Selon le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, la pandémie de COVID-19 est « de loin la crise sanitaire mondiale la plus grave » que l’organisation n’a jamais connue. Une déclaration qui ne passe pas inaperçue, sachant que l’OMS a suivi des pandémies majeures telles que la grippe A (H1N1), première grippe pandémique du XXIe siècle, survenue 90 ans après la grippe espagnole de 1918, bien plus grave et considérée encore aujourd’hui comme la flambée la plus dévastatrice de l’histoire de l’humanité. Sans oublier le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA), une pandémie actuelle touchant plus de 25% de la population sud et est africaine, également suivie par l’OMS.

Ghebreyesus a soutenu son affirmation en citant l’ampleur des cas confirmés de coronavirus et le nombre de morts à travers le globe, selon le New Scientist. À ce jour, il y a plus 16,5 millions de cas confirmés dans le monde, pour plus de 660’000 patients décédés. Des chiffres historiques.

« La COVID-19 a changé notre monde », a déclaré Ghebreyesus lors d’un communiqué de presse lundi. Et la pandémie, a-t-il ajouté, « a montré de quoi les humains sont capables — à la fois positivement et négativement ».

Au cours de son discours, Ghebreyesus a déclaré que les directives sur la façon de prévenir la transmission n’avaient pas changé au cours des six mois, depuis que l‘OMS a déclaré le coronavirus une urgence mondiale. « Gardez vos distances avec les autres, lavez-vous les mains, évitez les zones encombrées et fermées et portez un masque là où cela est recommandé », a déclaré Ghebreyesus.

Il a ensuite félicité les pays qui ont soit étouffé leurs épidémies dans l’œuf — comme le Vietnam et la Nouvelle-Zélande — et ceux qui ont réussi à maîtriser de grandes épidémies : le Canada, la Chine, l’Allemagne et la Corée.

Sur le même sujet : COVID-19 ; Les adeptes de films d’horreur feraient mieux face à la pandémie

Les pays n’ont clairement pas agi de la même façon face à cette crise. Certains ont été exemplaires tandis que d’autres voient les conséquences d’un comportement probablement trop laxiste au début de la pandémie, comme les États-Unis. Ghebreyesus insiste sur la gravité continue de la situation, et sur le fait que les choses ne sont pas près de s’améliorer. « La pandémie continue de s’accélérer ». « Au cours des 6 dernières semaines, le nombre total de cas a pratiquement doublé ».

directeur general oms coronavirus epidemie mondiale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager via
Copier le lien