Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Les géologues ont peut-être enfin résolu le secret de l’étrange et unique emplacement de Machu Picchu

| saiko3p/StockAdobe.com

Le Machu Picchu, fameuse ancienne cité inca, située au Pérou et perchée sur un promontoire rocheux, n’est pas l’endroit le plus facile d’accès. À présent, des chercheurs pensent avoir découvert pourquoi cet endroit en particulier a été choisi.

Le secret du choix du site réside peut-être en dessous de cette ville emblématique des Incas, dans les failles où se rencontrent les plaques tectoniques. En réalité, ces failles ont produit une abondance de pierres sur des millions d’années, donnant finalement aux Incas les matériaux de construction nécessaire, dont ils avaient besoin.

En effet, il faut savoir que certaines des pierres qui composent les bâtiments et les temples de Machu Picchu sont si bien assemblées qu’il n’y a même pas de trous dans les joints, et ce, même sans mortier.

Le Machu Picchu. Crédits : Enrique Castro-Mendivil/Reuters

« L’emplacement du Machu Picchu n’est pas une coïncidence », explique le géologue Rualdo Menegat, de l’Université fédérale de Rio Grande do Sul au Brésil. « Il serait impossible de construire un tel site en haute montagne si le substrat n’était pas fracturé », a ajouté le géologue.

C’est en combinant des données issues d’images satellitaires et de mesures rassemblées sur le terrain, que Menegat et ses collègues ont pu cartographier les fractures de pierres sous l’ancienne citadelle des Incas. En effet, grâce à leurs recherches, les scientifiques ont pu découvrir que quelques-unes de ces failles s’étendent sur 175 kilomètres.

Des pierres à Ollantaytambo, Pérou. Crédits : Terri Cook/Lon Abbott

Il s’agit littéralement d’un cas où un X marque l’endroit précis des fractures pour le Machu Picchu (X étant le point de rencontre entre les fractures nord-est sud-ouest et nord-ouest sud-est). Selon les chercheurs, d’autres villes incas, incluant Ollantatambo, Pisac et Cusco, se trouvent également à des intersections similaires. Même les bâtiments et les escaliers de la ville de Machu Picchu reflètent dans une certaine mesure les failles sous-jacentes : « La disposition reflète clairement la matrice de fracture sous-jacente du site », a déclaré Menegat.

Et ce n’est pas seulement une abondance de matériaux de construction qui aurait attiré les Incas sur le site de Machu Picchu. À savoir que sa crête se situe à 2430 mètres d’altitude.

À LIRE AUSSI :
Cette créature ressemblant à un calmar géant en forme de trombone pouvait vivre plus de 200 ans

Vous allez aussi aimer : Découverte rare de deux bateaux funéraires vikings

Il faut savoir que les mêmes fractures qui ont fourni la pierre constituent également d’excellents drains. Cela aurait pu, par exemple, aider les citoyens à éviter les inondations catastrophiques lors des fortes tempêtes de pluie dans la région, et c’est probablement l’une des raisons pour lesquelles le site de Machu Picchu est si bien préservé aujourd’hui : à savoir qu’il accueille plus de 1.5 million de visiteurs chaque année.

Des blocs de pierre naturelle à Machu Picchu. Crédits : Rualdo Menegat

Bien entendu, aujourd’hui, il reste encore de nombreux mystères concernant le peuple inca, y compris notre connaissance précise des origines de la civilisation (qui s’est répandue à travers l’Amérique du Sud, entre les XIIIe et XVIe siècles).

À LIRE AUSSI :
Des fossiles d’oiseaux géants (de 6 mètres d'envergure) identifiés en Antarctique

Mais ce que nous savons, c’est que les incas étaient de grands bâtisseurs et tout comme plusieurs autre civilisations anciennes (comme par exemple les Égyptiens), ces derniers pourraient très certainement nous en apprendre beaucoup sur la construction. « Le Machu Picchu nous montre clairement que la civilisation inca était un empire de roches fracturées », a déclaré Menegat.

Source : Geological Society of America

Plus d'articles
modèle arche spatiale capacité agrandissement
Des chercheurs présentent un modèle d’habitat spatial rotatif pouvant s’agrandir au fil du temps