Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [+ supprimez la pub] [-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Les micro et nanoplastiques s’accumulent dans les tissus et organes humains

plastique sante
| Getty

Si l’essor du plastique a été pendant de longues années considéré comme un merveilleux progrès technique, le plastique constitue aujourd’hui l’une des plus grandes sources de pollution à l’échelle planétaire. Retrouvé dans tous les environnements du globe, il s’accumule plus particulièrement dans les mers et océans dans lesquels il forme de véritables « îles de plastique ». Il se décompose ensuite en minuscules fragments qui peuvent être ingérés par l’Homme comme par les animaux. Pour connaître l’impact sur la santé humaine de l’ingestion de micro et nano plastiques, des chercheurs ont souhaité savoir si ces particules s’accumulaient dans les tissus et organes humains.

La pollution plastique des sols, de l’eau et de l’air est un problème mondial. Même lorsque les sacs en plastique ou les bouteilles d’eau se décomposent au point de ne plus être une menace pour les animaux, de minuscules fragments peuvent toujours contaminer l’environnement. Les animaux et les humains peuvent ingérer les particules, avec des conséquences incertaines sur la santé. Une équipe de chercheurs a donc décidé d’étudier la présence de micro et nanoplastiques dans les organes et tissus humains. Ils ont présenté leurs résultats lors de l’American Chemical Society (ACS) Fall 2020 Virtual Meeting & Expo.

« Vous pouvez trouver des plastiques contaminant l’environnement à pratiquement tous les endroits du globe, et en quelques décennies, nous sommes passés de la perception du plastique comme un avantage merveilleux à le considérer comme une menace. Il y a des preuves que le plastique pénètre dans nos corps, mais très peu d’études l’ont recherché. Et à ce stade, nous ne savons pas si ce plastique est juste une nuisance ou s’il représente un danger pour la santé humaine », déclare Charles Rolsky.

À LIRE AUSSI :
Le risque d'infection varie selon l'heure de la journée, suivant un schéma précis
sources plastiques
Les diverses sources de microplastiques retrouvés dans les océans. Crédits : Statista

Micro et nano plastiques : sont-ils présents dans les tissus et organes humains ?

Les scientifiques définissent les microplastiques comme des fragments de plastique de moins de 5 mm. Les nanoplastiques sont encore plus petits, avec des diamètres inférieurs à 0.001 mm. La recherche sur la faune et les modèles animaux a lié l’exposition micro et nanoplastique à l’infertilité, à l’inflammation et au cancer, mais les résultats pour la santé des personnes sont actuellement inconnus.

Des études antérieures ont montré que les plastiques peuvent traverser le tractus gastro-intestinal humain, mais Rolsky et Varun Kelkar se sont demandés si les minuscules particules s’accumulaient dans les organes humains. Pour le savoir, les chercheurs ont collaboré avec Diego Mastroeni pour obtenir des échantillons d’un vaste référentiel de tissus cérébraux et corporels, qui a été créé pour étudier les maladies neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer.

Les 47 échantillons ont été prélevés dans les poumons, le foie, la rate et les reins — quatre organes susceptibles d’être exposés à, filtrer ou collecter des microplastiques. L’équipe a développé une procédure pour extraire les plastiques des échantillons et les analyser par spectrométrie μ-Raman. Les chercheurs ont également créé un programme informatique qui convertissait les informations sur le nombre de particules de plastique en unités de masse et de surface.

Ils prévoient de partager l’outil en ligne afin que d’autres chercheurs puissent rapporter leurs résultats de manière standardisée. « Cette ressource partagée aidera à construire une base de données sur l’exposition au plastique afin que nous puissions comparer les expositions dans des organes et des groupes de personnes dans le temps et dans l’espace géographique », déclare Halden.

À LIRE AUSSI :
COVID : pourquoi l'autorisation d'urgence des vaccins pose-t-elle un dilemme scientifique ?

Sur le même sujet : Des milliers de tonnes de microplastiques transportés par le vent

Une situation préoccupante mais un impact sur la santé encore incertain

La méthode permet aux chercheurs de détecter des dizaines de types de composants en plastique dans les tissus humains, y compris le polycarbonate (PC), le polyéthylène téréphtalate (PET) et le polyéthylène (PE). Lorsqu’il est associé à un test de spectrométrie de masse précédemment développé, une contamination plastique a été détectée dans chaque échantillon. Le bisphénol A (BPA), encore utilisé dans de nombreux contenants alimentaires malgré des problèmes de santé, a été trouvé dans les 47 échantillons humains.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 : Pfizer et BioNTech proposent un vaccin à 90% d’efficacité

À la connaissance des chercheurs, leur étude est la première à examiner la présence de micro et nanoplastiques dans les organes humains d’individus ayant des antécédents connus d’exposition environnementale. « Les donneurs de tissus ont fourni des informations détaillées sur leur mode de vie, leur régime alimentaire et leurs expositions professionnelles. Parce que ces donneurs ont des histoires aussi bien définies, notre étude fournit les premiers indices sur les sources et les voies potentielles d’exposition aux micro et nanoplastiques », explique Halden.

Les gens devraient-ils s’inquiéter de la fréquence de détection élevée des composants plastiques dans les tissus humains ? « Nous ne voulons jamais être alarmistes, mais il est préoccupant que ces matériaux non biodégradables qui sont présents partout puissent entrer et s’accumuler dans les tissus humains, et nous ne connaissons pas les effets possibles sur la santé. Une fois que nous aurons une meilleure idée de ce qui se trouve dans les tissus, nous pouvons mener des études épidémiologiques pour évaluer les résultats sur la santé humaine. De cette façon, nous pouvons commencer à comprendre les risques pour la santé », conclut Kelkar.

Sources : ACS Fall 2020

Plus d'articles
Aucun des 20 objectifs établis il y a 10 ans pour préserver la planète n’a été atteint