Les scientifiques souhaitent créer un « Internet quantique » totalement sécurisé et pratiquement impossible à pirater. Cet internet serait si sécurisé, que même si quelqu’un réussissait à intercepter vos communications privées, vous le sauriez immédiatement.

Cela serait rendu possible par le fait que l’Internet quantique implique la transmission de données par le biais des particules de lumière individuelles (photons) plutôt que par le biais de faisceaux de lumière, qui sont actuellement utilisés pour transmettre des informations à travers nos réseaux à fibre optique existants.

Tandis que les informations véhiculées par le biais d’impulsions lumineuses peuvent être interceptées et lues, les photons ne peuvent pas être mesurés sans être détruits et de ce fait, tout type de piratage devient physiquement impossible.

Malheureusement, créer cet Internet quantique n’est pas une chose aisée et les scientifiques luttent depuis des années pour réussir à trouver un moyen d’acheminer efficacement des flux de photons uniques, ou « lumière quantique ». Mais à présent, une équipe de l’Université de Stanford a peut-être trouvé une solution en établissant une source de lumière quantique qui pourrait devenir la base des connexions quantiques.

La source de lumière en question est un laser à l’échelle nanométrique, qui projette de la lumière à travers une puce d’arséniure de gallium (comme nous pouvons le voir dans l’illustration ci-dessous). Cette puce agit comme un filtre et laisse passer la lumière classique (en rose), tout en produisant une lumière quantique (en bleu).

laser internet lumière quantique mécanique

Crédits : Yousef Kelaita

Cela fonctionne bien, mais une fois que le signal est envoyé, il est compliqué de le recevoir. « Le problème est que la lumière quantique est beaucoup plus faible que le reste de la lumière provenant d’un tel laser modifié – c’est difficile à capter », a expliqué la chercheuse principale Jelena Vuckovic. « Donc, nous avons créé un moyen de filtrer la lumière indésirable, ce qui nous permet de bien mieux lire le signal quantique », a-t-elle ajouté.

Ce filtrage fonctionne de la même manière que les casques anti-bruit actifs, qui annulent le bruit de fond en reproduisant une fréquence similaire inverse aux sons ambiants. Mais dans ce cas, c’est la lumière de fond qui est annulée, au lieu du son. « Une partie de la lumière qui revient du laser modifié agit comme du bruit, nous empêchant ainsi de voir la lumière quantique. Nous l’avons annulée pour révéler et souligner le signal quantique caché en-dessous », a déclaré l’un des chercheurs, Kevin Fischer.

Pour ce faire, les chercheurs ont d’abord déterminé à quoi ressemblait la lumière d’arrière-plan, puis ont renvoyé un motif similaire à la source de lumière. En modifiant la manière dont ces deux sources de lumière se chevauchaient, ils ont pu annuler la lumière de fond et révéler la lumière quantique qui était cachée. « C’est un développement très prometteur. Il nous fournit un chemin pratique pour sécuriser les communications quantiques », a déclaré Vuckovic.

À présent, l’équipe est en train d’élaborer un prototype qui pourrait être utilisé pour concevoir les bases d’un Internet quantique.

Sources : Nature Photonics, Stanford Engineering

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share
Share

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (données anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies sont également utiles à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous pouvons vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.