COVID-19 : l’immunité collective serait « impossible à atteindre » à cause du variant Delta

covid immunite collective serait impossible atteindre variant delta
| Lopez/AFP

La déclaration du chef de l’Oxford Vaccine Group (Royaume-Uni) est plutôt inquiétante, bien que pas étonnante : « atteindre l’immunité collective n’est ‘pas possible’ avec le variant Delta », a déclaré le professeur Sir Andrew Pollard mardi. Selon lui, le fait que les vaccins n’empêchent pas (surtout avec le variant Delta) la propagation de la COVID signifie que l’atteinte du seuil d’immunité collective dans la population est théoriquement impossible.

« Le problème avec ce virus est qu’il ne s’agit pas de la rougeole. Si 95% des gens étaient vaccinés contre la rougeole, le virus ne pourrait pas se transmettre dans la population », a-t-il déclaré au groupe parlementaire multipartite (APPG) sur le coronavirus. « La variante Delta infectera quand même les personnes qui ont été vaccinées. Et cela signifie que toute personne non vaccinée rencontrera le virus à un moment donné… et nous n’avons rien qui puisse arrêter [complètement] cette transmission ».

Couverture vaccinale et efficacité des vaccins insuffisantes

Bien que les vaccins existants soient très efficaces pour prévenir les formes graves de COVID et les décès dus à la maladie, ils n’empêchent pas une personne entièrement vaccinée d’être infectée par le SARS-CoV-2. Le concept d’immunité grégaire, ou immunité collective, repose sur le fait qu’une grande majorité de la population acquiert une immunité — soit par la vaccination, soit par une infection antérieure — qui, à son tour, fournit une protection indirecte contre une maladie infectieuse aux personnes non vaccinées et à celles qui n’ont jamais été infectées auparavant.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs identifient le gène responsable des formes sévères d’endométriose

Les données d’une récente étude React menée par l’Imperial College de Londres indiquent que les personnes âgées de 18 à 64 ans entièrement vaccinées ont un risque d’infection inférieur d’environ 49% à celui des personnes non vaccinées. Les résultats indiquent également que les individus entièrement vaccinés sont environ trois fois moins susceptibles d’être testés positifs après avoir été en contact avec une personne atteinte de COVID (3,84% contre 7,23%).

En France, environ 50% de la population est entièrement vaccinée. Pollard, qui préside le Comité conjoint sur la vaccination et l’immunisation (JCVI) au Royaume-Uni, s’est demandé si des rappels seraient nécessaires. « Le moment où nous devrions donner un coup de pouce serait si nous avions la preuve qu’il y a une augmentation des hospitalisations – ou l’étape suivante, qui serait le décès de personnes – parmi ceux qui sont vaccinés. Et ce n’est pas ce que nous constatons pour l’instant », a-t-il ajouté.

Vaccins : un certain degré de protection pourrait être conservé durant des décennies

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Même si les niveaux d’anticorps induits par le vaccin diminuent après seulement quelques mois, notre système immunitaire se souviendra en quelque sorte de la protéine Spike du virus pendant des décennies et offrira un certain degré de protection en cas d’exposition au virus. « Il n’y a donc aucune raison de paniquer pour le moment. Nous ne voyons pas de problème de percée de la maladie grave », ajoute Pollard.

À LIRE AUSSI :
Un médicament coûtant moins de 2€ par jour aide au traitement des formes graves de COVID-19

Certains critiques ont déclaré que les pays riches ayant une couverture vaccinale élevée chez les adultes, comme le Royaume-Uni (75%), ne devraient pas accumuler des doses pour les enfants, mais plutôt faire don de ces dernières aux pays pauvres, dont beaucoup n’ont pratiquement pas vacciné leurs populations les plus à risque.

« Je pense qu’en réalité, la vraie question n’est pas de vacciner les enfants dans le monde entier, mais de savoir ce que l’on fait des rappels dans les pays riches, car ce sont ces doses qui pourraient être envoyées à l’étranger », a déclaré le professeur Devi Sridhar, titulaire de la chaire de santé publique mondiale à l’université d’Édimbourg.

Laisser un commentaire