Une méta-analyse majeure confirme l’absence de risques de la 5G pour la santé humaine

meta analyse majeure confirme absence risques 5g sante humaine
| FreePik

Le déploiement de la nouvelle technologie de communication 5G un peu partout à travers le monde a inexorablement déclenché des levées de boucliers et des vagues de peur dans la population. Au cours des dernières années, de nombreuses études ont montré la sûreté de la technologie et l’absence d’effets néfastes sur la santé humaine. Pour compléter le tout, une méta-analyse de très grande envergure a été récemment publiée (en deux parties), confirmant toutes les études précédentes sur la sûreté de la 5G en matière de santé publique.

Deux nouvelles analyses scientifiques ont conforté toutes les recherches précédentes publiées sur la technologie 5G à ce jour, concluant que la norme de connectivité de nouvelle génération ne présente aucun risque pour la santé.

Supervisés par l’Agence australienne de protection contre les radiations et de sûreté nucléaire (ARPANSA) et l’Université de technologie de Swinburne en Australie, les rapports se penchent sur 138 études précédentes et la réanalyse de plus de 100 expériences pour rechercher des dangers possibles dans les fréquences des ondes millimétriques (ondes radio de bas niveau, au-dessus de 6 GHz).

Technologie 5G : elle ne présente aucun risque pour la santé humaine

Bien que la recherche et l’analyse scientifique se poursuivent, cet examen approfondi de ce que nous savons jusqu’à présent sur la 5G et ses technologies associées montre qu’elle est parfaitement sûre aux niveaux auxquels les gens y seraient exposés. « En conclusion, un examen de toutes les études n’a fourni aucune preuve étayée que les ondes radio de bas niveau, comme celles utilisées par le réseau 5G, sont dangereuses pour la santé humaine », déclare Ken Karipidis, directeur adjoint de l’évaluation et des conseils à l’ARPANSA.

À LIRE AUSSI :
Une entreprise de minage de bitcoins achète une centrale au charbon pour alimenter ses opérations

Alors que les fréquences supérieures à 6 GHz ont régulièrement été utilisées dans les radars, les instruments médicaux et les équipements de sécurité — comme les scanners de contrôle des aéroports —, elles sont sur le point d’être utilisées beaucoup plus largement à mesure que les réseaux 5G seront déployés dans le monde entier.

schema spectre ondes 5g
Schéma montrant l’ensemble du spectre utilisé par la technologie 5G. Les fréquences RF supérieures à 6 GHz se montrent parfaitement sûres pour les humains. © ERA Tech

En examinant les données et les résultats rapportés sur la génotoxicité (mutations), la prolifération cellulaire, l’expression génique, la signalisation cellulaire, la fonction membranaire et d’autres effets biologiques, les chercheurs n’ont trouvé « aucune preuve confirmée que les champs RF de bas niveau au-dessus de 6 GHz tels que ceux utilisés par le réseau 5G sont dangereux pour la santé humaine ».

L’absence d’études contradictoires méthodologiquement correctes

Lorsque certains effets biologiques ont été notés, ils n’ont généralement pas été répliqués de manière indépendante, et ils figuraient dans des études dépourvues de méthodes de contrôle de qualité rigoureuses, affirment les chercheurs — bien que nous puissions certainement nous attendre à encore plus d’évaluations de la 5G dans les années à venir.

« Nous recommandons que les futures études expérimentales améliorent leur méthode en accordant une attention particulière à la dosimétrie et au contrôle de la température, et que les futures études épidémiologiques continuent de surveiller les effets à long terme sur la santé de la population liés aux télécommunications sans fil », déclare Karipidis.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les conclusions de l’équipe étaient conformes aux normes de sécurité établies par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) et largement adoptées dans le monde.

À LIRE AUSSI :
Un nouvel outil pour développer une intelligence artificielle qui « pense » comme un humain

Une norme récemment mise à jour a été élaborée par l’ARPANSA, soulignant la limite à laquelle les ondes radio utilisées dans les communications sans fil pourraient être nocives : l’exposition au WiFi est 100 millions de fois inférieure à cette norme, tandis que l’exposition des tours de téléphonie mobile est 500 000 fois inférieure.

Les préoccupations concernant la sécurité de la nouvelle technologie sont valables et compréhensibles, disent les chercheurs — mais malgré ce que vous pourriez lire sur les réseaux sociaux, toutes les preuves tangibles qui ont été recueillies jusqu’à présent indiquent que la 5G est sûre. « L’une des principales différences qui existent maintenant est les ressources en matière de communication pour distiller cette peur, donc les médias sociaux, en particulier, sont beaucoup plus importants que dans le passé et n’existaient pas lorsque la 2G a été déployée », conclut Sarah, directrice du programme ARPANSA.

Sources : Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology (1, 2)

Laisser un commentaire