COVID-19 : les cas de réinfection sont rares en général, mais fréquents chez les plus de 65 ans

covid-19 cas reinfection-rares general mais-frequents chez plus 65 ans
| Thomas Samson, Pool/AFP

Selon une nouvelle étude publiée dans The Lancet et revue par des pairs, et comme le montrent des études précédentes, la plupart des personnes ayant contracté la COVID-19 sont immunisées pendant au moins 6 mois, avec un taux de protection — selon ces nouveaux résultats — d’environ 80% pour les personnes de moins de 65 ans. Au-delà, ce taux de protection chute à 47%.

La nouvelle étude est basée sur les taux de réinfection au sein de la population du Danemark durant l’année 2020. Selon les chiffres, seule une petite proportion (0,65%) a présenté deux fois un test PCR positif. Cependant, alors qu’une infection antérieure conférait aux moins de 65 ans une protection d’environ 80% contre la réinfection, elle ne semble apporter que 47% de protection aux personnes âgées de 65 ans et plus, ce qui indique que cette catégorie est plus susceptible de contracter à nouveau la COVID-19 et de la transmettre à nouveau.

Ces conclusions soulignent l’importance des mesures visant à protéger les personnes âgées pendant la pandémie, telles qu’une distanciation sociale accrue et la priorité accordée aux vaccins à ces dernières, même pour les personnes âgées qui se sont remises d’une première infection. L’analyse suggère également que les individus ayant contracté le virus devraient tout de même être vaccinés, car on ne peut pas se fier à la protection naturelle, en particulier chez les personnes âgées.

Protéger la population à risque

Des études récentes ont suggéré que les réinfections sont rares et que l’immunité peut durer au moins six mois. Cependant, la mesure dans laquelle contracter la COVID-19 confère une protection contre les infections répétées reste mal comprise. Alors que les mesures préventives sont toujours en place, la majorité des pays observent des hausses de contaminations chez les personnes âgées, indiquant une certaine facilité d’infection chez cette catégorie d’individus, alors que souvent, ils s’exposent moins que les jeunes à des environnements à risque.

« Notre étude confirme ce qu’un certain nombre d’autres études semblaient suggérer : la réinfection par la COVID-19 est rare chez les personnes jeunes et en bonne santé, mais les personnes âgées ont plus de risques de la contracter à nouveau. Comme les personnes âgées sont également plus susceptibles de présenter des symptômes graves de la maladie et, malheureusement, d’en mourir, nos résultats montrent clairement combien il est important de mettre en œuvre des politiques visant à protéger les personnes âgées pendant la pandémie. Compte tenu de l’enjeu, les résultats soulignent combien il est important que les personnes adhèrent aux mesures mises en place pour assurer leur sécurité et celle des autres, même si elles ont déjà eu la COVID-19. Nos connaissances pourraient également éclairer les politiques axées sur des stratégies de vaccination plus larges et sur l’assouplissement des restrictions en matière de confinement », a déclaré le Dr Steen Ethelberg, du Statens Serum Institut, au Danemark.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs découvrent comment inverser le vieillissement des cellules immunitaires

Les auteurs de la nouvelle étude ont analysé les données recueillies dans le cadre de la stratégie nationale de dépistage de la COVID-19 au Danemark, grâce à laquelle plus des deux tiers de la population (soit 4 millions de personnes) ont été testés en 2020. Le test PCR national et gratuit — ouvert à tous, quels que soient les symptômes — est l’un des piliers centraux de la stratégie danoise de lutte contre la COVID-19, une approche qui la distingue de la plupart des autres pays.

Des résultats basés sur la souche originale du coronavirus

Les données utilisées par les chercheurs couvrent les première et deuxième vagues du pays. Cela leur a permis d’estimer la protection contre une infection répétée par la souche originale du SARS-CoV-2. Les ratios de résultats positifs et négatifs ont été calculés en tenant compte des différences d’âge, de sexe et de temps écoulé depuis l’infection, et ils ont été utilisés pour produire des estimations de la protection contre la réinfection.

Les auteurs notent que le délai de leur étude n’a pas permis d’estimer la protection contre la réinfection par les variantes du SARS-CoV-2, dont certaines sont connues pour être plus transmissibles. D’autres études sont donc nécessaires pour évaluer comment la protection contre la réinfection pourrait varier avec différentes souches de COVID-19.

Parmi les personnes qui ont été infectées lors de la première vague (entre mars et mai 2020), seulement 0,65% (72/11 068) ont été testées à nouveau positives lors de la deuxième vague entre septembre et décembre 2020. À 3,3% (16 819/514 271), le taux d’infection était cinq fois plus élevé chez les personnes ayant retourné un test positif lors de la deuxième vague après avoir été précédemment testées négatives.

Parmi les personnes de moins de 65 ans qui ont eu la COVID-19 lors de la première vague, 0,60% (55/9 137) ont été testées à nouveau positives lors de la deuxième vague. Le taux d’infection au cours de la seconde vague parmi les personnes de ce groupe d’âge qui avaient précédemment été testées négatives était de 3,60% (14 953/420 909). Le risque de réinfection était plus élevé chez les personnes âgées, puisque 0,88% (17/1 931) des personnes âgées de 65 ans ou plus qui avaient été infectées lors de la première vague étaient à nouveau positives lors de la deuxième vague. Parmi les personnes de 65 ans ou plus qui n’avaient pas eu la COVID-19 auparavant, 2% (1 866/93 362) se sont révélées positives lors de la deuxième vague.

