Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Un médicament contre le diabète peut traiter et inverser l’insuffisance cardiaque

medicament diabete peut traiter et inverser insuffisance cardiaque
| iStock/Trust My Science

Des chercheurs de l’école de médecine Icahn du Mont Sinaï ont découvert que l’empagliflozine, un médicament contre le diabète récemment développé, peut traiter et inverser efficacement l’insuffisance cardiaque chez les patients diabétiques et non diabétiques, et également considérablement réduire les hospitalisations.

Après validation des étapes précliniques faisant suite à leur découverte, les chercheurs ont réalisé un essai clinique complet qui montre que le médicament peut améliorer la taille, la forme et la fonction du cœur, ce qui entraîne une meilleure capacité d’exercice et une meilleure qualité de vie. Des éléments qui pourraient fortement réduire les hospitalisations des patients souffrant d’insuffisance cardiaque. Les résultats ont été présentés vendredi 13 novembre lors des sessions scientifiques 2020 de l’American Heart Association et publiés simultanément dans le Journal of the American College of Cardiology. L’empagliflozine est un inhibiteur sélectif améliorant l’absorption du glucose (sucre), initialement utilisé dans le traitement du diabète de type 2.

« Les résultats prometteurs de notre essai clinique montrent que ce médicament contre le diabète peut améliorer la vie des patients atteints d’insuffisance cardiaque en réduisant la fraction d’éjection, en augmentant leur capacité d’exercice et en améliorant leur qualité de vie avec peu ou pas d’effets secondaires. Nous espérons que ces travaux contribueront à l’approbation de l’empagliflozine par la Food and Drug Administration américaine pour cette population de patients dans les mois à venir », a déclaré l’auteur principal, le docteur Carlos Santos-Gallego, chercheur postdoctoral à l’école de médecine Icahn du Mont Sinaï.

« Notre étude identifie également la raison pour laquelle ce médicament est efficace : parce qu’il améliore la fonction cardiaque, ce qui n’a pas été compris jusqu’à présent », ajoute Santos-Gallego. « De nombreux médecins ont peur de prescrire un médicament qu’ils ne comprennent pas, et nos conclusions aideront les cliniciens à se sentir plus à l’aise pour le donner aux patients une fois qu’il aura été approuvé. L’une des principales conclusions est que, bien que ce médicament ait été initialement développé pour le diabète, il est également incroyablement efficace chez les patients non-diabétiques ». Il est important de noter que le médicament ne semble pas causer d’hypoglycémie, ou un faible taux de sucre dans le sang, chez les patients non-diabétiques.

À LIRE AUSSI :
Le premier vaccin antigrippal d'origine végétale passe avec succès les essais cliniques

Une amélioration significative chez 80% des patients

Pour l’essai, connu sous le nom d’EMPATROPISME, les chercheurs ont recruté 84 patients souffrant d’insuffisance cardiaque chronique avec une fraction d’éjection (FE) réduite — le pourcentage de sang que le ventricule gauche pompe à chaque contraction — et les ont répartis au hasard pour recevoir un traitement à l’empagliflozine ou un placebo. Tous ont fait l’objet d’une évaluation de base comprenant une imagerie par résonance magnétique cardiaque, un test d’exercice cardio-pulmonaire sur un vélo (en portant un masque facial pour mesurer les niveaux d’oxygène), un test de marche de six minutes et des questionnaires sur la qualité de vie. Les patients ont reçu un traitement ou un placebo pendant six mois, avec quelques courtes visites de sécurité à un et trois mois. Au bout de six mois, les patients ont subi les mêmes tests.

Environ 80% des patients traités à l’empagliflozine ont montré une amélioration significative, et leur cœur est « revenu à la normale », ont constaté les chercheurs. Ce groupe a connu une amélioration de 16,6% de la fraction d’éjection du ventricule gauche après six mois seulement, et leur cœur pompait le sang avec plus de puissance. Leur cœur est devenu plus petit, moins dilaté en raison de la diminution de la congestion et de l’accumulation de liquide dans le corps, ce qui signifie que leur insuffisance cardiaque est devenue moins grave. Les parois du cœur étaient moins épaisses, ce qui signifie que le ventricule gauche pouvait pomper le sang plus facilement. Le groupe placebo n’a montré aucune amélioration ; soit les patients sont restés au niveau de base, soit leur état s’est aggravé. Leur FE diminuait : leur cœur était plus dilaté et plus épais, et avait une forme anormale, plus sphérique.

L’étude a également montré que les patients prenant de l’empagliflozine montraient une amélioration d’environ 10% de leur taux d’exercice, une différence statistiquement significative, tandis que les patients du groupe placebo ne montraient aucune amélioration. Cela prouve que le groupe sous empagliflozine était en meilleure santé, leur permettant plus d’activités quotidiennes et une meilleure qualité de vie, ce qui réduit le risque d’hospitalisation des patients.

L’étude a également permis de déterminer, pour la première fois, pourquoi ce médicament est efficace pour traiter l’insuffisance cardiaque. Dans le cas d’une insuffisance cardiaque, le cœur subit un « remodelage défavorable », dans lequel le ventricule gauche se dilate, devient plus épais (hypertrophique) et plus sphérique, et pompe de manière moins efficace, avec une fraction d’éjection plus faible. Les chercheurs ont démontré que ce médicament atténue et inverse ce remodelage indésirable. Il réduit la dilatation et l’hypertrophie du ventricule gauche, aide le ventricule gauche à pomper plus fortement (augmentation de la fraction d’éjection) et modifie la forme du ventricule gauche, le rendant plus allongé et moins sphérique.

À LIRE AUSSI :
Hausse très inquiétante des cas de rougeole dans le monde

« Nous avons été très surpris de la rapidité avec laquelle les bienfaits de l’empagliflozine sont apparus. Les patients se sentaient déjà mieux dans les premières semaines de la prise de l’empagliflozine. Une autre question clé est la sécurité de ce médicament ; nous n’avons constaté aucun effet secondaire grave. Bien qu’il s’agisse d’un médicament antidiabétique, aucune hypoglycémie n’a été constatée. Cela montre que l’empagliflozine est un traitement sûr et puissant pour l’insuffisance cardiaque avec une fraction d’éjection réduite, indépendamment du statut diabétique du patient », explique le co-auteur Juan Badimon, professeur de médecine (cardiologie) et directeur de l’unité de recherche sur l’athérothrombose à l’Institut cardiovasculaire de l’école de médecine Icahn du Mont Sinaï.

Source : Mount Sinai

Plus d'articles
Snowfeet moyen innovant dévaler pistes couv-min
Snowfeet : un nouveau moyen innovant pour dévaler les pistes