La hausse des températures mondiales affecte non seulement notre sécurité, mais également ce que nous mangeons et buvons. Ces dernières années, des scientifiques ont découvert un lien entre le changement climatique et notre consommation de produits populaires tels que le vin et le café, mais pas seulement.

Une étude récente réalisée à l’Université d’East Anglia (Angleterre) a établi un lien entre les conditions météorologiques extrêmes et la quantité de bière consommée.

Au lieu d’essayer de prévoir les événements à venir, les chercheurs se sont posés la question suivante : qu’adviendrait-il de l’industrie de la bière si elle connaissait, dans les années à venir, la forme de sécheresse ou de chaleur la plus sévère anticipée par les scientifiques ?

Selon les chercheurs, dont les conclusions figureront dans la revue Nature Plants dès publication, ces conditions météorologiques extrêmes pourraient entraîner une baisse de 16% de la consommation mondiale de bière. Cela équivaut à 29 milliards de litres, soit la quantité de bière consommée chaque année aux États-Unis.

Le problème est celui de l’offre et non de la demande. En effet, en cas de catastrophe climatique moderne, les agriculteurs pourraient avoir du mal à produire de l’orge, l’ingrédient principal de la bière.

C’est une mauvaise nouvelle pour le marché mondial de la bière, qui devrait atteindre 650 milliards d’Euros d’ici 2022. C’est également une mauvaise nouvelle pour les consommateurs à travers le monde, qui pourraient voir les prix de la bière doubler.

En Chine, les effets seraient particulièrement « graves ». En effet, il s’agit du premier consommateur mondial de bière. Si la chaleur extrême ou la sécheresse frappaient demain, le pays pourrait voir sa consommation diminuer d’environ 10%, ce qui représente plus de 12 milliards de canettes de bière. Les États-Unis quant à eux, pourraient voir leur consommation diminuer de 20%, soit près de 10 milliards de canettes de bière.

Vous allez aussi aimer :

Les archéologues ont déterré la plus ancienne brasserie du monde, datant d’il y a 13’000 ans

L’étude prédit les plus fortes hausses de prix dans les pays nantis et amateurs de bière comme l’Irlande, dont les six emballages pourraient coûter 18 Euros de plus. Outre ces effets économiques, une pénurie mondiale de bière peut avoir des conséquences sociales et politiques.

Selon Dabo Guan, l’un des auteurs de l’étude, le changement climatique pourrait déclencher un nouveau type de prohibition dans laquelle la bière deviendrait un produit de luxe qui ne serait plus disponible pour la classe ouvrière.

« Nous n’écrivons pas cet article pour encourager les gens à boire plus aujourd’hui qu’ils ne le feraient demain », a déclaré Guan. « Ce que nous disons, c’est que… si les gens veulent continuer de pouvoir boire une bonne bière tout en regardant le football, nous devons faire quelque chose pour lutter contre le changement climatique » conclut-il.

Source : Business Insider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.