Les incendies ravageant l’Australie sont désormais visibles depuis l’espace

feux espace australie
| Copernicus EMS; Sentinel 2/ESA

L’Australie est la proie des flammes depuis plusieurs semaines, les incendies de brousse réduisant quotidiennement en fumée plusieurs dizaines de milliers d’hectares de terres et détruisant de nombreux écosystèmes, les animaux, comme les populations humaines, étant obligés de se déplacer et d’abandonner leurs habitats. Les incendies ont pris une telle ampleur qu’ils sont actuellement clairement visibles depuis l’espace par les satellites d’observation terrestre.

Les incendies ont probablement commencé naturellement, bien que les experts pensent que les perturbations climatiques d’origine humaine ont exacerbé les conditions chaudes et arides qui alimentent la croissance de ces feux.

Les estimations actuelles suggèrent que les feux de brousse dans l’est de l’Australie ont brûlé plus de 56’655 km² de terres, tué environ un demi-milliard d’animaux et déplacé des centaines de milliers de personnes.

icendies himawari8
Photo prise par le satellite japonais Himawari-8, le 2 janvier 2020. Crédits : RAMMB/CIRA/CSU

La photo ci-dessus — qui montre des panaches de fumée à peu près la moitié de la zone d’Europe assombrissant le ciel jusqu’en Nouvelle-Zélande dans une brume jaune — a été prise jeudi par le satellite Himawari-8 de l’Agence météorologique japonaise. Himawari-8 a été lancé en octobre 2014. Il orbite maintenant à environ 35’000 km au-dessus de notre planète.

incendies animation
Crédits : NICT Science Cloud/CEReS/Kpchi University/Nagoya Science Museum

En utilisant une variété de capteurs embarqués, Himawari-8, le satellite Suomi-NPP de la NASA et d’autres satellites de surveillance de la Terre renvoient des images étonnantes de la situation désastreuse de l’Australie. Himawari-8 surplombe l’hémisphère occidental et photographie cette face de la Terre toutes les 10 minutes.

animation himawari-8
Vue du satellite Himawari-8 sur les feux de brousse le 2 janvier 2020. Melbourne est dans le coin inférieur gauche. Crédits : RAMMB / CIRA / CSU

L’Australie, ses feux de brousse et ses panaches de fumée sont facilement visibles. Les braises des incendies qui ont commencé en septembre se sont facilement propagées lors d’une sécheresse anormalement longue et expansive.

incendies infrarouge
Crédits : RAMMB/CIRA/CSU

Cette animation, des 1er et 2 janvier, met en évidence plusieurs points chauds dans le domaine des infrarouges. Deux zones particulièrement grandes de feux de brousse (montrées juste au sud-ouest du centre) s’étendent sur des dizaines de kilomètres de long.

À LIRE AUSSI :
Des mineurs d'or découvrent un cratère de météorite vieux de 100 millions d'années
bateman bay
Incendies ravageant Bateman Bay, vus depuis l’espace par le satellite Sentinel-2 de l’ESA. Crédits : Copernicus EMS; Sentinel 2/ESA

Sur le même sujet : Australie : les incendies sont maintenant si importants qu’ils génèrent un micro-climat empirant la situation

Les vues satellites du sol pendant la journée sont tout aussi (si ce n’est plus) spectaculaires. Le satellite Sentinel-2 de l’Agence spatiale européenne a pris cette image de feux de brousse en pleine croissance en passant au-dessus de la baie de Bateman la veille du nouvel an.

L’ampleur des incendies est difficile à imaginer. Rien qu’en Nouvelle-Galles du Sud, des incendies ont créé un front de feu dans l’État qui — s’il était placé en ligne droite — s’étendrait de Sydney, à travers l’océan Indien et en Afghanistan.

Le panache de fumée à lui seul représente actuellement environ 5’260’000 km², soit la moitié de la taille de l’Europe, et dérive sur plus de 1600 km au-dessus de la Nouvelle-Zélande. Jusqu’à présent, les feux de brousse ont détruit plus de deux fois la zone qui a brûlé dans les forêts tropicales amazoniennes en 2019.

Plus d'articles
pertes mémoire brouillard mental surivvants covid-19 couv
« Long COVID » : Pertes de mémoire, difficultés à se concentrer et « brouillard cérébral » persistent