Des résultats similaires dans une seconde analyse

Dans une autre analyse de cohorte, des résultats similaires ont été obtenus. Dans cette dernière, les données de test de près de 2,5 millions de personnes ont été évaluées pour déterminer les taux de réinfection tout au long de l’épidémie, et pas seulement pendant la deuxième vague. Seulement 0,48% (138/28 875) des personnes qui avaient été précédemment testées positives pour la COVID-19 l’ont à nouveau contracté au moins trois mois plus tard, contre 2,2% (53 991/2 405 683) pour celles qui avaient été initialement testées négatives. La protection estimée contre la réinfection était de 78,8%. La protection contre les infections répétées variait peu chez les personnes de moins de 65 ans, les auteurs estimant la protection à 80,5% pour ce groupe. Cependant, la protection contre la réinfection était beaucoup plus faible chez les personnes âgées de plus de 65 ans, avec une protection estimée à seulement 47%.

À LIRE AUSSI :
Une nouvelle thérapie préventive de l'autisme montre une réduction spectaculaire des taux de diagnostic

En raison de leur risque élevé d’exposition au virus, une sous-analyse des travailleurs de la santé a également été réalisée. Là encore, les résultats ont été similaires à ceux de l’analyse principale, avec 1,2% des personnes ayant eu la COVID-19 lors de la première vague qui ont été réinfectées, contre 6,2% de celles qui étaient négatives lors de la première vague. La protection estimée contre la réinfection était donc de 81,1%.

Une analyse plus poussée explorant une séparation de deux et quatre mois entre les vagues pandémiques (augmentant le temps entre le premier et le second test des patients pour limiter les risques d’erreur de classification des réinfections) a, encore une fois, donné des résultats similaires (76,7% et 82,8% de protection contre la réinfection, respectivement).

Aucune preuve indiquant un déclin de l’immunité après 6 mois

En accord avec les résultats d’autres études, les auteurs n’ont identifié aucune preuve que la protection contre la réinfection se soit affaiblie dans les six mois. La COVID-19 n’ayant été identifiée qu’en décembre 2019, la période d’immunité protectrice conférée par l’infection reste à déterminer.

« Dans notre étude, nous n’avons rien identifié qui indique que la protection contre la réinfection décline dans les six mois suivant la contamination par la COVID-19. Il a été démontré que les coronavirus étroitement apparentés que sont le SRAS et le MERS confèrent tous deux une protection immunitaire contre la réinfection qui peut durer jusqu’à trois ans, mais il est nécessaire de poursuivre l’analyse de la COVID-19 pour comprendre ses effets à long terme sur les risques des patients d’être à nouveau infectés », a déclaré la Dr Daniela Michlmayr, du Staten Serum Institut, au Danemark.

À LIRE AUSSI :
La limite des 14 jours pour la recherche sur les embryons humains a été levée

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les auteurs reconnaissent certaines limites à leur étude. Les informations cliniques détaillées ne sont enregistrées que si les patients sont admis à l’hôpital, il n’a donc pas été possible d’évaluer si la gravité des symptômes de la COVID-19 affecte la protection des patients contre la réinfection. Des erreurs de classification des réinfections ont pu se produire si l’ARN viral a persisté pendant plus de trois mois chez certains patients, bien que les auteurs aient cherché à en tenir compte en évaluant les intervalles de deux et quatre mois entre les vagues de COVID-19. Des erreurs de test peuvent également s’être produites, mais les tests PCR utilisés sont considérés comme très précis et les auteurs ne s’attendent qu’à environ deux faux positifs pour 10 000 tests chez les personnes non infectées, et environ trois faux négatifs pour 100 tests chez les personnes infectées.

« Par rapport à la réinfection plus formelle, les tests de dépistage de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine ne sont pas aussi précis que les tests de dépistage de l’infection par le VIH », ont déclaré les professeurs Rosemary J Boyton et Daniel M Altmann, de l’Imperial College de Londres, au Royaume-Uni, dans un commentaire lié.

« Par rapport aux rapports de cas de réinfection plus formels qui sont basés sur des données de séquences virales différentielles et qui font apparaître la réinfection comme un événement extrêmement rare, beaucoup trouveront les données rapportées par les collègues de Hansen sur la protection par l’infection naturelle relativement alarmantes. Une protection de seulement 80% contre la réinfection en général, diminuant à 47% chez les personnes âgées de 65 ans et plus, sont des chiffres plus inquiétants que ceux offerts par les études précédentes », ont-ils ajouté. « Ces données sont autant de confirmations, s’il en était besoin, que pour le SARS-CoV-2, l’espoir d’une immunité protectrice par les infections naturelles pourrait ne pas être à notre portée et qu’un programme de vaccination mondial avec des vaccins à haute efficacité est la solution durable ».

Source : The Lancet

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.