De très nombreux chats domestiques arborent une caractéristique particulière : des pattes aux extrémités blanches. Cette particularité, que nous avons tendance à appeler affectueusement des « chaussettes », est extrêmement répandu chez les chats domestiqués, tandis qu’elle est pratiquement absente chez leurs cousins non domestiqués, les chats sauvages. Alors, pour quelles raisons nos chats de compagnie ont-ils si souvent des « chaussettes » blanches ?

L’histoire derrière les extrémités blanches des chats remonte à environ 10’000 ans, quand l’Homme a décidé qu’il lui serait bénéfique d’en faire des animaux domestiques. Cette domestication a finalement conduit à des extrémités blanches très répandues chez les chats, ainsi qu’à d’autres modèles de pelage bien connus, explique Leslie Lyons, directrice du laboratoire de génétique féline du Missouri College of Veterinary Medicine.

« Alors que les humains devenaient des agriculteurs et commençaient à rester au même endroit, ils avaient des stocks de céréales et des tas de déchets qui attiraient les rongeurs. C’était un arrangement mutuellement bénéfique : les humains avaient moins de rongeurs à gérer et les chats recevaient un repas facile ».

Domestication des chats : les humains auraient initialement privilégié les spécimens aux extrémités blanches

L’espèce progénitrice sauvage et non domestiquée des chats domestiques, Felis silvestris, vit en Afrique et en Eurasie. Une population d’entre eux vit même sur l’Etna, un volcan actif en Sicile. Ces félins constituent des proies vulnérables en tant que chatons et des prédateurs furtifs en tant qu’adultes, de sorte que les individus nés avec un pelage qui offre un camouflage ont tendance à survivre et à se reproduire. Mais tous les F. silvestris ne naissent pas avec un pelage leur permettant de se fondre dans leur environnement. Des mutations génétiques se produisent en permanence, selon Lyons.

chat serpent

De très anciennes représentations montrent des chats domestiqués aux pattes blanches. Sur cette peinture datée d’entre 1295-1213 avant notre ère, un chat domestique tue un serpent. Crédits : TMMA

Il n’y a pas beaucoup d’indices expliquant pourquoi les premiers humains ont choisi certains chats plutôt que d’autres, mais Lyons indique que la gamme de pelage observée sur les chats domestiques modernes montre que nos ancêtres agraires favorisaient les chats avec des marques qui auraient interféré avec leur camouflage. Dans un environnement de forêt mixte indigène ou de désert de broussailles, un chat aux pattes blanches se serait démarqué des prédateurs et des proies.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
chat japon

Oeuvre du 16e siècle. Au cours des siècles, la plupart des chats sont, dans l’art, représentés avec des pattes aux extrémités blanches. Indiquant que les humains ont certainement privilégié cette caractéristique. Crédits : TMMA

Lorsque les humains ont commencé à s’intéresser aux chats, ces pattes blanches se seraient également démarquées auprès d’eux. « Il y avait probablement des gens qui se disaient : ‘J’aime particulièrement ce chaton, parce qu’il a les pattes blanches. Assurons-nous qu’il survive’ », explique Lyons.

Sur le même sujet : La musique parfaite pour détendre et calmer les chats

Tâches et marques blanches : prépondérantes chez les espèces domestiquées

Les humains ont probablement aussi choisi des chats qui étaient calmes et à l’aise avec eux. Les traits comportementaux ne semblent pas liés à la couleur du pelage, mais pour des raisons que les zoologues ne comprennent pas pleinement, des taches blanches ont tendance à apparaître lorsque les individus les plus dociles sont sélectionnés et élevés. C’est vrai pour les chevaux, les cochons, les souris, les vaches et les rats. Cela a donc peut-être également joué un rôle dans la sélection des chats domestiques au fil du temps.

Ces couleurs et marques distinctives de la fourrure émergent pendant le développement de l’embryon de chat. Les cellules qui donnent à la fourrure sa couleur apparaissent d’abord comme des cellules de la crête neurale, qui sont situées le long de ce qui deviendra le dos. Ensuite, ces cellules migrent lentement vers le bas et autour du corps.

Si ces vagues de cellules se déplacent assez loin pour se rencontrer sur la face avant du chat, l’embryon donnera un chaton de couleur unie, comme un chat tout noir ou tout blanc. Les félins développent des pattes, un visage, une poitrine et un ventre blancs lorsque ces cellules ne se propagent pas suffisamment loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.