Une société ukrainienne prend le contrôle de bornes de recharge russes pour véhicules électriques

entreprise pirate bornes de rechargement russes vehicules electriques
À droite : une borne de recharge piratée affichant « Putin khuylo! » (« Poutine est un con ! »). | Dmytro Nikonov (Facebook)
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Des vagues de cyberattaques ont lieu contre des sites clefs pour la Russie depuis son invasion de l’Ukraine, dans la nuit du jeudi au vendredi 25 février. Cette fois-ci, c’est une entreprise ukrainienne, Autoenterprise, qui a pris l’initiative de pirater des bornes (ou plutôt d’en prendre le contrôle illégalement) de rechargement russes destinées aux véhicules électriques.

De nombreuses attaques informatiques ont eu lieu, au cours de ces derniers jours, contre des entreprises russes et les sites officiels du gouvernement. Elles ont été menées en réponse aux attaques de la Russie contre l’Ukraine. Rappelons que le vice-premier ministre ukrainien, Mykhailo Fedorov, a même appelé à la création d’une « armée informatique », qui est à l’œuvre actuellement. Différentes tâches ont été distribuées pour perturber les systèmes informatiques du gouvernement, mais aussi de grandes entreprises clefs ou encore des médias.

Un groupe d’hacktivistes agissant sous le nom des Anonymous perpètre aussi de nombreuses actions de piratage en ce sens. Mais cette fois-ci, c’est d’une entreprise dont est partie l’attaque. Ce sont toutes les stations de rechargement électrique d’une des autoroutes les plus importantes de Russie, la M11, qui ont été mises hors service ce lundi 28 février.

En effet, il semble que Rosseti, grande entreprise russe de transmission et de distribution d’électricité, s’est aperçue un peu tard que le prestataire en charge des principaux composants des bornes de rechargement était ukrainien, et visiblement prêt à en découdre à son échelle.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs parviennent à mettre au point un supraconducteur unidirectionnel

« Des bornes de recharge installées sur l’autoroute M-11 ont été achetées en 2020 à la suite d’une procédure de passation de marché ouverte. Le fournisseur était LLC ‘Gzhelprom’ (Russie). On a découvert plus tard que les principaux composants sont en fait fabriqués par la célèbre société AutoEnterprise (Ukraine) », peut-on ainsi lire sur le mur Facebook de Rosseti, qui a relaté les faits dans un post.

Des messages moqueurs sur les bornes de rechargement

Le fabricant ukrainien, AutoEnterprise, avait visiblement gardé une possibilité d’accès à distance aux bornes qu’il avait conçues. Il a donc été en mesure de les pirater pour les mettre hors service, tout en affichant en guise de pied de nez des messages revendicateurs. « Gloire à l’Ukraine », « Gloire aux héros », ou encore « Poutine est un connard », étaient donc affichés en lieu et place des informations utiles aux automobilistes.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

AutoEnterprise a publié sur son mur Facebook une vidéo montrant la fameuse borne et ses étonnants affichages, admettant ainsi à demi-mots le piratage. Si ce nouveau piratage est marquant par son côté facétieux, il faut tout de même souligner que son impact dans le conflit est on ne peut plus mineur. En effet, on compte seulement 13 000 véhicules électriques en Russie. La mise hors service de ces bornes n’a donc pas vraiment de quoi inquiéter la grande majorité des automobilistes.

À LIRE AUSSI :
L'implant cérébral Neuralink pourrait-il vraiment « soigner » les acouphènes d'ici 5 ans ?

La conclusion de l’entreprise Rosseti laisse toutefois songeur : « Selon nos informations, ces contrôleurs sont largement utilisés sur les bornes de recharge d’électricité exportées par l’Ukraine vers l’Europe », souligne-t-elle pour conclure son poste, sans toutefois donner ses sources. À quand des messages incongrus diffusés sur nos bornes de rechargement pour véhicules électriques ?

La vidéo en question (publiée par Dmytro Nikonov sur Facebook) :

Laisser un commentaire