Mise en évidence du mécanisme moléculaire lié au COVID long et à l’encéphalomyélite myalgique

mecanisme covid long encephalomyelite
| Unsplash
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Le COVID long et l’encéphalomyélite myalgique sont associés à des symptômes similaires comme la fatigue chronique, une sensation de brouillard cérébral et un mauvais sommeil. À terme, le risque de rechute est très présent, sans que l’on connaisse son lien avec le dérèglement inflammatoire/immunitaire causé par l’infection initiale ou l’événement stressant. Des chercheurs ont développé un modèle explicatif des mécanismes moléculaires de la neuroinflammation chronique, communs aux deux maladies.

Aussi appelé encéphalomyélite myalgique (EM), le syndrome de fatigue chronique résulte d’une infection virale (ou d’évènements stressants graves), dont la COVID-19. L’EM a un impact majeur sur la qualité de vie des personnes atteintes et est caractérisée par des symptômes centrés sur le cerveau et dus à la neuroinflammation : brouillard cérébral, manque de sommeil réparateur et une mauvaise réaction au moindre stress.

L’évolution de la maladie est incertaine et beaucoup de patients présentent des cycles de récupération et de rechute chroniques sans que l’on ne sache pourquoi. De précédentes études ont montré que les causes de l’EM impliquent une réponse inflammatoire moléculaire systémique, ainsi qu’une activation et un dérèglement immunitaires chroniques.

Pourquoi existe-t-il des cycles de récupération et de rechute chroniques ?

« Ce qui n’est pas clair dans l’EM et maintenant dans le COVID long, et ce que nous essayons d’aborder ici, c’est le lien entre le dérèglement inflammatoire/immunitaire dans le système périphérique causé par l’infection initiale ou l’événement stressant, et […] l’activation de la réponse inflammatoire/immunologique propre au système nerveux central qui conduit ensuite au maintien de l’EM et aux rechutes fréquentes de la maladie », expliquent les auteurs de l’étude, parue dans Frontiers in Neurology. « Des mécanismes moléculaires, cellulaires et de signalisation sont susceptibles d’être à l’origine de ce lien ».

À LIRE AUSSI :
Un médicament anticancéreux expérimental pourrait aider à réparer les lésions nerveuses de la moelle épinière

Les chercheurs ont mis au point un modèle afin d’expliquer comment les symptômes de ces maladies persistent, par le biais de la connexion cerveau-corps. D’après ce modèle, l’infection ou l’évènement stressant serait suivi d’un transport anormal de signaux ou de molécules dans le cerveau, par les voies neurovasculaires ou un dysfonctionnement de la barrière hématoencéphalique. Cette réponse immunitaire/inflammatoire est médiée par les microglies — des cellules gliales du système nerveux central.

modele maladie covid chronique
Hypothèse et modèle pour l’apparition de l’EM et sa progression vers une maladie chronique soutenue avec des phases de rechute/récupération partielle : voies de signalisation entre le système nerveux central (SNC) et périphérique, qui maintiennent la maladie. À la suite d’un événement stressant externe initial, les réponses immunitaires/inflammatoires systémiques sont activées, elles sont communiquées au SNC par des réflexes inflammatoires et peut-être par une augmentation de la perméabilité de la barrière hématoencéphalique. La neuroinflammation est activée, entraînant un large éventail de symptômes neurologiques qui se répercutent à la périphérie par le biais d’une perturbation de l’homéostasie. La physiologie systémique et l’homéostasie moléculaire sont alors chroniquement affectées par des fonctions cellulaires importantes comme la production d’énergie mitochondriale, l’activité métabolique et la poursuite des réactions immunitaires/inflammatoires. © Tate, Walker, Sweetman et al. 2022

Un dysfonctionnement du système nerveux central commun aux deux maladies

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Si le facteur de stress initial n’est pas résolu, une neuroinflammation chronique engendre les maladies de l’EM et du COVID long, aux symptômes neurologiques complexes. « Ces maladies sont très étroitement liées, et il est clair que la base biologique du COVID long est en lien avec l’infection COVID initiale », déclare dans un communiqué le professeur Tate, auteur principal de l’étude. « Il ne devrait donc plus y avoir de débat et de doute sur le fait que les syndromes de fatigue post-virale comme l’EM ont une base biologique et impliquent une physiologie très perturbée ».

En outre, la neuroinflammation conduirait à une maladie chronique avec des cycles de récupération et de rechutes à cause d’un signal continu entre le cerveau et le corps. La signalisation par des voies reconnues du cerveau vers le corps fait sans doute partie du processus par lequel le cycle de la maladie dans le système périphérique est maintenu, et cela expliquerait pourquoi la guérison ne s’opère pas. « Ce qui devrait être une réponse inflammatoire/immunitaire transitoire dans le corps pour éliminer l’infection, développer l’immunité et gérer le stress physiologique, devient chronique, et donc la maladie persiste », poursuit Tate.

À LIRE AUSSI :
Une étude clarifie le lien entre la consommation de viande rouge et la santé cardiovasculaire

Si chacune des deux maladies possède ses propres facteurs de stress initiaux et sa propre signalisation (celle du COVID long résultant de la pathologie de l’infection initiale par le SARS-CoV-2), les auteurs soutiennent l’idée d’un dysfonctionnement du système nerveux central commun aux deux maladies — les symptômes étant très similaires.

Source : Frontiers in Neurology

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.