839 Partages

Parmi les efforts développés par les scientifiques dans la lutte contre le cancer, la recherche d’alternatives à la chimiothérapie, ou visant à en diminuer les doses, a fait l’objet de nombreuses avancées au cours des dernières années. Des chercheurs ont récemment mis en évidence un nouveau moyen de combattre la maladie : les cellules cancéreuses auraient elles aussi une horloge biologique, et un médicament particulier permettrait de la perturber au point de faire régresser les tumeurs.

Les résultats obtenus par les scientifiques du Centre USC Michelson pour la bioscience convergente et de l’Institut des biomolécules transformatrices (ITbM) de l’Université de Nagoya, font progresser un domaine de recherche en plein essor : la rotation des rythmes circadiens du corps contre le cancer. Leur étude, menée sur des cellules de cancer du rein humain et sur la leucémie myéloïde aiguë chez la souris, a été publiée dans la revue Science Advances.

Les scientifiques savent que perturber le sommeil et d’autres éléments du rythme circadien de l’Homme peut nuire à la santé. Il en va de même pour l’horloge circadienne des cellules elles-mêmes. Si les chercheurs pouvaient perturber l’horloge circadienne des cellules cancéreuses, ils pourraient théoriquement affecter ou tuer ces cellules.

graphes effets go289

Le graphe (A) montre la diminution de cellules cancéreuses dans le cadre d’une leucémie myéloïde aiguë, traitée avec la molécule GO289. Le graphe (B) présente le taux d’inhibition des cellules cancéreuses par GO289. Dans les deux cas, la molécule se montre très efficace. Crédits : Tsuyoshi Oshima et al. 2018

Les biologistes ont découvert qu’une molécule thérapeutique appelée GO289 cible une enzyme qui contrôle le rythme circadien de la cellule. Cette interaction médicament-protéine perturbe ensuite les fonctions de quatre autres protéines qui sont importantes pour la croissance et la survie des cellules. En réalité, GO289 peut bloquer les rouages ​​de l’horloge circadienne de la cellule, ralentissant ainsi ses cycles. Et cela peut avoir un impact minime sur les cellules saines.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Sur le même sujet : Cancer : détrôner la chimiothérapie grâce au suicide cellulaire forcé

« Dans certains cancers, la maladie reprend le mécanisme de l’horloge circadienne et l’utilise dans le but pervers de se développer » déclare Steve Kay, directeur des biosciences convergentes à l’USC Michelson Center. « Avec GO289, nous pouvons interférer avec ces processus et empêcher le cancer de se développer ».

go289 cancer os

Ce cliché en microscopie électronique montre des cellules cancéreuses osseuses dont la croissance est bloquée par la molécule GO289, qui perturbe le rythme circadien des cellules. Crédits : USC Michelson Center for Convergent Bioscience

Lors de ses interactions initiales avec des cellules cancéreuses osseuses humaines, GO289 a semblé ralentir l’horloge circadienne des tumeurs alors qu’il ciblait une enzyme appelée CK2. Les chercheurs ont ensuite testé GO289 sur les cellules cancéreuses du rein, et sur les souris atteintes de leucémie myéloïde aiguë.

Ils ont constaté que GO289 affectait spécifiquement le métabolisme des cellules cancéreuses et d’autres fonctions circadiennes, qui permettraient normalement au cancer de se développer et de se propager. Kay est optimiste quant aux résultats. « Cela pourrait devenir une nouvelle arme efficace, capable de tuer le cancer » conclut-il.

Source : Science Advances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

839 Partages
839 Partages
Partager via
Copier le lien