Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

COVID : certaines formes graves seraient dues à des réactions auto-immunes

covid-19 certaines formes graves dues réactions auto-immunes couv
| Shutterstock

Depuis l’émergence de la pandémie et des premiers cas de COVID-19, une énigme persiste toujours : pour quelles raisons certaines personnes guérissent-elles sans aucun mal, tandis que d’autres contractent des formes sévères et parfois fatales ? De nombreuses études ont tenté d’apporter des éléments de réponse, révélant une situation multifactorielle complexe. Récemment, une équipe d’immunologistes a elle aussi apporté sa pierre à l’édifice. Les chercheurs ont en effet montré que, dans certains cas, la COVID-19 déclenche une réaction auto-immunitaire particulière aggravant l’état des patients. Des résultats qui pourraient rajouter le traitement rhumatologique à l’arsenal thérapeutique déjà employé. 

Un axe de recherche s’est penché sur les anticorps. L’identification sporadique des anticorps autoréactifs qui, au lieu de cibler les agents pathogènes, ciblent les tissus d’individus souffrant de cas graves de COVID-19, est très préoccupante. Des études antérieures impliquaient ces auto-anticorps dans la formation de caillots sanguins dangereux chez les patients admis aux soins intensifs. Plus récemment, ils ont été associés à une maladie grave en inactivant des composants critiques des défenses immunitaires virales chez une fraction significative de patients atteints d’une forme sévère.

Le Lowance Center for Human Immunology de l’Université Emory a étudié la réponse immunitaire responsable de la production d’anticorps dans la COVID-19. Le groupe a déjà étudié les réponses immunitaires contribuant à la production d’auto-anticorps dans les maladies auto-immunes comme le lupus, et plus récemment dans les cas graves de COVID-19. Cependant, alors qu’ils ont pu caractériser la réponse chez les patients COVID-19 comme auto-immunitaire, ils n’ont pas pu confirmer la production d’auto-anticorps cachés dans leurs réponses antivirales.

Mais dans une étude récemment publiée en attente d’examen par les pairs, ces mêmes chercheurs décrivent la découverte alarmante selon laquelle chez les patients les plus malades atteints de COVID-19, la production d’auto-anticorps est courante — une découverte qui a un impact potentiel important sur les soins intensifs des patients et la récupération de l’infection.

À LIRE AUSSI :
Un nouveau modèle informatique identifie un compromis entre activité et contrôle de la pandémie

Des auto-anticorps fréquemment présents dans les formes les plus sévères

Les auto-anticorps se présentent sous des « types » qui sont généralement associés à des maladies spécifiques. Les patients atteints de lupus, par exemple, auront souvent des anticorps qui ciblent leur propre ADN. Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, une maladie auto-immune, sont moins susceptibles d’avoir ces anticorps, mais plus susceptibles de présenter des tests positifs pour le facteur rhumatoïde — des anticorps qui ciblent d’autres anticorps.

Dans cette étude, le groupe a analysé les dossiers médicaux de 52 patients en soins intensifs qui ont reçu un diagnostic de COVID-19. Aucun d’entre eux n’avait des antécédents de maladies auto-immunes. Cependant, ils ont été testés au cours de l’infection pour les auto-anticorps trouvés dans une variété de troubles pathologiques.

infographie explication auto-anticorps
Infographie expliquant la nature et les conséquences de troubles liés aux auto-anticorps. Crédits : S. Alzhi

Les résultats sont saisissants. Plus de la moitié des 52 patients ont été testés positifs pour les auto-anticorps. Chez les patients présentant les taux les plus élevés de protéine c-réactive (un marqueur de l’inflammation) dans le sang, plus des deux tiers ont montré que leur système immunitaire produisait des anticorps attaquant leurs propres tissus.

Un grand nombre d’incertitudes sur le rôle des anti-anticorps dans la COVID-19

Bien que ces résultats soulèvent des inquiétudes, il y a des choses que les données ne révèlent pas. Bien que les patients atteints d’une maladie grave affichent clairement des réponses auto-anticorps, les données ne nous disent pas dans quelle mesure ces auto-anticorps contribuent aux symptômes les plus graves de la COVID-19.

Il se peut qu’une maladie virale sévère entraîne systématiquement la production d’auto-anticorps avec peu de conséquences ; ce pourrait être la première fois que nous le voyons. Nous ne savons pas non plus combien de temps durent les auto-anticorps. Les données suggèrent qu’ils sont relativement stables sur quelques semaines. Mais il y a besoin d’études de suivi pour savoir s’ils persistent régulièrement au-delà de la guérison de l’infection. Surtout, les chercheurs pensent que les réponses autoréactives identifiées ici sont spécifiques à l’infection par le SARS-CoV-2 ; il n’y a aucune raison de croire que des résultats similaires seraient attendus grâce à la vaccination contre le virus.

À LIRE AUSSI :
COVID : plus de 80% des patients d'un hôpital espagnol étaient carencés en vitamine D

Cependant, s’il est possible que ces auto-anticorps soient bénins, voire utiles d’une manière encore non identifiée, il est également possible qu’ils ne le soient pas. Peut-être que ces réponses d’anticorps autociblées contribuent effectivement à la gravité de la maladie, aidant à expliquer l’apparition tardive de symptômes graves chez certains patients qui peuvent être en corrélation avec la production d’anticorps.

Cela pourrait expliquer pourquoi le traitement par la dexaméthasone, un immunosuppresseur souvent utilisé pour calmer les « poussées » de maladies auto-immunes, pourrait être efficace pour traiter les patients atteints uniquement de la forme la plus grave. Il est également possible que ces réponses ne soient pas de courte durée, survivent à l’infection et contribuent aux symptômes persistants maintenant ressentis par un nombre croissant de patients souffrant de long COVID-19 . Plus inquiétant, il est possible que ces réponses se perpétuent spontanément chez certains patients, entraînant l’émergence de nouvelles maladies auto-immunes permanentes.

Vers un ajout du suivi et du traitement rhumatologique à l’arsenal thérapeutique actuel

Les tests effectués sur ces patients pour déterminer leur « profil autoréactif » ne sont pas spécialisés. Ils sont disponibles dans la plupart des laboratoires hospitaliers du pays. En effet, les deux anticorps les plus courants que l’on trouve chez ces patients, les anticorps antinucléaires et le facteur rhumatoïde, sont détectés par des tests courants utilisés par les rhumatologues.

L’étude montre qu’en testant uniquement ces deux auto-anticorps et la protéine c-réactive comme marqueur inflammatoire, les chercheurs peuvent être en mesure d’identifier les patients plus susceptibles de subir des réponses immunitaires potentiellement dangereuses qui pourraient bénéficier d’une modulation immunitaire plus agressive.

En outre, les tests d’autoréactivité pourraient aider à identifier les patients qui pourraient bénéficier d’un suivi rhumatologique pour surveiller la récupération, et aider à comprendre si certains cas de long COVID-19 pourraient être liés à des auto-anticorps persistants. Si tel est le cas, ces patients pourraient répondre aux mêmes thérapies immunociblées qui ont réussi dans le syndrome multi-inflammatoire infantile.

Enfin, en testant les patients immédiatement après la guérison de la COVID-19, les médecins pourront établir des références et commencer à suivre l’émergence possible de nouveaux cas d’auto-immunité suite à cette terrible maladie, et planifier une intervention rhumatologique précoce si nécessaire.

Sources : medRxiv

Plus d'articles
temperature lgm
Quelles températures régnaient sur Terre lors de la dernière ère glaciaire ?