Des analyses effectuées dans un parc national au Mozambique montrent que le pourcentage d’éléphants naissant sans défenses a augmenté significativement, et les braconniers en seraient responsables.

Au Mozambique, la guerre civile qui dura 15 ans toucha également les éléphants, pour leurs défenses d’ivoire et leur chair, qui permettaient de financer la guerre et nourrir les combattants.

Parmi les pachydermes survivants de ce conflit et vivant dans le Parc national de Gorongosa, 49% étaient nés sans défenses, ce qui a permis à ces derniers d’échapper aux massacres ou à la mutilation.

Alors que les femelles sans défenses ne constituaient que 2 à 4% de la population des éléphants femelles avant la guerre civile, elles représentent à présent plus de 32% à Gorongosa.

« Les défenses d’un éléphant mâle sont plus grosses et plus lourdes que celles d’une femelle du même âge », déclare Joyce Poole, spécialiste des études comportementales des éléphants. « Mais une fois que la population a subi une forte pression de braconnage, les braconniers ont commencé à se concentrer également sur les femelles plus âgées. Avec le temps et la population qui prend de l’âge, nous commençons à voir cette proportion très élevée de femelles sans défenses ».

Ce phénomène se produit également dans d’autres régions plus lointaines qui ont connu d’importants braconnages, comme en Afrique du Sud, où plus de 98% des pachydermes femelles du Parc national des Éléphants d’Addo, ne possédaient pas de défenses d’ivoire au début des années 2000.

Le braconnage semble également avoir affecté leur taille moyenne. En 2015, une recherche au Kenya montre que les éléphants ayant survécu à la plus importante période de leur chasse dans le pays (vers la fin des années 70), ont des défenses plus petites, après comparaison avec des mesures qui avaient été effectuées entre 1966 et 1968. Leur progénitures nées après 1995 montraient également des défenses rétrécies.

« Bien que nos preuves du rôle de la génétique sur la taille des défenses soient indirectes, des études portant sur des souris, des babouins et des humains ont également montré que la taille des incisives – homologue aux défenses des éléphants – était héréditaire et avait une influence génétique substantielle », avait expliqué Patrick Chiyo, l’auteur de cette recherche.

Cependant, des questions se posent quant à l’impact des éléphants sans défenses sur leur santé, leur comportement, ou encore l’écosystème. Par exemple, les défenses leur permettent de creuser dans le sol pour trouver de l’eau, ou bien aident les mâles lors de la compétition pour une femelle.

D’autres animaux plus petits peuvent en dépendre également, comme certains lézards qui préfèrent s’installer sur des arbres renversés par le passage des éléphants.

« Tous, ou une partie de ces changements de comportement pourraient entraîner des modifications dans la répartition des éléphants dans le paysage, et ce sont ces changements à grande échelle qui risquent le plus d’avoir des conséquences pour le reste de l’écosystème », explique Ryan Long, écologiste comportemental de l’Université de l’Idaho, et explorateur de National Geographic.

Depuis le mois de Juin, Long, ainsi qu’une équipe de chercheurs en écologie et génétique, analysent l’impact de la disparition des défenses d’ivoire sur leur comportement en les suivant par GPS, et en effectuant des prélèvement de matières fécales, ou analysent la flore bactérienne dans leur intestin. Ils espèrent obtenir davantage d’informations sur la manière qu’ils se déplacent et se nourrissent.

De plus, l’absence de défenses est beaucoup plus élevée chez les femelles. L’analyse du génome par prélèvement sanguin pourrait permettre de determiner si la génétique serait la cause d’une faible proportion de mâles sans défenses.

La population d’éléphants avec défenses pourrait remonter dans les années à venir. Récemment, le commerce de défenses d’ivoire a été banni en Chine et aux États-Unis. La demande devrait donc être fortement réduite. Cependant, la durée nécessaire pour leur retour en grand nombre variera entre les régions, en raison des différents degrés de braconnage effectués dans chaque pays.

Source : National Geographic

Une réponse

  1. Béa Apsara

    La Chine n’a pas encore mis cette interdiction en application. Les Chinois continuent d’acheter de l’ivoire en Afrique (les cargaisons sont parfois saisies en Malaisie, au Vietnam), en Birmanie, au Laos, au Vietnam etc. ainsi que de la peau d’éléphants vendue en petits morceaux. Tout ces meurtres pour leur soit-disant médecine traditionnelle … Même si les éléphants n’ont plus de défenses, ils auront toujours de la peau. Pour ce qui concerne les USA, Trump a annulé l’interdiction d’importer de l’ivoire. Ses fils sont des chasseurs de trophées … Cette annulation a fait couler beaucoup d’encre sur le net. Mais n’oublions surtout pas qu’un éléphant est abattu toutes les 15 minutes pour son ivoire et sa peau.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.