Le curcuma (Curcuma longa) est une plante herbacée rhizomateuse de la famille des zingibéracées (tout comme le gingembre, la cardamome et le galanga), et est originaire de la région de l’Asie tropicale du sud et du sud-ouest. De ses rhizomes réduits en poudre, est extraite l’épice homonyme : le curcuma. Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir ses principaux bienfaits connus, ainsi que l’avancée actuelle des recherches dans ce domaine.

Qu’est-ce que le curcuma ? Cette racine jaune est également connue sous le nom de « racine magique », « d’épice de la vie », safran des Indes, souchet de Malabar, talmerital ou encore culcuma.

Le curcuma a une place importante dans les cuisines d’Iran, de Malaisie, d’Inde, de Chine, de Polynésie et de Thaïlande, est souvent utilisé comme épice et a un effet sur la nature, la couleur et le goût des aliments. Le curcuma est également utilisé depuis des millénaires en médecine ayurvédique pour ses vertus curatives (notamment en Inde et en Chine) concernant des maladies telles que des maladies dermatologiques, des infections, le stress et également la dépression. De nos jours, c’est l’Inde qui est le plus grand pays producteur (au monde) de curcuma et consomme environ 80% de la récolte mondiale.

Cela est différent en Europe, où le curcuma est principalement connu et consommé sous sa forme d’épice.

Quelle est l’origine du curcuma ? Bien qu’il soit difficile de déterminer une date précise quant à la toute première utilisation du curcuma, il existe des traces connues de sa présence dans les écrits de la littérature sanskrite (à noter que le sanskrit est la langue des textes religieux hindous et bouddhistes), datant de plus de 2000 ans avant notre ère.

curcuma

Le curcuma (Curcuma longa) est une plante herbacée rhizomateuse vivace de la famille des zingibéracées, au même titre que le gingembre, la cardamome et le galanga. Crédits : Pixabay

Les principaux bienfaits du curcuma

Le curcuma contient une huile essentielle (6%) et des substances végétales (plus précisément le polyphénol lipophile, de couleur jaune orangé), appelées curcuminoïdes (5%), dont la plus importante est la curcumine. D’ailleurs, les effets du curcuma sur la santé sont généralement centrés sur la curcumine.

La curcumine est connue pour avoir de nombreux effets positifs sur la santé, notamment des effets antioxydants, anti-inflammatoires, anticancéreux et, grâce à ces effets, pourrait également avoir un rôle important dans la prévention et le traitement de diverses maladies (allant notamment du cancer, jusqu’aux maladies auto-immunes, neurologiques, cardiovasculaires et diabétiques).

En effet, le curcuma possède de nombreux bienfaits, en voici donc quelques-uns :

Antioxydant

Le curcuma est fortement antioxydant (l’indice TAC du curcuma est de 159’277 μmol/100 g). Ces effets laissent supposer un effet protecteur contre les maladies liées au stress oxydatif (c’est-à-dire des maladies cardiovasculaires et la maladie d’Alzheimer, par exemple).

À savoir que les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

Système cardiovasculaire

Certaines études ont démontré l’efficacité du curcuma dans le domaine de la prévention de l’oxydation du cholestérol-LDL (soit le « mauvais» cholestérol : son augmentation est liée à une augmentation des risques de développement ou d’aggravation des maladies cardiovasculaires), ainsi que pour diminuer le cholestérol total (soit le « bon» cholestérol : les lipoprotéines de haute densité, dites HDL, transportent le cholestérol des artères vers le foie, pour qu’il soit ensuite éliminé), chez l’animal.

Selon d’autres études, le curcuma pourrait également prévenir l’apparition d’athérosclérose (ainsi que d’autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires). Cependant, davantage d’études chez l’humain sont requises afin de confirmer cette suggestion.

Anti-inflammatoire

Le curcuma possède des vertus anti-inflammatoires et génère une action bénéfique sur le système immunitaire : ces propriétés pourraient participer à la prévention du cancer.

À ce propos, il faut savoir que le curcuma occupe une place importante dans l’alimentation en Inde. Ses populations en consomment jusqu’à 2 grammes par jour. Bien qu’à l’heure actuelle, il manque encore de preuves et d’études précises à ce sujet, il semblerait qu’il y a un lien entre une consommation élevée de curcuma et une faible quantité de certains cancers en Inde (ainsi que dans d’autres pays asiatiques où le curcuma est fortement consommé).

