Les requins sont parmi les plus célèbres mangeurs de viande de la planète. Et pendant longtemps, les scientifiques ont supposé que la grande majorité de ces créatures marines était uniquement carnivore. Cependant, l’océan est plein de surprises ! Des scientifiques ont découvert que l’un des requins les plus communs au monde, est en réalité un omnivore. C’est-à-dire que son appareil digestif lui permet d’absorber des aliments d’origine végétale et animale.

Une nouvelle étude révèle que le requin-marteau tiburo (Sphyrna tiburo), un requin relativement petit se trouvant dans les eaux côtières des États-Unis, possède un système flexitarien, ce qui signifie qu’il peut basculer entre un régime à base de viande et de plantes.

Depuis un peu plus d’une décennie, nous savons que certains types de requins-marteau consomment beaucoup d’herbes marines. Mais les scientifiques ont longtemps pensé que les requins les mangeaient « par erreur », les avalant par mégarde lorsqu’ils chassent les crabes, les calamars et autres petits invertébrés.

Vous aimerez également :

Voici quelques-unes des propriétés les plus surprenantes des ornithorynques

En effet, les scientifiques n’ont pas pensé que les requins étaient capables de digérer l’herbe pour se nourrir. « Il a été supposé par la plupart que cette consommation était accessoire et qu’elle ne fournissait aucune valeur nutritionnelle », a déclaré l’auteure principale, Samantha Leigh, experte en écologie et en biologie évolutive à l’Université de Californie.

« Je voulais voir dans quelle mesure ces requins pouvaient digérer ce régime végétal, car ce qu’un animal consomme n’est pas nécessairement un indicateur de ce qu’il digère correctement et de sa capacité à en retenir les nutriments », a-t-elle ajouté.

Afin de déterminer si ces requins étaient vraiment omnivores, les scientifiques ont planté des herbiers en laboratoire. Les plantes ont ensuite reçu une signature chimique unique et facilement identifiable grâce à l’ajout d’un isotope de carbone spécifique à l’eau. Après avoir collecté cinq requins-marteau, les chercheurs leur ont servi un régime composé de 90% d’herbiers et 10% de calmars, et ce, au sein du laboratoire.

Après trois semaines, les scientifiques ont constaté que tous les requins avaient pris du poids. Bien entendu, cela ne constituait pas une preuve suffisante, de sorte que les chercheurs ont mené une série de tests pour déterminer les quantités de matière végétale digérée et excrétée par les requins. Suite à une série de tests sanguins, les chercheurs ont découvert des concentrations élevées de traceurs chimiques dans le sang et le foie des requins, suggérant que les nutriments des herbiers avaient bien été absorbés par ces derniers.

Ces résultats ont surpris les chercheurs : « Nous avons enfin déterminé quels types d’enzymes digestives (les enzymes sont utilisées pour décomposer les molécules alimentaires) possédaient les requins-marteau. Différentes enzymes décomposent différents nutriments et, en général, les carnivores contiennent de très faibles taux d’enzymes qui décomposent les fibres et les glucides. Cependant, les requins-marteau présentent des taux très élevés de ces types d’enzymes ! », a déclaré Leigh.

De manière générale, la recherche a démontré que les cinq requins-marteau digéraient plus de la moitié de la matière organique trouvée dans les herbiers. La conclusion de la recherche était donc claire : « Les requins-marteau ne consomment pas seulement de grandes quantités d’herbiers marins, mais ils sont également capables de digérer et assimiler les nutriments de ces derniers, ce qui les rend clairement omnivores », expliquent les chercheurs. « Il s’agit de la première espèce de requin connue à avoir une stratégie digestive omnivore de ce type », ajoutent-ils.

Non seulement ces résultats mettent un terme aux suppositions générales concernant le régime alimentaire des requins, mais ils obligent également les scientifiques à reconsidérer le rôle que jouent les requins-marteau dans leurs habitats locaux.

Si les requins-marteau sont au sommet de la chaîne alimentaire locale, les herbes marines en sont la base même. Et c’est peu dire. En effet, les herbiers marins sont les écosystèmes côtiers les plus répandus sur Terre, abritant des milliers de poissons et d’invertébrés, tout en filtrant l’eau et en absorbant l’excès de dioxyde de carbone de l’atmosphère.

Maintenant que nous savons que ces précieuses prairies ont un autre prédateur, cela pourrait modifier radicalement la manière dont les scientifiques s’en occupent.

VIDÉO : Requins-marteau nourris aux herbes marines

Sources : Proceedings of the Royal Society B, Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.