1.3K Shares

Une vidéo montrant un petit lézard capable de respirer sous l’eau a été publiée par des chercheurs en expédition pour l’étude d’un genre de sauriens.

Anolis oxylophus, une espèce de saurien qui vit dans la région de l’Amérique centrale, est un petit lézard connu pour être capable de se cacher sous l’eau pendant plus de 15 minutes.

Le mécanisme lui permettant ceci était jusqu’alors inconnu, les scientifiques pensant qu’il était simplement un excellent apnéiste. Mais à présent, ils savent que ces lézards de rivière utilisent une autre stratégie, qui leur permet de respirer de l’oxygène sous l’eau.

Les biologistes et vidéastes Nate Dappen et Neil Losin ont effectué un voyage autour du monde de plus d’une année afin de tourner un documentaire sur les anoles, pour la chaîne Smithsonian channel. En Costa-Rica, ils ont filmé plusieurs A.oxylophus sautant dans l’eau pour s’y cacher pendant plus de 10 minutes.

Comme de précédents chercheurs, les deux biologistes pensaient que ces animaux retenaient simplement leur souffle, mais lorsqu’ils ont analysé la vidéo pour le montage, ils ont remarqué avec surprise, en regardant un anole femelle, une petite bulle au niveau de sa tête qui n’arrêtait pas de se remplir et se dégonfler.

Cet air contenu dans la bulle semble circuler constamment de la tête à son corps, laissant présumer qu’il a la capacité de stocker de l’oxygène et de le recycler pour respirer sous l’eau.

Vous allez aussi aimer : Respirer sous l’eau : un rêve qui pourrait bientôt devenir réalité ?

« Nous avons vu ce comportement de re-respiration qui n’avait pas été documenté ou décrit auparavant », explique Neil Losin.

Etant donné que ce phénomène vient tout juste d’être démontré chez l’animal, davantage d’études sont nécessaires pour l’expliquer plus clairement avant la publication d’un papier.

Mais pour l’instant, les scientifiques pensent que les bulles d’air fonctionnent comme les bouteilles d’oxygène des plongeurs sous-marins.

Ce comportement avait déjà été observé auparavant sur d’autres animaux, comme certaines espèces d’araignées, mais jamais sur des vertébrés.

« J’adorerais que les gens finissent de regarder le film en sachant que même les créatures les plus banales de leur arrière-cour peuvent être des sources de nouvelles connaissances scientifiques », déclare Losin, faisant référence à l’apparence banale du petit lézard.

La vidéo montrant le lézard respirer sous l’eau :

Source : Smithsonian Channel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager via
1.3K Shares
1.3K Shares