L’avion le plus grand au monde endommagé par l’armée russe

destruction mriya invasion russe
| Dmytro Kuleba/Twitter
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Fierté du peuple ukrainien, le plus grand avion du monde, baptisé Mriya, a été endommagé par les forces russes au cours d’affrontements à l’aéroport d’Hostomel, où il était stationné, à une vingtaine de kilomètres de Kiev. C’est une perte particulièrement symbolique pour l’Ukraine, « Mriya » signifiant « rêve » ou « aspiration » en ukrainien — sans doute la raison pour laquelle il a été pris pour cible. Selon le groupe Ukroboronprom, dont Antonov est une filiale, il faudra plus de cinq ans pour le remettre en état, pour un coût estimé à plus de 3 milliards de dollars.

« La Russie a peut-être détruit notre ‘Mriya’, mais elle ne pourra jamais détruire notre rêve d’un État européen fort, libre et démocratique. Nous vaincrons ! », a déclaré sur Twitter Dmytro Kuleba, ministre ukrainien des Affaires étrangères. Le groupe Ukroboronprom a affirmé dans un communiqué que l’Ukraine mettra tout en œuvre pour que la Fédération de Russie endosse tous les frais de réparation de l’avion-cargo.

L’Antonov An-225, ou Mriya, est le fruit d’une collaboration entre l’Ukraine et la Chine. Son premier vol remonte à décembre 1988. De 84 mètres de long, pour une masse à vide de 285 tonnes, il s’agit de l’avion le plus long et le plus lourd au monde ; il était capable de transporter jusqu’à 250 tonnes de fret à une vitesse de 850 km/h. Véritable symbole national, l’avion participait tous les 24 août au défilé aérien de la fête de l’indépendance.

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :

Un avion qui a servi à plusieurs missions humanitaires

Depuis le début de l’invasion russe lancée jeudi dernier par Vladimir Poutine, l’aéroport de Hostomel a connu de violents affrontements, tout comme d’autres infrastructures et lieux stratégiques du pays. Malheureusement, le Mriya se trouvait sur les lieux pour un entretien de routine ; un des moteurs a été démonté pour être réparé, l’avion n’a donc pu être évacué à temps. Les images satellites de Maxar Technologies montrent des dommages importants au niveau du hangar dans lequel l’An-225 était stocké.

photo satellite hangar mriya
Image satellite montrant des dommages importants sur la base aérienne de Hostomel. © Maxar Technologies

L’incendie dans le hangar a été détecté à 11h13 dimanche, selon les données de la NASA, qui proviennent de plusieurs satellites de la National Oceanic and Atmospheric Administration. « La Russie a détruit notre « Mriya », mais le rêve de l’Ukraine de se libérer de l’occupant ne peut être détruit. Nous nous battrons pour notre terre et notre foyer jusqu’à ce que nous gagnions. Et après la victoire, nous terminerons définitivement notre nouveau « Mriya », qui attend cela dans un endroit sûr depuis de nombreuses années. Tout sera l’Ukraine ! », a déclaré Yuriy Husyev, directeur général d’Ukroboronprom.

L’An-225 avait été initialement construit dans le cadre du programme aéronautique soviétique, dans le but de transporter la navette spatiale russe Bourane. L’appareil fut néanmoins remisé en 1994, suite à l’effondrement de l’Union soviétique et l’arrêt du programme spatial. Il a finalement repris du service en 2001, puis était depuis exploité par la compagnie Antonov Airlines pour des transports de fret. La construction d’un deuxième exemplaire de l’engin avait été initiée, mais n’a jamais abouti.

De par ses exceptionnelles capacités de transport, cet avion était régulièrement utilisé par l’OTAN et par les compagnies pétrolières. L’engin s’est également illustré au cours de plusieurs missions humanitaires, telles que celle qui a suivi le tremblement de terre de 2010 en Haïti. Plus récemment, dès les premiers jours de la pandémie de COVID-19, il a permis de distribuer des milliers de masques et autres fournitures médicales vers les zones les plus touchées.

Des services médicaux sous pression

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Selon l’Organisation des Nations Unies, depuis le déclenchement de l’invasion, un demi-million de personnes ont fui leur foyer ; plus de 330 000 d’entre elles se sont réfugiées à l’étranger, notamment en Pologne. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU souligne par ailleurs que le conflit en cours continue d’avoir un coût humain important, causant un nombre croissant de victimes civiles (plus d’une centaine de morts et plus de 300 blessés), interrompant les moyens de subsistance et endommageant des infrastructures civiles essentielles (écoles, établissements de santé et infrastructures d’eau et d’assainissement).

L’ONU note que le conflit survient alors que l’Ukraine est confrontée à une augmentation des cas de COVID-19 due au variant Omicron : +555% de cas entre le 15 janvier et le 25 février. Le nombre croissant de blessés lors des conflits, associé à cette contagion accrue menace lourdement les services médicaux du pays.

L’Union européenne a annoncé dimanche qu’elle débloquerait 450 millions d’euros afin d’aider militairement l’Ukraine. C’est la première fois que l’UE finance l’achat et la livraison d’armes à un pays victime d’une guerre, a souligné la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. L’espace aérien européen est désormais fermé à tous les avions russes, tandis que les médias Russia Today et Sputnik sont interdits. En réponse à la mobilisation des Occidentaux, Vladimir Poutine a ordonné de mettre en alerte les forces russes de dissuasion nucléaire. Des pourparlers sont en cours avec Moscou, à la frontière entre l’Ukraine et la Biélorussie. « La question clé est un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes du territoire ukrainien », a déclaré la présidence ukrainienne dans un communiqué.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.