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Troubles gastro-intestinaux

Le curcuma est utilisé pour traiter différents troubles gastro-intestinaux : les inflammations, les ulcères d’estomac, la perte d’appétit, les ballonnements, les maux d’estomacs, etc.

De plus, il a été démontré par des études scientifiques que le curcuma permet d’inhiber la sécrétion d’acide gastrique, ce qui a pour effet de diminuer la formation d’ulcères dans l’estomac.

Autres effets ?

Les principes actifs du curcuma semblent avoir un effet particulièrement bénéfique sur le foie : ils stimulent la fonction hépatique (effet hépatoprotecteur : c’est-à-dire qu’il stimule l’ensemble des actions que le foie effectue, soit la fabrication et le stockage d’énergie, la fabrication de la bile et la détoxication qui permet de rendre inoffensifs les produits toxiques absorbés par les intestins) et protègent les cellules du foie des substances toxiques.

À noter également que le curcuma possède des propriétés antimicrobiennes contre un vaste panel de bactéries, de parasites et de champignons pathogènes.

curcume epide effet antioxydant

Aujourd’hui, l’Inde est le plus grand pays producteur de curcuma au monde et consomme environ 80% de la récolte mondiale. Le curcuma est un ingrédient majeur de la poudre de curry et confère à ce mélange d’épices sa couleur typique. Crédits : Pixabay

Le curcuma (moulu) comme nutriment

Une excellente source de fer : chaque cellule du corps contient du fer. Par ailleurs, ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. De ce fait, le fer joue un rôle important dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs.

Une source de manganèse : le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de processus métaboliques distincts. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres. À savoir qu’un radical libre est une espèce chimique (atome ou molécule) qui possède un électron libre, c’est-à-dire non apparié. Cette caractéristique le rend instable et lui procure une grande réactivité vis-à-vis des molécules environnantes.

Quels sont les possibles effets indésirables du curcuma ?

De manière générale, la consommation de curcuma ne procure pas d’effets indésirables. Cependant, sa consommation sous forme de supplément alimentaire est contre-indiquée dans certains cas, par exemple lors d’une grossesse, ou en cas d’ulcère de l’estomac.

Vous aimerez également : Qu’est-ce que la spiruline et quels sont ses bienfaits ? Existe-t-il des effets indésirables ?

Des précautions sont à prendre en cas de prise de certains médicaments pour le sang : en effet, certains composés contenus dans le curcuma posséderaient un effet antiplaquettaire. La consommation de grandes quantités de curcuma, jointe à une prise de médicament pour le sang (comme l’héparine, le coumadin ou l’aspirine), pourrait avoir un effet anticoagulant additionnel et augmenter les risques de saignement. Il reste donc très important de contacter votre médecin ou un professionnel de la santé et de se renseigner sur les diverses interactions possibles entre les médicaments et certaines épices, dont le curcuma.

Que dit la science au sujet du curcuma ?

À l’heure actuelle, la majorité des études effectuées sur le curcuma (ou plus précisément la curcumine; un composé de la famille des curcuminoïdes) et ses différentes propriétés, ont principalement été effectuées in vitro et/ou sur les animaux. De plus, la curcumine est une substance à faible biodisponibilité (à savoir que la biodisponibilité est la proportion d’une substance qui atteint la circulation sanguine sous forme inchangée), ce qui signifie qu’elle possède une faible capacité à être absorbée et à persister dans l’organisme. De ce fait, les bienfaits du curcuma n’ont pas tous été étudiés chez l’homme.

Malheureusement, les études sur l’homme ne sont encore que trop peu nombreuses.

Sources : Critical Review in Food Science and Nutrition, Live Sciences, American Association of Cancer Research, Future Oncology, Indian Journal of Medical Research

Une réponse

  1. Hubert Frank

    Bonjour,
    Il manque un des effets les plus visible du curcuma (curcumine), la cicatrisation des plaies (vous trouverez sur le net une étude sur la cicatrisation des plaies faites à des rats) et j’ajouterai à titre personnel, ayant entendu cette information à la télé, une utilisation connue en inde qui consiste à stopper les saignements des coupures et qui dans un 2ème temps aide à la cicatrisation. Je crois que le mode d’action est similaire au poivre sur les saignements mais je ne me suis pas renseigné sur le sujet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

electron particule elementaire L’électron est une particule élémentaire qui, avec les protons et les neutrons, constitue les atomes. C’est donc l’un des composants principaux de la matière baryonique. À ce titre, il revêt... [...]

Lire la suite