714 Partages

Si aujourd’hui l’Europe abrite des milliers d’espèces de petits oiseaux évoluant au quotidien dans notre environnement, il y a environ 1.5 millions d’années, elle était l’hôte d’un oiseau bien plus impressionnant. Possédant une masse d’une demi-tonne, Pachystruthio dmanisensis était un oiseau géant parcourant d’un pas rapide le territoire européen. Les restes découverts récemment par des paléontologues devraient permettre de mieux comprendre l’écosystème de cette période.

Avec une masse estimée à environ 450 kg, une autruche adulte de 150 kg — le plus grand oiseau vivant du monde — comparée à lui, ressemblerait à un canari. Des oiseaux plus gros ont existé, mais ce n’est pas tant sa taille qui est surprenante ici, mais l’emplacement inattendu de ses restes, retrouvés sur la côte nord de la mer Noire. La découverte a été publiée dans la revue Journal of Vertebrate Paleontology.

carte decouverte oiseau

Carte indiquant l’emplacement de la caverne où les restes de P. dmanisensis ont été découverts. Crédits : Nikita V. Zelenkov et al. 2019

Lorsque des travaux routiers ont mis au jour une caverne sur la péninsule de Crimée durant l’été 2018, cela a été une véritable pépinière pour les paléontologues. Parmi les découvertes comprenant des os de mammouths, des tigres à dents de sabre, des hyènes, des chevaux et même un petit loup, il y avait un fémur plutôt étrange qui interrogeait les chercheurs. La paléontologue de l’Académie des sciences de Russie, Nikita Zelenkov, a d’abord supposé que l’os de jambe fossilisé, avec son poids impressionnant, devait provenir d’un oiseau éléphant malgache.

« Cependant, la structure de l’os a raconté une histoire différente » explique Zelenkov. Les animaux d’une taille inhabituelle, qu’il s’agisse d’énormes bêtes comme les moas et les oiseaux éléphants, ou de minuscules humains et éléphants, sont souvent le résultat des forces écologiques rencontrées sur les îles.

Un oiseau géant sur le sol européen : une remise en question de la règle de Foster ?

Il y a un peu plus d’un demi-siècle, un jeune biologiste du nom de Bristol Foster a proposé une règle décrivant les changements de taille de certaines espèces quand elles sont confinées aux ressources d’un petit espace. En l’absence de signes évidents d’évolution des grands oiseaux sur le continent européen, les paléontologues ont simplement supposé que la règle de Foster était solide.

Cette nouvelle découverte remet en question cette hypothèse, ce qui en fait le premier signe évident qu’un oiseau géant incapable de voler a autrefois élu domicile sur le sol européen. Le fémur lui-même est approximativement de la taille attendue d’un oiseau éléphant, mais avec une apparence légèrement plus mince suggérant qu’il s’agissait d’un coureur. D’autres estimations basées sur les proportions de l’os situent sa hauteur aux alentours de 3.5 mètres.

femurs oiseau geant

Fémurs (A,C, E, F) de P. dmanisensis retrouvés par les paléontologues, comparés à des fémurs d’autruche africaine (B, D). Crédits : Nikita V. Zelenkov et al. 2019

« Nous ne disposons pas encore de suffisamment de données pour savoir s’il était plus proche de l’autruche ou d’autres oiseaux, mais nous estimons qu’il pesait environ 450 kg. Ce poids impressionant est presque le double du plus grand moa, trois fois le poids du plus grand oiseau vivant, l’autruche commune, et presque celui d’un ours polaire adulte » déclare Zelenkov.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
oiseau geant

Vue d’artiste de P. dmanisensis. Crédits : Andrey Atuchin

Sur le même sujet : Un reptile éteint il y a des millions d’années aurait été capable de voler dès sa naissance

La couronne du membre le plus important de la classe des oiseaux (Aves) va à une espèce éteinte d’oiseau éléphant appelée Vorombe titan, qui parcourait autrefois l’île africaine de Madagascar avant de s’éteindre il y a environ mille ans. Avec 860 kilogrammes, il possédait le double de la masse de P. dmanisensis. En se basant sur le mélange d’animaux trouvés dans la grotte, les chercheurs estiment qu’ils auraient été enterrés il y a entre 1.5 et 2 millions d’années.

Mieux comprendre l’évolution de l’Homme et de son écosystème

Les os de l’Homo erectus trouvés à l’est de la mer Noire ont été datés à peu près à la même période, ce qui fait qu’il est plus que probable que les parents de nos ancêtres partageaient le territoire de l’oiseau, mais l’auraient peut-être même chassé. Avec des humains sur sa trace, sans parler des prédateurs tels que les tigres à dents de sabre, les loups et les hyènes, il n’est pas étonnant que P. dmanisensis ait évolué pour devenir un sprinter.

La découverte d’un oiseau géant sur le continent européen nous aide à mieux comprendre non seulement le type de faune que les humains ont pu rencontrer lors de leur migration dans le paysage, mais aussi l’environnement lui-même. La règle de Foster pourrait bien expliquer la taille de grands oiseaux incapables de voler, mais pour expliquer pourquoi les émeus et les autruches sont si grands, les chercheurs se tournent plutôt vers le principe de Jarman-Bell.

comparaison taille oiseau

Comparaison des tailles entre un humain, une autruche africaine et P. dmanisensis. Crédits :

Lorsque la situation devient difficile, les animaux se tournent vers des aliments coriaces. Et lorsqu’il s’agit de tirer le meilleur parti possible d’une multitude de repas fibreux et peu nutritifs, les gros corps offrent de plus grands avantages. Appliqué à P. dmanisensis, nous pourrions imaginer un paysage asséché au bord des steppes ouvertes, où des humains et des prédateurs à longues dents recherchent un repas rapide et facile en chassant cet énorme oiseau.

Sources : Journal of Vertebrate Paleontology

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

714 Partages
714 Partages
Partager via
Copier le lien