1.5K Partages

Dans le cadre d’une nouvelle étude portée sur la corrélation entre exercice physique et état de santé cérébral, il a été constaté que les personnes à risque de maladie d’Alzheimer (MA) ayant suivi six mois d’entraînement physique, ont amélioré leurs capacités de réflexion d’ordre supérieur (planification, flexibilité mentale, etc.), appelées fonctions exécutives. Ces améliorations sont survenues conjointement avec une amélioration de la condition cardiorespiratoire.

Les médicaments actuellement disponibles pour traiter la MA ont une capacité thérapeutique limitée. À un moment où les coûts humains et monétaires de la maladie devraient augmenter considérablement au cours des prochaines décennies, il est essentiel de fournir aux individus des stratégies facilement déployables qui peuvent réduire la probabilité de la contracter ou ralentir sa progression.

Les chercheurs ont donc étudié si l’entraînement physique chez les personnes asymptomatiques présentant un risque de MA améliore les marqueurs associés. « Cette étude est une étape importante vers l’élaboration d’une prescription d’exercice qui protège le cerveau contre la MA, même chez les personnes qui étaient auparavant sédentaires », a expliqué l’investigateur principal Ozioma C. Okonkwo du Wisconsin Alzheimer’s Disease Research Center, à l’University of Wisconsin School of Medicine and Public Health (États-Unis).

L’étude a impliqué 23 personnes, relativement jeunes, qui présentaient un fonctionnement cognitif normal et ayant des antécédents familiaux ou un risque génétique de MA. Tous les participants avaient un mode de vie sédentaire. Ils ont subi une batterie d’évaluations, y compris des tests de condition cardiorespiratoire, une mesure de l’activité physique quotidienne, une imagerie du métabolisme du glucose cérébral (indicateur de la santé neuronale) et des tests de la fonction cognitive.

La moitié des participants ont été assignés au hasard pour recevoir des informations sur le maintien d’un mode de vie actif, mais aucune autre intervention n’a été faite. L’autre moitié a participé à un programme d’entraînement sur tapis roulant d’intensité modérée avec un entraîneur personnel, trois fois par semaine pendant 26 semaines.

Par rapport aux participants qui maintenaient leur niveau d’activité physique habituel, les personnes affectées au programme d’entraînement actif ont amélioré leur forme cardiorespiratoire, ont passé moins de temps sédentaire après la fin du programme d’entraînement et ont mieux performé sur les tests cognitifs du fonctionnement exécutif (mais pas sur la mémoire épisodique). Les résultats de l’étude sont publiés dans un numéro spécial de la revue Brain Plasticity, consacré à l’exercice et à la cognition.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Augmentation du métabolisme dans une zone spécifique du cerveau

La fonction exécutive, un aspect de la cognition qui est connu pour décliner avec la progression de la MA, comprend les processus mentaux permettant aux individus de planifier, de concentrer leur attention, de se souvenir des instructions et de jongler avec succès avec plusieurs tâches. L’amélioration de la condition cardiorespiratoire des participants était associée à une augmentation du métabolisme du glucose cérébral dans le cortex cingulaire postérieur, une zone du cerveau liée à la MA.

Scanner représentatif du métabolisme du glucose dans le cerveau d’un participant du groupe d’activité physique habituel de faible niveau (à gauche) et d’un participant du groupe d’entraînement aérobie d’intensité modérée (à droite). Le rouge indique un degré plus élevé de métabolisme du glucose dans le cerveau. Crédits : Brain Plasticity

« Cette recherche montre qu’un comportement de style de vie (ici de l’exercice aérobie régulier) peut potentiellement améliorer les fonctions cérébrales et cognitives qui sont sensibles à la maladie. Les résultats sont particulièrement pertinents pour les personnes qui sont plus à risque en raison d’antécédents familiaux ou d’une prédisposition génétique », a noté Okonkwo.

Sur le même sujet : Voici le meilleur type d’exercice pour votre cerveau, selon les scientifiques

L’auteur principal de l’étude, Max Gaitán, également du Wisconsin Alzheimer’s Disease Research Center, a fait remarquer « qu’une prochaine étape importante serait de mener une étude plus vaste et plus définitive. Si ces résultats sont reproduits, ils auraient un impact significatif sur la qualité de la vie plus tard, offrant aux individus plus d’années de vie indépendante, un engagement actif avec leurs proches et la construction de souvenirs plus solides ».

Source : Brain Plasticity

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.5K Partages
1.5K Partages
Partager via
Copier le lien