520 Partages

Une véritable épidémie est en train de décimer les pommiers aux États-Unis. Cela commence par une seule branche. Les feuilles deviennent petites et commencent à s’enrouler, tout en prenant une couleur jaune pâle ou rougeâtre, puis le pommier vient à mourir. Malheureusement, à l’heure actuelle, les scientifiques n’ont absolument aucune idée de ce qui cause cette maladie fatale.

Et ce n’est pas tout. Lorsqu’un pommier meurt de cette manière, les arbres adjacents commencent aussi souvent à présenter les mêmes symptômes, et mourir peu après. Cette étrange maladie est pour le moment appelée RAD (rapid apple decline, soit déclin rapide de la pomme), voire parfois parfois SAD (sudden apple decline, soit déclin soudain de la pomme). Des phénomènes similaires ont déjà touché les pommiers des États-Unis et d’autres régions à travers le monde depuis les années 1980, mais cette récente épidémie est la plus grave jamais observée. S’il s’agit bel et bien de cette maladie précisément, alors cette dernière a été découverte en 2013.

Mais à présent, c’est la phytopathologiste Kari Peter, de la Pennsylvania State University, qui a récemment constaté quelque chose « d’inhabituel » dans l’un de ses vergers de recherche, provoquant inexplicablement la mort massive des pommiers s’y trouvant. Les scientifiques ont essayé d’utiliser toute une gamme de produits chimiques pour tenter d’empêcher la propagation de ce qui tue ces arbres, mais en vain : rien n’a fonctionné. De plus, les symptômes ne correspondent à aucun agent pathogène connu affectant les arbres.

Peu de temps après, d’autres vergers de Pennsylvanie présentaient les mêmes symptômes ravageurs. Depuis, la maladie RAD a fait son apparition dans les régions productrices de pommes du centre, du nord-est et du nord-ouest des États-Unis, ainsi qu’au Canada. À l’heure actuelle, plus de 80% des vergers de Caroline du Nord pourraient présenter des symptômes de cette maladie mortelle. « Des rangées entières d’arbres s’effondrent sans raison apparente », à déclaré Peter.

Ce qui rend le problème si particulier et difficile à résoudre, c’est que cette maladie ne semble pas être liée à un facteur en particulier. Parfois, la maladie se propage d’un arbre à ses voisins, mais ce n’est pas toujours le cas.

Dans d’autres cas, certains arbres donnent l’impression de présenter les symptômes mortels, mais ils se portent très bien. « Afin de prouver la pathogénicité, vous devez disposer d’arbres contenant uniquement le virus et voir s’il produit les symptômes », a déclaré Peter. « Nous ne savons toujours pas si (le virus) est endémique et si le trouble est causé par d’autres facteurs de stress des arbres », a-t-elle ajouté.

Dans un article publié ce mois-ci, qui est peut-être l’étude la plus complète à ce jour sur les facteurs potentiels impliqués, le phytopathologiste Awais Khan, de l’Université Cornell, a dirigé une équipe examinant la nutrition des sols et les conditions météorologiques dans les vergers affectés par la RAD.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Cette recherche a duré cinq ans et avait pour but de déterminer comment les virus, les champignons et les communautés bactériennes pouvaient être liés à cette maladie. Finalement, l’étude n’a pu que suggérer que le stress causé par les intempéries et un accès limité à l’eau dans les vergers, pourraient hypothétiquement rendre les pommiers plus vulnérables à… quelque chose.

arbre sad rad pomme pommier

À gauche, un arbre en bonne santé. Au milieu, un arbre en plein déclin. À droite, un arbre mort. Crédits : S. Gettys/PDA

« Nous n’avons pas trouvé de différences statistiquement significatives entre les profils de sol et de climat des arbres d’apparence saine et ceux qui étaient malades. De même, aucun champignon ni virus particulier n’a été associé aux arbres symptomatiques », concluent les auteurs de l’étude.

Khan explique qu’il est nécessaire de mener des études supplémentaires et plus approfondies sur la RAD et sur ce qui pourrait en être la cause. Des chercheurs de l’USDA ont mené une étude distincte l’année dernière sur quatre virus, dont un nouveau type de lutéovirus, associés au syndrome, bien que Khan et son équipe déclarent à ce stade que ces virus ne sont pas des facteurs de causalité.

D’autres chercheurs ont également suggéré que les coléoptères pourraient causer des maladies aux arbres, mais encore une fois, il n’est pas clair si les insectes rendent les arbres malades ou s’ils sont simplement attirés par les arbres malades.

Vous aimerez également : Le changement climatique rend les arbres plus grands mais plus faibles

La pomme étant le fruit le plus consommé aux États-Unis — 4 milliards de dollars US de cultures commerciales, dans 32 États — les scientifiques courent contre le temps pour résoudre ce mystère mortel. « Cela pourrait être plus compliqué qu’un simple agent pathogène ou un insecte. J’espère avoir tort, mais je pense que nous allons devoir faire face à une nouvelle vague », a déclaré Peter à Good Fruit Grower.

Sources : PLOS One, FAQ de Kari Peter

2 Réponses

  1. bidulette

    Les arbres se suicident plutôt que dans la bouche de Donald ! Il faudrait appeler cela : la dingue du canard !

    Répondre
  2. Jean-Jacques Heller

    Le problème pourrait être lié à un déséquilibre énergétique ce qui expliquerait que chaque arbre se comporte de manière spécifique. Les traitements de chromatothérapie déjà testés avec succès contre la chalarose du frêne.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

520 Partages
520 Partages
Partager via
Copier le lien