bien être transmis entre humains.

Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été alertée par les autorités chinoises d’une série de cas de pneumonie à Wuhan, une ville de 11 millions d’habitants. Les patients avaient été mis en quarantaine et des travaux de recherche sur l’identification de l’origine de la pneumonie avaient débuté.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis avaient identifié l’origine potentielle du virus : un marché de fruits de mer de Huanan (à Wuhan), en Chine.

Nouveau coronavirus

Le 9 janvier, l’OMS a déclaré que l’épidémie de Wuhan a été causée par un type inconnu de coronavirus, responsable d’un large éventail de maladies, allant du rhume à des affectations plus graves comme le SRAS. Le nouveau coronavirus est pour l’instant appelé “coronavirus de Wuhan”, ou 2019-nCoV.

Selon un bilan officiel, à ce jour, 59 personnes ont été infectées, dont sept qui sont dans un état grave.

Premier décès

Les autorités sanitaires chinoises ont déclaré qu’un premier patient est décédé du virus le 11 janvier. Peu de temps après, le nombre total de malades a été revu à la baisse et faisait état de 41 cas.

Une propagation au-delà de la Chine

Le 13 janvier, le virus s’est propagé au-delà des frontières de la Chine pour la première fois, avec un cas émergeant en Thaïlande, selon l’OMS. La victime est une Chinoise atteinte d’une légère pneumonie, qui revenait d’un voyage à Wuhan.

Le 15 janvier, la commission chinoise de la santé a déclaré qu’aucune transmission interhumaine du virus à l’origine de l’épidémie de Wuhan n’avait été confirmée, mais que cette possibilité “ne pouvait pas être exclue”.

Le lendemain, un premier cas de virus est confirmé au Japon, chez une personne qui avait séjourné à Wuhan début janvier.

Contrôles américains

Le 17 janvier, une deuxième victime, un homme de 69 ans, décède à Wuhan, selon les autorités.

Le même jour, les CDC annoncent qu’ils commenceront à contrôler les passagers en provenance de Wuhan dans trois aéroports : San Francisco, JFK (New York) et Los Angeles.

Sur le même sujet : Gastro-entérite : le groupe sanguin déterminerait le risque d’infection au norovirus

Confirmation de la transmission interhumaine

Le 20 janvier, un troisième décès et plus de 100 nouveaux cas sont annoncés en Chine, suscitant des inquiétudes avant les vacances annuelles du Nouvel An lunaire (ou Nouvel An chinois), qui commencent le 25 janvier et voient des centaines de millions de Chinois voyager à travers le pays.

Le virus est présent à Pékin au nord, à l’est de Shanghai et au sud de Shenzhen. Plus de 200 cas ont été enregistrés. Le virus a également été détecté en Corée du Sud chez un Chinois arrivé en avion depuis Wuhan.

Le président chinois Xi Jinping a affirmé, durant ses premiers commentaires publics sur l’épidémie, que le virus doit être “résolument contenu”. La transmission interhumaine est “affirmative”, a déclaré Zhong Nanshan à la chaîne de télévision publique CCTV, spécialiste chinois des maladies infectieuses.

Premier cas aux États-Unis

Un premier cas aux États-Unis a été signalé il y a quelques jours. Il concerne une personne dans l’État de Washington, près de Seattle. Le patient avait été hospitalisé la semaine dernière après un récent voyage à Wuhan.

Mise en quarantaine de la ville de Wuhan

Dans le but de stopper la propagation de la maladie, le gouvernement chinois a placé la ville de Wuhan en quarantaine. Selon un communiqué, tous les transports de passagers hors de la ville ont été temporairement suspendus.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Découverte de la potentielle origine du virus : les chauves-souris et les serpents [M.à.j du 22 janvier 2019]

Une récente étude démontre que 2019-nCoV aurait été transmis à l’Homme dans le marché de Wuhan, à partir des serpents. L’étude du code génétique de 2019-nCoV révèle que le nouveau virus est le plus étroitement lié à deux échantillons de coronavirus de type SRAS de chauve-souris en provenance de Chine, suggérant initialement que, comme le SRAS et le MERS, la chauve-souris pourrait également être à l’origine de 2019-nCoV.

Après une analyse des codes protéiques favorisés par le nouveau coronavirus et une comparaison avec les codes protéiques des coronavirus trouvés dans différents hôtes animaux, les chercheurs ont constaté que les codes de protéines de 2019-nCoV sont les plus similaires à ceux utilisés chez les serpents.

En savoir plus : Les serpents seraient à l’origine de la maladie à coronavirus déclarée en Chine

Mise en quarantaine de 10 autres villes chinoises [M.à.j du 23 janvier 2019]

À l’heure actuelle, 26 personnes en sont mortes pour près de 1000 cas recensés et des centaines d’autres redoutés… Tandis que la Chine s’inquiète de la propagation d’un mystérieux virus semblable au SRAS, de nombreux pays voisins, proches ou lointains, sont en alerte, craignant d’y faire face à leur tour.

Plusieurs villes chinoises ont pris des mesures de quarantaine, dont celle de Wuhan, mais aussi Huanggang, Ezhou ou encore Xianning. Ces mesures concernent 40 millions d’habitants, qui sont désormais confinés dans 13 communes.

virus chine situation carte

À Wuhan (là où le virus a été détecté pour la première fois), de nombreuses personnes infectées travaillaient où on fait des achats au marché de fruits de mer de Huanan. Crédits : Guardian graphic

En savoir plus : Coronavirus chinois : dix villes en quarantaine, festivités de Pékin annulées et fermeture d’une partie de la muraille de Chine

Construction d’un hôpital dédié en seulement 6 jours [M.à.j du 24 janvier 2019]

La ville chinoise de Wuhan est en train de construire un hôpital en un temps record (6 jours de construction, puis 4 jours de mise en service) afin de soigner les patients atteints du nouveau coronavirus, car l’épidémie sature les systèmes de santé du pays. L’hôpital sera fonctionnel le 3 février.

hopital chine virus coronavirus

Vue aérienne du site de l’hôpital, qui ouvrira ses portes le 3 février 2020. Crédits : China Xinhua News

En savoir plus : La Chine est en train de construire un hôpital en 6 jours dans le but de soigner les patients atteints du coronavirus

Trois cas signalés en France [M.à.j du 25 janvier 2019]

Le bilan ne cesse de s’alourdir : le matin du 25 janvier, on recense 41 morts confirmés en Chine. En France, un 3e cas de coronavirus a été détecté et confirmé par le ministère de la Santé, quelques heures après avoir signalé les deux premiers.

« Pour les voyageurs qui rentrent de Chine, il est important de se surveiller, et en cas de symptômes d’atteinte respiratoire ou de fièvre, il ne faut pas aller aux urgences mais appeler le centre 15, qui vient chercher le patient », a précisé Agnès Buzyn, ministre de la Santé.

En savoir plus : Épidémie du coronavirus : 3 cas confirmés en France, les premiers en Europe

 

Cet article sera régulièrement mis à jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2.5K Partages
2.5K Partages
Partager via
Copier le lien