Manger deux champignons par jour réduirait de près de moitié le risque de cancer

manger deux champignons par jour reduirait pres moitie risque cancer
| Getty Images

Les bienfaits des champignons sont nombreux, et c’est notamment pour cette raison que certaines cultures l’introduisent dans leurs plats traditionnels. En effet, les champignons contiennent de nombreuses vitamines, dont la vitamine D, B2, B3 et B5, des antioxydants et nutriments essentiels. Ils sont également utilisés depuis des siècles en médecine traditionnelle chinoise. Selon une nouvelle étude, consommer 18 grammes de champignons par jour (l’équivalent de deux champignons moyens) pourrait réduire jusqu’à 45% le risque de cancer.

Selon les résultats d’une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université d’État de Pennsylvanie, les individus qui consomment deux champignons de taille moyenne par jour présentent un risque de cancer inférieur de 45% par rapport à ceux qui n’en consomment pas.

Depuis des siècles, les praticiens de la médecine chinoise utilisent les champignons, riches en vitamines et en antioxydants, pour traiter un grand nombre de maladies, notamment les maladies pulmonaires. Selon certaines études, des composés chimiques spécifiques des champignons renforceraient le système immunitaire.

Un effet protecteur grâce à l’ergothionéine

Pour leur analyse, les chercheurs ont examiné 17 études sur le cancer réalisées entre 1966 et 2020, ciblant plus de 19 500 patients atteints de cancer. Les résultats ont montré que même si les champignons shiitake, pleurote en huître, maitake et pleurote de panicaut, ont des quantités plus élevées d’ergothionéine (un acide aminé) que les champignons de Paris, cremini et portobello, les personnes qui incorporaient toute variété de champignons dans leur alimentation quotidienne avaient un risque plus faible de cancer. Les détails ont été publiés dans la revue Advances in Nutrition.

« Les champignons sont la source alimentaire la plus élevée d’ergothionéine, qui est un antioxydant unique et puissant et un protecteur cellulaire », a déclaré Djibril Ba, étudiant diplômé en épidémiologie au Penn State College of Medicine. « Le fait de reconstituer les antioxydants dans l’organisme peut contribuer à protéger contre le stress oxydatif et à réduire le risque de cancer ».

À LIRE AUSSI :
Certain(e)s smartphones et smartwatches pourraient perturber les stimulateurs cardiaques

Cancer du sein : le plus concerné par la consommation de champignons ?

La consommation de champignons présente le lien le plus fort avec la réduction du risque de cancer du sein, mais cela pourrait être dû au fait que de nombreuses études n’ont pas inclus d’autres formes de cancer. « Dans l’ensemble, ces résultats fournissent des preuves importantes des effets protecteurs des champignons contre le cancer », a déclaré le co-auteur John Richie, professeur de sciences de la santé publique et de pharmacologie à l’université d’État de Pennsylvanie. « De futures études sont nécessaires pour mieux cerner les mécanismes impliqués et les cancers spécifiques qui peuvent être affectés », a-t-il ajouté.

Divers experts ont cependant appelé à la prudence dans l’interprétation de cette recherche, qualifiant simplement les résultats d' »intéressants ». « Il est important de considérer la consommation de champignons dans le contexte plus large des comportements alimentaires et de l’activité physique d’une personne. Nos études, qui constituent les examens les plus complets de l’impact des facteurs liés au mode de vie sur le risque de cancer, montrent que la consommation de fruits et de légumes pourrait réduire le risque de plusieurs cancers, et qu’elle pourrait également réduire la probabilité de prendre du poids en excès, ce qui constitue en soi un risque important pour plusieurs cancers », a déclaré Helen Croker, responsable de l’interprétation des recherches au Fonds mondial de recherche sur le cancer. Elle a ajouté qu’il était également important de consommer une grande variété de fruits et légumes différents pour en tirer le maximum de bénéfices.

Sam Miller, responsable de la nutrition chez Pure Nutrition à Hong Kong, a déclaré qu’il était « vraiment important de ne pas s’emballer sur les résultats d’un seul article de recherche ». Il a fait remarquer que toute consommation de fruits et légumes protège contre certains cancers, une consommation plus importante étant associée à un risque plus faible de développer un cancer tout au long de la vie.

À LIRE AUSSI :
La polyarthrite rhumatoïde serait liée à un déséquilibre du microbiote intestinal

« Les résultats me laissent penser que ceux qui ne mangeaient pas du tout de champignons étaient très susceptibles de consommer globalement moins de légumes que ceux qui en consommaient le plus, ce qui signifie que les personnes qui en consomment le moins pourraient présenter un risque plus élevé de cancer, indépendamment de leur consommation de champignons », a-t-il ajouté. Miller suggère de manger davantage de fruits et de légumes et de ne pas « placer ses espoirs de santé dans un ou deux aliments miracles ». « Le poids des preuves montre qu’ils n’existent pas et qu’il n’y a pas un seul aliment qui vous rendra vraiment en bonne santé », a-t-il déclaré.

La diététicienne Fareeha Jay, basée au Royaume-Uni et spécialisée dans les régimes alimentaires sud-asiatiques, a déclaré que les recherches devaient être prises avec « une pincée de sel » car elles étaient fondées sur l’analyse d’études d’observation et ne démontraient pas de lien de cause à effet. « Avec des résultats aussi prometteurs de l’étude, nous devons inclure les champignons dans notre régime alimentaire quotidien – mais aussi veiller à inclure des céréales complètes, des fibres, des légumes et des fruits, car ils peuvent aussi protéger contre certains cancers », a-t-elle ajouté.

Les propriétés médicinales potentielles des champignons

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les champignons shiitake sont appréciés dans certaines cultures comme agent anticancéreux et le champignon sec entier est utilisé dans les remèdes à base de plantes. Le bêta-glucan, un composé complexe de sucre, un composant actif du lentinane, est un extrait du shiitake dont on pense qu’il stimule le système immunitaire et déclenche certaines cellules et protéines de l’organisme pour attaquer les cellules cancéreuses. Dans les études de laboratoire, il semble ralentir la croissance de certaines cellules cancéreuses.

À LIRE AUSSI :
Israël enregistre un record quotidien de cas de coronavirus

Dans des études sur des souris, il a été démontré que le lentinane stoppe la croissance des cellules cancéreuses de l’intestin. Lors de tests en laboratoire, la protéine de lentinane a arrêté la croissance de certaines cellules fongiques. Elle a également empêché les cellules leucémiques de se diviser. En Chine, une analyse documentaire de 12 études a porté sur le lentinane administré avec la chimiothérapie pour le cancer du poumon. Ils ont constaté que le lentinane agissait sur le système immunitaire et améliorait la qualité de vie des patients.

Les champignons maitake sont utilisés au Japon et en Chine pour traiter le diabète et l’hypertension. Des études en laboratoire ont montré que l’extrait de maitake peut stimuler le système immunitaire, réduire le taux de sucre dans le sang et ralentir la croissance de certaines tumeurs. L’extrait de champignon Phellinus linteus est utilisé depuis des siècles dans la médecine orientale. Des études indiquent qu’il ralentit également la croissance des cellules cancéreuses du sein en laboratoire. Il a également été démontré qu’il a des effets anticancéreux sur les cellules cancéreuses de la peau, du poumon et de la prostate.

Source : Advances in Nutrition

Laisser un commentaire