On pourrait penser que la cannabis ne présente aucun risque pour le nouveau-né tant que ce dernier n’est pas exposé directement à la fumée, et qu’il y ait peu de chances qu’elle se retrouve dans le lait maternel si la mère en use. Mais des chercheurs ont démontré que le cannabis y était présent, et même pendant plusieurs jours, remettant en question son usage durant les périodes de lactation.

Alors que certains états américains ont légalisé l’usage récréatif du cannabis, sa consommation a doublé aux États-Unis en seulement dix ans. D’autres pays commencent à suivre la même voie, principalement pour usage médical.

La légalisation controversée de ce stupéfiant est d’autant plus inquiétante que peu d’études sur ses effets sur les nouveau-nés (en particulier lors de son usage par la mère), ont été effectuées.

Des chercheurs de l’Université de Californie se sont intéressés à la question. Ils se sont demandés s’il était possible de retrouver dans le lait maternel des traces de tétrahydrocannabinol (THC), le principal composé actif du cannabis.

« Les pédiatres sont souvent mis dans une situation difficile quand une mère allaitante les interrogent à propos de la sûreté de la consommation de marijuana », explique Christina Chambers, pédiatre de l’Université de Californie à San Diego. « Nous n’avons pas de données concluantes et publiées pour soutenir l’avertissement contre l’usage de marijuana durant la lactation, et si les femmes sentent qu’elles doivent faire un choix, nous courons le risque qu’elles décident de stopper l’allaitement ».

Vous allez aussi aimer :

Cannabis synthétiques légaux : plusieurs cas de décès et d’hémorragies multiples répertoriés

Le groupe a prélevé des échantillons de lait maternel sur 50 femmes allaitantes qui fument du cannabis régulièrement (chaque jour ou semaine), ou sporadiquement, et ont mesuré le taux de THC qui y était présent.

Dans plus de 63% des échantillons, du THC a été détecté plus de six jours après la dernière consommation de cannabis par la mère.

Bien qu’aucune recherche n’ait encore démontré de possibles conséquences sur le bébé résultant de l’ingestion de THC par le biais du lait maternel, la durée importante de sa présence n’est pas un facteur à négliger aujourd’hui, où l’on assiste à une hausse significative de l’usage du cannabis pour des raisons médicales et récréatives.

Seth Ammerman, pédiatre de l’Université de Standford, explique : « Il existe un mythe comme quoi ce serait bénin, et pour de nombreux adultes qui en consomment irrégulièrement, le fait que ça ne soit pas nocif est devenu une certitude, mais j’insiste sur le fait que ça pourrait bien être nuisible ».

En attendant que de plus amples recherches sur les possibles conséquences du THC ingéré par le bébé soit réalisées, les chercheurs hypothétisent que de probables effets pourraient dépendre de la dose et du timing de l’exposition, et que cela pourrait affecter le développement du cerveau du nouveau-né. Suite à cette découverte, l’académie américaine de pédiatrie déconseille vivement l’usage de cannabis durant les périodes d’allaitement.

« Beaucoup de personnes considèrent la légalisation comme une sorte d’approbation de sécurité. Bien entendu, cela est totalement faux. Le simple fait qu’un produit provienne d’une plante ou de quelque chose de naturel ne veut pas dire que c’est sans danger », déclare l’obstétricienne Dana Gossett, qui n’était pas impliquée dans l’étude.

Source : Pediatrics

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.