4.9K Partages

Les troubles d’auto-brasserie organique ne sont pas inconnus des médecins. Dans certains cas, une modification du microbiote peut induire une fermentation alcoolique dans certaines parties du corps, comme les intestins ou la vessie. Toutefois, ces cas n’ont été documentés que post mortem. Mais récemment, des médecins ont traité une patiente âgée de 61 ans admise pour des lésions hépatiques et qui présentait un taux élevé d’éthanol dans ses urines. Suspectant d’abord une consommation d’alcool excessive, lui refusant alors une transplantation hépatique, les médecins ont en fait découvert qu’une levure inhabituellement abondante dans la vessie de la patiente entraînait la fermentation du glucose en éthanol.

La maladie, que les chercheurs proposent d’appeler le « syndrome de fermentation de la vessie » ou « syndrome d’auto-brasserie urinaire », est similaire à une autre maladie rare, le syndrome d’auto-brasserie, où l’ingestion de glucides peut suffire à induire un état d’ébriété, même sans consommer d’alcool par des moyens réguliers.

Dans le nouveau cas, les médecins ont pris conscience de ce qui semble être un syndrome apparenté, après avoir soigné une patiente de 61 ans qui présentait des lésions hépatiques et un diabète mal contrôlé.

De l’éthanol présent dans les urines mais absent du plasma

La femme s’est rendue à l’hôpital presbytérien du centre médical de l’Université de Pittsburgh pour être placée sur une liste d’attente pour une transplantation hépatique, des médecins ayant précédemment soupçonné que ses problèmes étaient dus à la dépendance à l’alcool, en raison de tests urinaires répétés pour l’alcool montrant un résultat systématiquement positif.

« Au départ, nos résultats étaient similaires, ce qui a amené nos cliniciens à croire qu’elle cachait un trouble lié à la consommation d’alcool. Cependant, nous avons noté que les résultats des tests de plasma pour l’éthanol et les résultats des tests d’urine pour le glucuronide d’éthyle et le sulfate d’éthyle, qui sont les métabolites de l’éthanol, étaient négatifs, tandis que les résultats des tests d’urine pour l’éthanol étaient positifs » expliquent les auteurs.

En plus d’avoir nié à plusieurs reprises avoir consommé de l’alcool, la patiente ne semblait pas montrer de signes d’intoxication lors des visites à la clinique, même si son urine présentait des taux élevés d’éthanol. Un autre mystère était la présence de grandes quantités de glucose dans son urine — un trouble appelé hyperglycosurie — avec des niveaux abondants de levures visibles dans les échantillons.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

La fermentation du glucose en éthanol dans la vessie par une levure

Ces résultats ont amenés les chercheurs à tester si la levure colonisant la vessie pouvait faire fermenter le sucre pour produire de l’éthanol. En effectuant des tests sur son urine, l’équipe a confirmé des niveaux remarquablement élevés de production d’éthanol, suggérant que les résultats étranges étaient dus à la levure fermentant du sucre dans la vessie.

La levure en question a été identifiée comme étant Candida glabrata, une levure naturelle présente dans le corps et apparentée à la levure de bière, mais normalement non présente avec une telle abondance.

candida glabrata

Une grappe de Candida glabrata observée au microscope. Cette levure est présente naturellement dans l’organisme ; mais lorsqu’elle se trouve en grande quantité, elle peut entraîner un trouble d’auto-fermentation. Crédits : BIOSE

Sur le même sujet : Ces bactéries intestinales brassent leur propre alcool et peuvent gravement nuire au foie

Malheureusement, les efforts pour éliminer la levure avec des traitements antifongiques ont échoué, peut-être en raison du diabète mal contrôlé de la patiente. À la lumière de la situation apparemment unique de la femme, les médecins notent qu’elle a été reconsidérée pour une transplantation hépatique. En approfondissant son cas, les médecins ont pris connaissance d’autres rapports impliquant une production similaire d’éthanol dans l’urine, mais seulement dans un cas post mortem, et dans des expériences menées in vitro.

Cela dit, il est possible que d’autres patients aient présenté cette maladie rare auparavant, mais les symptômes n’étaient pas reconnus, en raison de la nature inhabituelle et largement inconnue de la pathologie. « L’expérience que nous décrivons ici de deux équipes de transplantation hépatique dans différentes institutions démontre à quel point il est facile d’ignorer les signes indiquant que le syndrome d’auto-brasserie urinaire peut être présent », concluent les chercheurs.

Sources : Annals of Internal Medicine

urine alcool

Une réponse

  1. Miteneva Natalia

    Concernant l’article sur l’alcool dans l’urine.
    Mon mari a le même problème. Son corps produit de l’alcool.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4.9K Partages
4.9K Partages
Partager via
Copier le lien