Des scientifiques ont découvert un parulidé inhabituel en Pennsylvanie : l’oiseau recèle un incroyable secret génétique. Il est l’hybride non pas de deux, mais de trois espèces d’oiseaux différentes. Sa mère était un hybride de deux parulines, et son père était une paruline d’un troisième genre, totalement différent.

Il faut savoir que les hybridations d’oiseaux ne sont pas rares. Après tout, la paruline de Brewster est connue depuis 1874 et il est bien connu que l’hybridation puisse conduire au développement de nouvelles espèces. Mais généralement, il n’y a que deux espèces impliquées dans une hybridation.

Le fait que cet oiseau soit un hybride de trois espèces est absolument fascinant. « C’est extrêmement rare. La femelle est une paruline hybride à ailes dorées/bleues, aussi appelée paruline de Brewster. Elle s’est ensuite accouplé avec une paruline à flancs marrons et la reproduction a été un succès », a déclaré l’ornithologue David Toews, du Cornell Lab of Ornithology. Cependant, il révèle également un fait alarmant quant au déclin du nombre de parulines dans les Appalaches.

Il a été aperçu pour la première fois en mai 2018, par l’observateur d’oiseaux Lowell Burket. Après avoir pris une vidéo du petit oiseau, Burkett a remarqué qu’il avait une coloration similaire à celle des parulines à ailes dorées (Vermivora chrysoptera) et à voilure bleue (Setophaga pensylvanica).

Après avoir repéré cet oiseau étrange à plusieurs reprises, Burket a rapporté sa découverte sur eBird, un site internet d’observation d’oiseaux du Cornell Lab of Ornithology, et s’est adressé aux chercheurs : « J’ai tenté de rendre le courriel un peu intellectuel pour qu’ils ne pensent pas que j’étais fou », a déclaré Burket. « En moins d’une semaine, le chercheur David Toews est arrivé sur place. Nous avons retrouvé l’oiseau et avons prélevé un échantillon de sang et pris des mesures. Ce fut une matinée très intéressante et passionnante pour nous », a ajouté Burket.

nouvel hybride oiseau triple

Crédits : Lowell Burket

Vous aimerez aussi : Des scientifiques ont repéré un dauphin hybride au large de la côte d’Hawaï

Quelques jours plus tard, Burket a reçu un SMS de la part de Towes, ponctué de plusieurs points d’exclamation : il s’est avéré que l’observateur amateur avait raison, ses déductions étaient correctes ! Les chercheurs ont alors étudié les gènes responsables de la coloration de l’oiseau et les ont utilisés pour reconstituer ce à quoi ressemblerait la mère dudit oiseau, concluant que cette dernière était un hybride de deux parulines, et que son père était une paruline d’un troisième genre, totalement différent, une paruline à flanc marron.

triple oiseau hybride

Crédits : Cornell Lab of Ornithology

Il s’agit de la toute première fois que cette combinaison hybride est observée. Cependant, cela fait également réfléchir : en effet, certaines populations de parulines à ailes dorées ont considérablement diminué dans les Appalaches.

Ce nouveau type d’hybridation peut donc indiquer qu’il n’y a plus assez de partenaires pour tout le monde. Les oiseaux doivent donc se tourner vers d’autres espèces afin de trouver des options de reproduction.

« Le fait que cette hybridation se soit produite au sein d’une population en déclin significatif de la paruline à ailes dorées, suggère que les femelles tirent le meilleur parti d’une mauvaise situation », déclare Toews. « Cela nous indique également que les parulines des bois en général sont restées génétiquement compatibles, longtemps après avoir évolué de manière significative en matière d’aspect », ajoute Toews.

triple oiseau hybride

Crédits : Lowell Burket

Nous savons que certains hybrides d’oiseaux restent fertiles et sont capables de se reproduire. Après tout, la mère du triple hybride était elle-même un hybride. Cependant, pour le moment, les chercheurs ne savent pas si le triple hybride sera capable à son tour de se reproduire. Et, s’il le peut physiquement, s’il sera choisi par les femelles.

« Cette découverte « d’hybridation d’hybrides » fournit un nouvel élément quant au mouvement des gènes entre des taxons apparentés non encore observés ou décrits chez les oiseaux », expliquent les chercheurs.

Il s’agit donc d’une situation à surveiller, non seulement chez les oiseaux des Appalaches, mais également pour en apprendre davantage sur l’hybridation aviaire en général.

Sources : Biology Letters, Cornell Chronicle, Science Daily

Une réponse

  1. François DELON

    La fécondité transmissible est la caractéristique principale qui regroupe les membres d’une même espèce ! donc ces oiseaux sont de la MEME espèce, non ?
    distingue des espèces de poules parce que elles ont des couleurs de plumes différentes ? NON ! dans ce cas on parle de RACES … comme les chiens ou les chevaux !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.