COVID : une femme de 90 ans décède après avoir été infectée par les variants Alpha et Beta simultanément

covid femme 90 ans infectee par variantes alpha beta en meme temps
| Reuters

C’est la première fois qu’un tel cas est documenté : des chercheurs présentent le cas d’une femme belge, âgée de 90 ans, décédée de la COVID-19 après avoir été infectée simultanément par les variants Alpha et Beta du SARS-CoV-2.

La femme, qui n’était pas vaccinée, a été admise à l’hôpital OLV de la ville d’Alost, en Belgique, après une série de nouveaux cas en mars et a été testée positive à la COVID-19 le même jour. Son taux d’oxygène était initialement bon, mais son état s’est rapidement détérioré. Elle est décédée cinq jours plus tard.

Après analyse, des chercheurs ont découvert qu’elle était porteuse de la souche Alpha (au départ surnommé « variant britannique ») et du variant Beta (au départ surnommé « variant sud-africain »).

Un phénomène probablement sous-estimé

« Ces deux variantes circulaient en Belgique à l’époque, il est donc probable que la femme ait été co-infectée par des virus différents provenant de deux personnes différentes », a déclaré la biologiste moléculaire Anne Vankeerberghen de l’hôpital OLV, qui a dirigé les recherches. « Malheureusement, nous ne savons pas comment elle a été infectée ». Vankeerberghen a déclaré qu’il était difficile de dire si la co-infection avait joué un rôle dans la détérioration rapide de l’état de santé de la patiente.

L’étude du cas, qui n’a pas encore été soumise à une revue médicale pour publication, a été présentée à un congrès européen de microbiologie et de maladies infectieuses. Si Vankeerberghen a déclaré qu’il n’y avait eu « aucun autre cas publié » de co-infections similaires, elle a ajouté que le « phénomène est probablement sous-estimé ».

À LIRE AUSSI :
COVID long : un tsunami d'invalidité imminent

Cela s’explique par le nombre limité de tests de dépistage des variantes préoccupantes, a-t-elle ajouté, appelant à une augmentation de l’utilisation des tests PCR rapides pour détecter les variantes connues. En janvier, des scientifiques brésiliens ont signalé que deux personnes avaient été infectées simultanément par deux souches différentes du coronavirus, mais l’étude n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique.

Lawrence Young, virologue et professeur d’oncologie moléculaire à l’université de Warwick, a déclaré qu’il n’était pas surprenant d’identifier un individu infecté par plus d’une souche. « Cette étude souligne la nécessité de mener d’autres études pour déterminer si l’infection par plusieurs variantes préoccupantes affecte l’évolution clinique de la Covid-19, et si cela compromet d’une manière ou d’une autre l’efficacité de la vaccination », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.