1.6K Partages

Dans différents lacs et rivières du Royaume-Uni se trouvent des constructions plutôt insolites : des îlots de diverses tailles nommés crannogs. Jusqu’à présent, l’acception commune au sein de la communauté scientifique était que ces constructions artificielles avaient été érigées durant l’âge du fer. Mais récemment, une étude plus poussée réalisée par des archéologues a permis de découvrir qu’en réalité, les crannogs sont bien plus anciens, remontant jusqu’au Néolithique.

En Écosse, en Irlande et au Pays de Galles, les fondations de milliers d’îles artificielles mystérieuses subsistent encore aujourd’hui : appelés crannogs, ces structures étranges ont été construites il y a longtemps durant la Préhistoire, dans les eaux froides des rivières, des lacs et des criques. Traditionnellement, les archéologues estimaient que les crannogs écossais n’étaient pas antérieurs à l’âge du fer et avaient été construits vers 800 avant notre ère.

Mais ces dernières années, il a été prouvé que ces structures artificielles pourraient être beaucoup plus anciennes, et une nouvelle étude confirme que les formations ont en réalité des milliers d’années de plus que les scientifiques ne le pensaient.

En utilisant la datation au radiocarbone de quatre sites situés dans les Hébrides extérieures (îles occidentales de l’Écosse), les chercheurs ont découvert d’anciens crannogs datant de 3640 à 3360 ans avant notre ère. Ainsi, les premiers humains construisaient ces îles artificielles géantes il y a environ 5500 ans, avant même la construction de Stonehenge.

crannog ilot artificiel

Les crannogs sont des îlots artificiels retrouvés un peu partout au Royaume-Uni, notamment en Écosse. Crédits : Fraser Sturt

« Ces crannogs représentent un effort monumental réalisé il y a des milliers d’années pour construire des mini-îles en empilant de nombreuses tonnes de roches sur le lit du loch » explique l’archéologue Fraser Sturt de l’université de Southampton.

Des objets du Néolithique retrouvés à proximité des crannogs

Ce n’est pas la première fois que les archéologues se demandent si les crannogs pourraient avoir des origines néolithiques. Selon les fouilles menées dans les années 80 au crannog Eilean Dòmhnuill, cette pratique pourrait remonter à des milliers d’années, mais pendant des décennies, aucun autre spécimen comparable n’a été retrouvé. Les choses ont changé en 2012, lorsque l’ancien plongeur de la Royal Navy, Chris Murray, résidant de l’île écossaise de Lewis, a été intrigué par un crannog dans les eaux du Loch Arnish.

En plongeant à côté des vestiges de la plate-forme altérée, Murray a fait une découverte totalement inattendue : cachée sous la surface du lac autour de l’île aménagée, il a trouvé une collection éparse de pots remarquablement bien conservés datant du néolithique ancien/moyen et gisant au fond du loch.

pot crannog

Les archéologues ont retrouvé plusieurs pots datant du Néolithique sous l’eau, à proximité des crannogs. Crédits

En collaboration avec Sturt et d’autres chercheurs, l’équipe a enquêté sur Loch Arnish et plusieurs autres crannogs, dont certains n’avaient pas encore été identifiés dans les archives archéologiques et avaient été localisés à l’aide de Google Earth. Au total, les chercheurs ont découvert plus de 200 récipients néolithiques en céramique au sein de cinq crannogs.

« L’étude et l’excavation de ces sites ont démontré — pour la première fois — que les crannogs étaient une caractéristique répandue du néolithique et qu’ils pouvaient être des lieux spéciaux, comme en témoigne le dépôt de la culture matérielle dans les eaux environnantes », rapportent les chercheurs dans l’article publié dans la revue Antiquity.

Sur le même sujet : Les emplacements des statues de l’île de Pâques n’ont pas été choisis au hasard

« Ces résultats remettent en cause les conceptualisations actuelles de la colonisation, de la monumentalité et des pratiques de dépôt néolithiques, tout en suggérant que d’autres crannogs non datés d’Écosse et d’Irlande pourraient potentiellement avoir des origines néolithiques ».

Les enquêtes sur site, qui comprenaient un mélange de relevés sous-marins et aériens, ainsi que de fouilles et d’analyses au radiocarbone, ont clairement montré que les crannogs étaient fabriqués par l’Homme. Les anciens constructeurs ont créé les structures en empilant des rochers pour en faire des îlots artificiels.

Sur l’un des sites, Loch Bhorgastail, du bois ancien a également été observé autour des bords du crannog, censé avoir été placé là pour accroître la stabilité de la structure rocheuse.

carte crannogs

Les archéologues ont retrouvé des objets datant du Néolithique aux alentours de ces six crannogs. Crédits : Garrow & Sturt, Antiquity, 2019

Des constructions à la fonction encore inconnue

Parfois, une chaussée en pierre mène à l’île ; sur d’autres sites, il ne semble pas exister de chaussée, suggérant que le crannog aurait pu être atteint en bateau ou peut-être par un pont en bois. Bien qu’il ne reste plus aucune trace de bois sur les sites, on pense que les crannogs ont probablement porté des constructions en bois et des habitations construites au-dessus, à partir desquelles des poteries anciennes ont autrefois été jetées.

« Les quantités de matériaux maintenant identifiées autour de plusieurs sites, et la position de ces navires par rapport aux îlots, suggèrent que des pots ont été intentionnellement déposés dans l’eau. De nombreux navires présentaient d’importantes traces de suie sur leurs surfaces externes, et certains avaient des résidus carbonisés internes ; ils avaient clairement été utilisés avant leur abandon » écrivent les chercheurs.

Compte tenu de la quantité de travail qui a dû être consacrée à la création de ces structures géantes — conçues avec des pierres pesant jusqu’à 250 kilogrammes, il est clair qu’elles ont dû avoir une importance unique pour la communauté préhistorique qui a habité ces espaces.

Peut-être les crannogs étaient-ils réservés à d’importantes fêtes de célébration, ou utilisés lors de rituels mortuaires, l’arrière-plan aqueux du loch encadrant d’une manière ou d’une autre l’altérité de ces rassemblements de longue date.

« Ils auraient nécessité un énorme investissement de main-d’œuvre pour leur construction et sont probablement restés des endroits importants pendant longtemps. Ces îlots auraient pu aussi être perçus comme des endroits spéciaux, leur environnement aquatique créant une séparation de la vie quotidienne. Le processus de passage vers les îlots a peut-être accentué cette séparation ; les pratiques qui se sont déroulées sur eux semblent très différentes de celles de la vie “normale” », concluent les auteurs.

Sources : Antiquity

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.6K Partages
1.6K Partages
Partager via