Dans la mythologie grecque, les Amazones sont un peuple de femmes guerrières que la tradition situe sur les rives de la mer Noire (certains historiens les plaçant plus précisément sur les bords du Pont-Euxin dans le nord de l’Asie Mineure actuelle, et d’autres dans l’extrême ouest de la Libye). Au-delà de l’aspect mythologique, des preuves archéologiques suggèrent que les Amazones pourraient correspondre historiquement aux femmes guerrières des peuples scythes et sarmates. À présent, de nouvelles analyses ADN d’un précédemment supposé guerrier scythe, ont révélé qu’il s’agissait en réalité d’une « ado guerrière », âgée de 13 ans.

Pendant longtemps, les Amazones étaient supposées être le fruit d’anciennes légendes, cependant, des preuves archéologiques ont depuis révélé que les guerrières, qui ont peut-être inspiré ces mythes, existaient vraiment.

À la fin de l’année dernière, une découverte archéologique de deux femmes soupçonnées d’être des Scythes nomades ayant vécu il y a environ 2500 ans (soit le 4e siècle avant notre ère) a été révélée. Ces dernières ont été enterrées dans ce qui est maintenant un village de l’ouest de la Russie nommé Devitsa, avec des parties d’un harnais d’équitation et des armes, y compris des couteaux de fer et 30 pointes de flèches. « Nous pouvons affirmer avec certitude que ces deux femmes étaient des guerrières à cheval », a déclaré l’archéologue Valerii Guliaev, de l’Institut d’archéologie de l’Académie russe des sciences.

coiffe amazone guerriere fille femme fleche carreaux pointe scythe tombeau

Les restes scythes, avec une coiffe. Crédits : Institut d’archéologie, Académie russe des sciences

En effet, ces objets ont été découverts dans un monticule funéraire avec deux femmes : l’une était alors âgée de 40 à 50 ans et portait une coiffe dorée avec des ornements floraux décoratifs. L’autre était âgée de 30 à 35 ans et a été enterrée à côté de deux lances, positionnée comme si elle montait à cheval. « Au cours de la dernière décennie, notre expédition a découvert environ 11 sépultures de jeunes femmes armées. Tous les rites funéraires qui étaient généralement faits pour les hommes ont été faits pour elles également », a expliqué Guliaev.

coiffe amazone guerriere fille femme fleche carreaux pointe scythe tombeau

Plaque de coiffe faite d’un alliage d’or à 65-70%. Crédits : Institut d’archéologie, Académie russe des sciences

À présent, une autre équipe russe a cartographié le génome des restes scythes vieux de 2600 ans, qui avaient été découverts dans un sarcophage en bois avec de nombreuses armes, en 1988. « Cet enfant a été initialement considéré comme un homme, car avec lui ont été trouvées des caractéristiques [généralement attribuées à un homme] lors de découvertes archéologiques : une hache, un arc, des flèches… », a expliqué l’archéologue Varvara Busova de l’Académie russe des sciences.

Mais l’ADN de l’enfant a révélé qu’il s’agissait en réalité d’une fille. « Cela signifie que nous pouvons dire avec une certaine certitude que les filles [scythes] ont également participé à des campagnes de chasse ou militaires », a ajouté Busova.

La guerrière a été enterrée dans ce qui est aujourd’hui la république de Touva, en Sibérie, avec une hache, un arc en bouleau et un carquois avec dix flèches, et également un peu de bois, d’os ou de bronze. En raison de l’étanchéité du cercueil en mélèze, ses restes ont été partiellement momifiés.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
coiffe amazone guerriere fille femme fleche carreaux pointe scythe tombeau

La hache de combat de la guerrière scythique. Crédits : A. Yu. Makeeva/Kilunovskaya et al./Stratum Plus

« Cette jeune ‘Amazone’ n’avait pas encore atteint l’âge de 14 ans », a déclaré l’auteur principal de la nouvelle recherche, l’archéologue Marina Kilunovskaya, de l’Institut pour l’histoire de la culture matérielle de l’Académie russe des sciences.

La jeune fille était vêtue d’un long manteau de fourrure, d’une chemise et d’un pantalon ou d’une jupe. À l’aide d’un microscope électronique à balayage, les chercheurs ont découvert que son manteau était composé d’un patchwork de peaux d’un rongeur, apparenté aux gerboises.

La datation au carbone des autres objets funéraires a permis de placer le complexe funéraire entre le 7e et le 5e siècle avant notre ère, soit au début de l’époque scythique. Busova a déclaré que l’équipe de recherche aimerait maintenant obtenir une datation plus précise des restes de la jeune guerrière, enquêter sur la composition des tombes métalliques et travailler pour restaurer et conserver ce qu’ils ont découvert.

Vous aimerez également : Les femmes vikings avaient une place aussi importante que les hommes

Les chercheurs espèrent également que les tomodensitogrammes des restes pourraient leur donner des indices sur la raison de la mort de la jeune guerrière.

coiffe amazone guerriere fille femme fleche carreaux pointe scythe tombeau

Les flèches de la jeune guerrière. Crédits : A. Yu. Makeeva/Kilunovskaya et al.,Stratum Plus

La découverte « nous ramène involontairement au mythe des Amazones, qui a survécu jusqu’à ce jour grâce à Hérodote (Hérode IV: 110-118) », écrit l’équipe dans son article.

L’ancien historien et géographe grec Hérodote (ayant vécu de -480 à -425 avant notre ère) a affirmé que les Amazones ont combattu les Scythes, mais il semblerait que ces dernières étaient en réalité ces femmes scythes qui se sont entraînées, ont chassé et ont combattu aux côtés de leurs homologues masculins. « Environ un tiers de toutes les femmes scythes sont enterrées avec des armes et ont des blessures de guerre, tout comme les hommes », a déclaré l’historienne Adrienne Mayor. « Ils vivaient dans de petites tribus, il est donc logique que tout le monde dans la tribu soit partie prenante. Ils doivent tous contribuer à la défense, aux efforts de guerre et à la chasse », a ajouté Mayor.

Au fil des siècles, les mythes des Amazones ont été embellis d’affirmations scandaleuses, telles que le fait de se couper un sein pour améliorer leurs compétences à l’arc ou encore le meurtre de leurs enfants mâles.

Mais aujourd’hui, nous avons enfin la possibilité d’en apprendre davantage sur les vraies guerrières derrière ces mythes, grâce aux études archéologiques modernes et aux techniques d’analyse ADN.

Sources : Stratum Plus, National Geographic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.