Une découverte permet d’expliquer pourquoi certaines personnes deviennent chauves

decouverte explique pourquoi certaines personnes deviennent chauves
| Pixabay/Reddit (n/a)/Trust My Science (Edit) decouverte explique pourquoi certaines personnes deviennent chauves

Pourquoi certaines personnes gardent-elles la quasi-totalité de leurs cheveux jusqu’à un âge avancé alors que d’autres les perdent prématurément ? Des chercheurs pensent avoir identifié la raison clé de cette différence, et elle est, comme vous pouviez l’imaginer, génétique. Leur découverte pourrait redéfinir la façon même dont nous interprétons certains mécanismes du vieillissement, et pourrait un jour permettre de prévenir la calvitie chez l’homme.

L’équipe de recherche, de l’Université Northwestern (États-Unis), est parvenue à identifier deux gènes clés impliqués dans le vieillissement en étudiant les poils de souris. La découverte pourrait jeter les bases de nouveaux traitements contre la perte de cheveux chez l’humain. Les détails ont été publiés dans la revue Nature Aging.

Vieillissement capillaire : un processus complexe

Jusqu’à présent, les scientifiques pensaient qu’en raison d’un processus appelé « épuisement des cellules souches », les cellules souches situées dans les renflements des follicules pileux (HSFC) en croissance mouraient avec le temps. Selon cette théorie, c’est ainsi que les cheveux deviennent d’abord blancs avant de mourir une fois que suffisamment de cellules souches sont mortes.

Mais en observant la croissance et le vieillissement de groupes individuels de poils chez la souris, l’équipe de chercheurs, dirigée par Rui Yi, professeur de pathologie à l’université Northwestern, a découvert que cette théorie pouvait être erronée.

Au lieu de mourir, les cellules souches se sont littéralement extraites des minuscules trous des follicules pileux, en modifiant leur forme. En d’autres termes, les cellules souches ont abandonné leur « poste » et se sont échappées naturellement. « Si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux, je ne l’aurais pas cru », a déclaré Yi au New York Times. « C’est presque de la folie dans mon esprit ».

perte cellules souches follicule pileux calvitie
Schéma expliquant la « miniaturisation » du follicule pileux lors du vieillissement, avec échappement des cellules souches (HSCF pour « Hair follicle stem cell », soit « cellule souche de follicule pileux »). Cette image est issue d’une étude précédente de Rui Yi. © Rui Yi et al.

Les chercheurs ont alors observé la croissance de follicules pileux individuels dans les oreilles de souris en utilisant un laser à grande longueur d’onde, capable de pénétrer profondément dans les tissus. Ils ont marqué les follicules pileux avec une protéine fluorescente verte, ont anesthésié les animaux pour qu’ils ne bougent pas, puis ont attentivement observé ce qu’il se passait :

À LIRE AUSSI :
Les phtalates, utilisés dans de nombreux produits de consommation, sont associés à une mortalité accrue
Les flèches de couleur indiquent les cellules souches qui s’échappent d’un follicule pileux. © Rui Yi et al.

FOXC1 et NFATC1 : responsables du piégeage des cellules souches dans les follicules pileux

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Yi et son équipe ont examiné les processus génétiques qui déterminent cette activité, et ont identifié deux gènes appelés FOXC1 et NFATC1, responsables du piégeage des cellules souches dans le renflement du follicule, qui étaient moins actifs dans les cellules plus anciennes du follicule pileux.

Pour prouver sa théorie, l’équipe a modifié génétiquement des souris pour leur supprimer ces deux gènes. Après seulement quatre à cinq mois, elles ont commencé à perdre leurs poils. Après 16 mois, soit à peu près à l’âge moyen des souris, elles avaient perdu la plupart de leurs poils, à l’exception de touffes de poils gris.

souris genetiquement modifiee genes perte poils
Une souris dont les gènes ont été manipulés. À l’âge de 18 mois, elle présentait une perte de poils rapide suite à la modification, mais était autrement en bonne santé. © Rui Yi et al.

Les chercheurs testent maintenant s’ils peuvent réellement empêcher les cellules souches de s’échapper des follicules des souris vieillissantes. S’ils y parviennent dans ce modèle animal, cela pourrait potentiellement s’appliquer à l’Homme, et ainsi permettre un jour de développer un traitement empêchant la chute de cheveux.

Source : Nature Aging

Laisser un commentaire