929 Partages

Au cours des derniers mois, les études sur le coronavirus SARS-CoV-2 ont révélé de nombreuses informations sur sa structure, son mode de transmission et ses mécanismes d’infection. Les chercheurs ont également pu établir une chronologie de son apparition — malgré le fait que l’hôte intermédiaire soit toujours inconnu — avec un point de départ situé dans le marché humide aux animaux de Wuhan. Tout du moins, c’est ce que pensaient les experts jusqu’à maintenant. Mais des analyses récentes effectuées par les CDC chinois ont révélé que l’origine de l’épidémie ne se trouvait en réalité pas dans le marché. Des résultats qui ramènent les scientifiques à la case départ concernant la chronologie de la pandémie. 

Les experts ne savent toujours pas d’où vient le nouveau coronavirus. Des preuves génétiques ont pratiquement confirmé que le virus provenait de chauves-souris chinoises avant de se propager à l’Homme via un hôte animal intermédiaire. Mais où et comment cela s’est produit pour la première fois reste à débattre. Initialement, les autorités de Wuhan, en Chine, ont signalé que les premiers cas de virus étaient apparus sur le marché local de Huanan Seafood.

Un point de départ épidémique logique mais erroné

Mais à la suite d’une enquête sur les animaux vendus sur place, les Centres chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont déclaré cette semaine avoir exclu le site comme point d’origine de l’épidémie. Selon le Wall Street Journal, Gao Fu, le directeur du CDC chinois, a déclaré aux médias d’État chinois : « Il s’avère maintenant que le marché est l’une des victimes ». Les échantillons prélevés sur les animaux sur le marché sont revenus négatifs pour le nouveau coronavirus, suggérant qu’ils ne pouvaient pas avoir infecté les acheteurs.

Les autorités de Wuhan ont d’abord informé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de la maladie inconnue de type pneumonie qui serait plus tard identifiée comme le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 le 31 décembre. La majorité des 41 cas initiaux étaient liés au marché humide, qui a été fermé le 1er janvier.

Étant donné que l’épidémie de SRAS en 2002 et 2003 a commencé dans un lieu similaire à Guangdong, en Chine, le marché humide semblait être une origine logique. Mais aucun des animaux sur le marché n’a été testé positif au virus, déclare Colin Carlson, zoologue à l’Université de Georgetown. S’ils n’ont jamais été infectés, ils n’auraient pas pu être l’hôte intermédiaire qui a permis la transmission à l’Homme.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Marché de Wuhan : il aurait plutôt été le site d’un événement de super-propagation

Un nombre croissant de recherches confirme la conclusion des CDC chinois selon laquelle les origines de l’épidémie ne sont pas liées au marché. Le virus semble avoir circulé à Wuhan avant que ces 41 cas ne soient signalés : des recherches publiées en janvier ont montré que la première personne testée positive pour le coronavirus y avait été probablement exposée le 1er décembre, puis a présenté des symptômes le 8 décembre.

Sur le même sujet : Selon l’OMS, le coronavirus SARS-CoV-2 pourrait ne jamais complètement disparaître

Les chercheurs à l’origine de l’étude ont également constaté que 13 des 41 cas originaux ne montraient aucun lien avec le marché humide. De même, une étude d’avril a suggéré que le coronavirus s’était déjà établi et avait commencé à se propager dans la communauté de Wuhan début janvier. L’identité du patient zéro n’a pas été confirmée, mais il s’agit peut-être d’un homme de 55 ans de la province chinoise du Hubei qui a été infecté le 17 novembre.

Carlson indique que le marché humide de Wuhan est peut-être simplement le site d’un premier événement de super-propagation — un cas dans lequel une personne malade infecte un nombre inhabituellement élevé d’autres personnes. D’autres événements de super-propagation dans le monde ont également créé des grappes d’infections qui ont surgi presque du jour au lendemain. À Daegu, en Corée du Sud, par exemple, un fidèle a infecté au moins 43 personnes.

Ces cas n’impliquent pas nécessairement une personne qui est plus contagieuse que les autres ou qui expulse plus de particules virales. Mais plutôt que la personne infectée a accès à un plus grand nombre de personnes dans des espaces qui facilitent l’infection. Un marché, dans lequel les acheteurs interagissent les uns avec les autres et les fournisseurs à proximité, est un de ces endroits à risque.

marche wuhan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

929 Partages
929 Partages
Partager via
Copier le lien