2.7K Partages

Le 29 juillet, le bateau de 15 mètres manié par Victoria Morris dans les eaux d’Espagne est soudainement pris pour cible par neuf orques. Pendant plus d’une heure, les animaux vont bousculer violemment le bateau, endommager sa structure, détruire son gouvernail et le renverser de 180°. Fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer au sein de l’équipage qui a pu embarquer sur le canot de sauvetage. Cet incident est l’un des nombreux à s’être produit au cours des derniers mois. Cela relève d’un comportement très inhabituel pour ces mammifères marins qui sont le plus souvent sociaux et joueurs. Pour certains biologistes marins, cela pourrait être le signe d’un stress de plus en plus fort imposé par la pêche et le harcèlement que ces animaux subissent.

Rocío Espada travaille avec le laboratoire de biologie marine de l’Université de Séville et observe depuis des années cette population migratrice d’orques dans le détroit de Gibraltar. Elle était étonnée. « Pour des orques, il est très inhabituel de détruire tout un morceau de gouvernail en fibre de verre. J’ai vu ces orques grandir depuis qu’ils sont bébés, je connais leurs histoires, je n’ai jamais vu ni entendu parler d’attaques ».

Les orques sont des mammifères sociaux très intelligents, et sont les plus grands de la famille des dauphins ; ils se comportent de la même manière. Il est normal, selon Espada, que des orques jouent près de l’hélice. Même s’accrocher au gouvernail n’est pas rare : « Parfois, ils mordent le gouvernail, se font traîner en arrière, comme un jeu ». Mais jamais avec assez de force pour le casser. Ce comportement, dit Espada, pourrait indiquer un stress. « Le détroit est plein de filets et de longues lignes : je sais qu’autrefois des orques se sont emmêlées au large des côtes du Portugal… c’est peut-être ce qui s’est passé ici ? Cela pourrait causer du stress, mais ce n’est qu’une hypothèse ».

Des incidents de plus en plus fréquents

Mais l’incident de Morris n’a été que l’une des nombreuses rencontres entre la fin juillet et août. Six jours plus tôt, Alfonso Gomez-Jordana Martin, 31 ans, d’Alicante, équipait un bateau de livraison près de Barbate pour la même société, Reliance Yacht Management. Ils procédaient sous le moteur lorsqu’un groupe de quatre orques a immobilisé leur Beneteau de 13 mètres. Il les a filmés — cela ressemble plus à de l’excitation et de la curiosité qu’à de l’agression — mais même ce choc a endommagé le gouvernail.

« Une fois que nous nous sommes arrêtés, ils sont arrivés plus vite : 10 à 15 nœuds, à une distance d’environ 25 m. L’impact a fait basculer le bateau sur le côté ». Le rapport du skipper à l’autorité portuaire indique que la force « a presque disloqué l’épaule du barreur et fait tourner le yacht de 120 degrés ».

Vidéo montrant un groupe d’orques prenant pour cible un yacht dans les eaux espagnoles :

Nick Giles a vécu la même situation. Il faisait de la voile à moteur et jouait de la musique quand il a entendu un coup soudain, « comme un coup de marteau ». Le gouvernail « tournait avec une force incroyable » alors que le navire tournait de 180 degrés, délogeant le casque et les câbles de direction. « Le bateau s’est levé d’un mètre et j’ai été poussé par une deuxième orque par derrière ». Lors de la réinitialisation des câbles, l’orque a frappé à nouveau, lui coupant presque les doigts dans le mécanisme. Il a été poussé sans direction pendant environ 15 minutes avant qu’ils ne repartent.

Des événements effrayants, mais généralement sans danger pour les humains

Les rencontres violentes entre baleines et bateaux ne sont pas rares — les événements les plus connus ont tous eu lieu dans le Pacifique. En 1972, la famille Robertson du Staffordshire a fait naufrage au large des îles Galapagos après une attaque d’orque. L’année suivante, également en route vers ces îles, le bateau de 10 m de Maurice et Maralyn Bailey a été troué par un cachalot. En 1989, William et Simone Butler ont perdu leur bateau alors qu’un énorme groupe de globicéphales les a percutés.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Dans ces cas et dans tous les autres cas connus, les mammifères ont ignoré les humains qui ont pris des radeaux de sauvetage ; ce sont les bateaux qui ont attiré leur colère. Plus généralement lors des rencontres, l’animal est laissé mort ou blessé. La Commission baleinière internationale enregistre ces impacts — de plus en plus de collisions se produisent avec des bateaux privés à mesure que les progrès technologiques augmentent les vitesses des engins.

Les rencontres décrites autour de Barbate étaient certainement effrayantes pour l’équipage, qui se sentait naturellement visé, mais il est peu probable qu’elles aient été conçues comme des attaques agressives. Au moins deux autres bateaux ont expérimenté des rencontres inoffensives.  « Ce sont des événements très étranges », déclare Ezequiel Andréu Cazalla, un chercheur spécialisé en cétacés.

Sur le même sujet : Les sociétés de bélugas sont presque aussi complexes que celles des humains

Harcèlement et pêche : un stress constant pour les orques

« Mais je ne pense pas que ce soient des attaques ». Les spécialistes des orques du monde entier sont également surpris, convenant que le comportement est « très inhabituel », mais ils sont prudents, étant donné que les témoignages ne proviennent pas de chercheurs qualifiés. La plupart conviennent que quelque chose stresse les orques. Et quand il s’agit de sources de stress, le choix est vaste.

Les orques de Gibraltar sont en danger — il reste moins de 50 individus, avec un déclin continu prévu —, les adultes et les juvéniles subissent des blessures, souffrent de pénurie alimentaire et de pollution. Leurs petits survivent rarement. Le détroit de Gibraltar est, souligne Cazalla, « le pire endroit où vivre pour les orques ».

groupe orques stress harcèlement pêche bateaux

Un groupe d’orques cherchant de la nourriture. La pêche industrielle et le harcèlement constant des pêcheurs ont un impact négatif sur le comportement de ces animaux. Crédits : Rand McMeins

Cette étroite étendue d’eau est une voie de navigation majeure. Et la présence d’orques attire plus de trafic maritime — une observation des baleines très rentable. Théoriquement, il est réglementé, mais certains opérateurs bafouent les règles de vitesse et de distance pour chasser les animaux. Le harcèlement constant des bateaux affecte la capacité des orques à chasser. Ce qui nous amène au plus gros stress de tous : la pêche.

Les orques retournent dans cette étendue d’eau bruyante et polluée pour une raison : se nourrir. Ils se spécialisent dans la chasse au thon rouge, également très prisé par les humains. Le quasi-effondrement du thon rouge entre 2005 et 2010 « a conduit cette population d’orques à une réduction extrême, avec environ 30 adultes restants », explique Pauline Gauffier, qui les a étudiés.

« Les pêcheurs détestent les orques ». Les orques sont protégées, mais « lorsqu’ils ne sont pas surveillés, les pêcheurs font ce qu’ils veulent. Ils les voient comme des concurrents ». Des histoires persistent de pêcheurs étourdissant des orques avec des aiguillons électriques, jetant des bidons d’essence allumés, coupant leurs nageoires dorsales. Cazalla a vu deux orques avec des blessures récentes . « L’une d’elles a une cicatrice importante — vous pouvez voir des tissus blancs, donc c’est profond. Il est peu probable que cela provienne d’une hélice, ce qui provoquerait de multiples cicatrices ».

groupes orques attaque bateaux Espagne Portugal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2.7K Partages
2.7K Partages
Partager via
Copier le lien