Une nouvelle recherche met en lumière le fait que des microdoses de LSD (le diéthyllysergamide : un psychédélique hallucinogène et psychostimulant) pourraient avoir un effet analgésique efficace. Selon les chercheurs, ces microdoses pourraient être aussi puissantes que les opioïdes conventionnels, comme la morphine, pour traiter la douleur.

Le professeur de psychopharmacologie et de toxicologie comportementale de l’Université de Maastricht, Jan Ramaekers, ainsi que ses collègues, ont mené leur étude : ils ont donné soit des placebos, soit des « microdoses » de LSD – entre 5 et 20 microgrammes, contre 100 microgrammes ou plus pour une dose récréative – à 24 bénévoles. « Cette étude effectuée avec des volontaires sains montre qu’une faible dose de LSD produit un effet analgésique en l’absence d’effet psychédélique, tel qu’évalué par des tests de pression à froid », a déclaré Ramaekers, chercheur principal de l’étude. « L’ampleur de l’effet analgésique semble comparable aux effets analgésiques des opioïdes dans le même modèle de douleur », a-t-il ajouté.

Puis, les chercheurs ont administré ce qu’on appelle un « test de pression à froid », dans lequel les sujets ont été invités à plonger une main dans une baignoire d’eau qui avait été refroidie à une température de (presque) congélation. Et ce qu’ils ont découvert était frappant : les très faibles doses de LSD ne semblaient pas avoir beaucoup d’effet sur la perception de la douleur par les participants, mais la dose de 20 microgrammes semblait diminuer la perception de la douleur des participants de 20%.

Amanda Feilding, directrice de la Fondation Beckley, qui a aidé à la recherche, a exprimé son enthousiasme pour les résultats : « Les données actuelles suggèrent que de faibles doses de LSD pourraient constituer une option de traitement utile pour la gestion de la douleur, non seulement efficace chez les patients, mais également dépourvue des conséquences problématiques associées aux médicaments de base actuels, tels que les opioïdes », a-t-elle déclaré dans le communiqué de presse. « Plus de 16 millions de personnes dans le monde souffrent actuellement de troubles liés à l’usage d’opioïdes, et beaucoup d’autres deviendront accros à la suite d’une surprescription aux analgésiques », a-t-elle ajouté.

Vous aimerez également : une nouvelle étude montre comment le LSD interfère avec la signalisation cérébrale

Bien entendu, à l’heure actuelle, la recherche en est encore à un stade précoce, et de ce fait, Ramaekers et ses collègues font appel à d’autres scientifiques pour effectuer des essais, dans le but de voir si les résultats peuvent être reproduits.

Par ailleurs, cette étude va dans le sens de découvertes bien antérieures, datant des années 1960, lorsqu’un chercheur nommé Eric Kast a mené une série d’expériences prometteuses conçues pour déterminer si le LSD pouvait être un analgésique efficace ou non. Cependant, ce travail avait été interrompu lorsque le gouvernement a sévi contre la recherche sur le LSD. Mais à présent, tandis que les autorités commencent à assouplir ces restrictions, des scientifiques comme Ramaekers souhaitent réaliser un suivi et continuer les recherches dans ce domaine. « Ces résultats encouragent fortement les essais cliniques chez les patients souffrant de douleur pour évaluer la réplicabilité et la généralisabilité de ces résultats », a déclaré Ramaekers dans le communiqué.

Source : Journal of Psychopharmacology

lsd psychédélique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager via
Copier le lien