Les autorités pénitentiaires espagnoles sont pour le moins déconcertées après qu’un prisonnier, qui a été déclaré mort par trois médecins, se soit réveillé à la morgue quelques heures seulement avant que sa propre autopsie ne commence.

Le prisonnier de 29 ans, Gonzalo Montoya Jiménez, a été retrouvé inconscient dans sa cellule lors d’un appel matinal et avait été transféré dans une morgue d’hôpital dans un sac mortuaire, lorsque les médecins légistes ont entendu quelque chose d’étrange : des ronflements, provenant de l’intérieur du sac.

Jiménez, qui purge une peine pour vol dans la zone de sécurité maximale du Pénitencier Asturias, dans le nord-ouest de l’Espagne, a d’abord été examiné par deux médecins en service dans la prison, après avoir été retrouvé inconscient sur une chaise dans sa cellule, sans signes de violence évidents. Ne détectant aucun signe vital, les médecins l’ont déclaré mort. Une heure plus tard, un médecin légiste a inspecté le corps, a approuvé les premières évaluations et a publié un troisième rapport de décès.

Ce n’est que plus tard dans la morgue que les médecins ont réalisé que quelque chose n’allait pas. À ce stade, Jiménez avait déjà passé un certain temps dans une chambre froide pour aider à préserver son corps, et sa peau avait été marquée avec des lignes directrices en prévision de son autopsie imminente. C’est à ce moment-là que le corps a soudainement bougé : « Les médecins légistes ont commencé à entendre des bruits venant de l’intérieur du sac. Montoya n’était pas mort. Bien au contraire. Le médecin légiste a ouvert le sac et a trouvé le détenu encore en vie », rapporte El Español.

Jiménez a ensuite été transféré sous surveillance dans une ambulance vers un autre hôpital, pour se remettre de cet épisode mystérieux. À présent, il semble être dans un état stable. Mais quant à la manière dont a pu se produire cet incident, les autorités pénitentiaires n’en ont aucune idée. « Je ne peux pas commenter ce qui s’est passé (…) mais trois médecins ont constaté des signes cliniques de mort, donc ce qui s’est passé n’est actuellement toujours pas clair », a déclaré un porte-parole du Service pénitentiaire espagnol.

Le jour d’avant que Jiménez ait été retrouvé « mort », il se plaignait de se sentir malade. Et tandis qu’on ne sait pas encore exactement ce qui a causé son état, les fonctionnaires de la prison ont décrit son corps comme montrant des signes de cyanose – une décoloration violacée de la peau due à une mauvaise circulation ou un manque d’oxygène, en plus de la rigidité cadavérique.

Les responsables de l’hôpital ont déclaré aux médias espagnols que la fausse fatalité pourrait être un cas de catalepsie, où le corps entre dans un état de transe ou de crise, présentant une perte de conscience et de sensation, ainsi qu’une rigidité physique. La manière dont Jiménez est devenu cataleptique n’est pas claire, bien que le prisonnier souffre d’épilepsie et prenne des médicaments pour cette maladie. Mais sa famille dit qu’il n’est pas toujours facile pour Jiménez d’adhérer à son programme médicamenteux, alors cela pourrait éventuellement avoir un lien.

Sa famille, qui a été autorisée à rendre visite à Jiménez à l’hôpital, envisage une action en justice contre la prison, convaincue qu’un seul médecin a examiné le corps du prisonnier, les autres copiant simplement la paperasse.

Une enquête officielle a maintenant été ouverte pour enquêter sur ce qui s’est réellement passé, ainsi que pour vérifier si toutes les procédures ont été suivies correctement. À l’hôpital, il a fallu 24 heures avant que Jiménez ne reprenne totalement conscience aux soins intensifs. Ensuite, il a commencé à parler, ce qui selon les médecins, est une bonne chose pour son rétablissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.