Chaque Noël, des marins du Japon se rendent dans l’océan Austral, à la recherche de « prélèvements biologiques », visant à étudier « la structure et la dynamique de l’écosystème marin antarctique ».

Mais non, ils n’essaient pas d’en apprendre davantage sur le changement climatique, ou d’enquêter sur les chants d’accouplement des créatures de l’océan. Ils sont en train de tuer des centaines de petits rorquals de l’Antarctique, laissant ensuite leur chair être vendue dans les marchés et les restaurants.

Les derniers chiffres ont été publiés par le comité scientifique de la Commission baleinière internationale au début de ce mois : selon ces chiffres, 333 petits rorquals ont été tués lors de la saison estivale 2017-2018 en Australie. De ce nombre, 122 étaient enceintes et 114 étaient encore très jeunes, ce qui signifie qu’elles n’étaient pas encore capables de se reproduire.

Les chercheurs ont écrit que tuer les baleines était nécessaire, car « l’information sur l’âge ne peut être obtenue qu’à partir de bouchons d’oreilles internes, et donc uniquement par des méthodes d’échantillonnage létales ». Cependant, la plupart des chercheurs ne sont pas d’accord avec cela, car il est possible d’estimer l’âge d’une baleine en comparant sa taille à d’autres baleines dont l’âge est déjà connu.

Les affirmations selon lesquelles les baleines devaient être tuées « pour la science », ont été démenties à maintes reprises. « Il est bien établi dans la littérature scientifique qu’il existe de nombreuses façons d’étudier l’alimentation et l’état des baleines, sans les tuer », a déclaré Leah Gerber, biologiste spécialiste de la conservation marine à l’Arizona State University, en 2013 déjà. « Le massacre de 122 baleines est une statistique choquante et une triste nouvelle concernant la cruauté de la chasse à la baleine au Japon », a déclaré Alexia Wellbelove, de la Humane Society International.

Les baleines sont achevées par des harpons explosifs à la grenade, qui ne tuent la baleine que dans le 50-80% des cas. De plus, le Japon permet que la viande de baleine soit vendue comme un produit alimentaire, ce qui enlève encore plus de crédibilité à ses affirmations, qui prétendent qu’il s’agit de recherches scientifiques.

En 2014, la Cour internationale de Justice a demandé au Japon d’arrêter son programme de chasse à la baleine, le jugeant illégal. En réponse, le Japon a maintenant retiré sa reconnaissance de la Cour internationale de Justice en matière de chasse à la baleine.

Selon le Sydney Morning Herald, le Japon a l’intention de tuer environ 4000 baleines au cours des 12 prochaines années, et de reprendre la chasse commerciale. « La poursuite du massacre des baleines est odieuse dans notre société moderne, mais ces nouveaux chiffres la rendent encore plus choquante », conclut Wellbelove. « Nous attendons avec impatience que l’Australie et d’autres pays pro-conservation envoient le plus fort message possible au Japon, en insistant qu’ils devraient arrêter leurs programmes meurtriers de chasse à la baleine », ajoute Wellbelove.

Vous pouvez consulter le rapport complet de la Commission baleinière internationale ici.

Sources : International Whaling ComissionInternational Whaling Comission (2), HSI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.