Hubble découvre de la vapeur d’eau sur la lune océanique de Jupiter, Ganymède

hubble decouvre vapeur eau lune jupiter ganymede
Illustration montrant la lune Ganymède en orbite autour de Jupiter. | ESA/NASA

Pour la toute première fois, des astronomes ont détecté des traces de vapeur d’eau dans l’atmosphère de Ganymède, une lune océanique de Jupiter. À l’origine des observations ayant permis cette découverte : le télescope spatial Hubble, tout juste revenu d’entre les morts après une panne critique.

Ganymède est une lune géante océanique recouverte d’une croute glacée, le plus grand satellite naturel de notre système solaire. De ce fait, elle est une candidate de choix pour la recherche de traces de vie. En effet, les données obtenues jusqu’ici suggèrent que Ganymède pourrait cacher un océan liquide à 161 km sous sa surface, et que cet océan pourrait abriter certaines formes de vie aquatiques.

En examinant les données recueillies au cours des deux dernières décennies par le télescope spatial Hubble, des chercheurs de la NASA ont découvert des preuves de la présence de vapeur d’eau dans la fine atmosphère de la lune. L’annonce a été faite lundi dans un communiqué de l’agence spatiale, tandis que les recherches et les ensembles de données ont été publiés dans la revue Nature Astronomy.

De l’eau issue de la croute, et non de l’océan

Cependant, dans le document d’étude les chercheurs indiquent que selon eux cette eau ne provient probablement pas de l’océan souterrain, mais plutôt de la croute glacée de la lune. Il s’agirait de glace se vaporisant à sa surface sous l’effet des contraintes atmosphériques.

Même si elle ne révèle pas grand-chose sur l’existence potentielle d’une vie extraterrestre de la lune, cette vapeur d’eau permet aux scientifiques de mieux comprendre l’atmosphère de Ganymède. Jusqu’ici, nous savions seulement qu’elle contient de l’oxygène.

À LIRE AUSSI :
Des astronomes détectent un mystérieux signal radio provenant du centre de notre galaxie
images uv ganymede hubble vapeur eau
Ces images ultraviolettes de Ganymède prises par Hubble en 1998 avaient été interprétées à l’origine comme montrant l’oxygène atomique de l’atmosphère, mais la nouvelle analyse a révélé que les différences dans les signaux UV sont en corrélation avec le réchauffement de la température de surface de Ganymède au cours de la journée — exactement au moment où l’eau se sublimerait dans l’atmosphère. © NASA/ESA/Lorenz Roth

« Jusqu’à présent, seul l’oxygène moléculaire avait été observé », a déclaré à la NASA Lorenz Roth, de l’Institut royal de technologie KTH de Stockholm (Suède), qui a dirigé l’équipe ayant découvert la vapeur d’eau. « Cela est produit lorsque des particules chargées érodent la surface de la glace ».

Cette découverte arrive juste avant la prochaine mission de l’ESA, JUICE (JUpiter ICy moons Explorer), qui passera au moins trois ans à effectuer des observations détaillées de Jupiter et de trois de ses plus grandes lunes, avec un accent particulier sur Ganymède en tant que corps planétaire et habitat potentiel. JUICE est la première mission de grande envergure du programme Cosmic Vision 2015-2025 de l’ESA, prévue pour un lancement en 2022 et une arrivée sur Jupiter en 2029.

Vidéo résumant la découverte, publiée par la NASA :

Source : Nature Astronomy

En savoir plus sur Jupiter avec Le guide intergalactique du Voyageur : Jupiter

Jupiter, nommée d’après le roi des Dieux n’est fait que de gaz et révolutionne à une incroyable vitesse. Dans ce fascinant documentaire de 45 minutes, partez à la découverte de la géante gazeuse et de ses lunes, de ses mystères et particularités, de son atmosphère jusqu’à son noyau. Pour accéder gratuitement au documentaire, utilisez le code promo TMS1.

VOIR LE DOCUMENTAIRE

Laisser un commentaire